Croissance zone euro : nouvelle récession au premier trimestre

Croissance zone euro : nouvelle récession au premier trimestre

Alors qu’on attendait une reprise au premier trimestre, celle-ci semble se faire attendre pour l’union européenne en raison du développement de la pandémie. D’après un sondage de Reuters la croissance pourrait même chuter de 1 % au premier trimestre.

 

Compte tenu des retards dans le déploiement du vaccin par l’Union européenne et des préoccupations concernant les nouvelles variantes de coronavirus soutenant les verrouillages actuels, le blocage de l’activité économique et la hausse du chômage constituent une menace sérieuse pour toute reprise attendue.

Le mois dernier seulement, on prévoyait une forte reprise de l’économie et une croissance de 0,6% ce trimestre après avoir reculé de 0,7% au quatrième trimestre.

Mais ces points de vue ont tourné au vinaigre dans le sondage du 8 au 11 février auprès de plus de 75 économistes, car un pic dans les cas de COVID-19 a nécessité de nouvelles restrictions sur l’activité économique et sociale.

Selon le dernier sondage, l’économie de la zone euro devrait se contracter de 0,8% ce trimestre. C’était après que le PIB de la zone euro se soit contracté au cours des deux premiers trimestres de l’année dernière, faisant des prévisions actuelles une récession à double creux.

Plus des trois quarts, soit 28 économistes sur 36 ayant répondu à une question supplémentaire, ont déclaré que les risques pesant sur leurs perspectives de croissance étaient orientés à la baisse.

«Avec les verrouillages prolongés dans la nouvelle année, on a vraiment l’impression qu’il fait le plus sombre avant l’aube dans la zone euro. Au premier trimestre, le PIB est presque certain de se contracter à nouveau et la question est maintenant de combien », a déclaré Marcel Klok, économiste senior chez ING.

«La combinaison des verrouillages et des vaccinations permettra une réouverture plus substantielle des économies au cours du deuxième trimestre. Cela marquera alors également le début de la reprise de l’économie de la zone euro. »

L’économie devrait croître de 2,1% au deuxième trimestre, contre 2,3% le mois dernier. Il devait alors augmenter de 1,9% et 1,2% au T3 et T4, respectivement, contre 1,9% et 1,0% prévus en janvier.

Après avoir reculé de 6,9% en 2020 sur une base annuelle, l’économie de la zone euro a connu une croissance de 4,3% cette année et de 4,0% la suivante, contre 4,5% et 3,9% prévus précédemment.

«La situation virale s’est détériorée dans un certain nombre de pays de la zone euro et le déploiement du vaccin n’a pas été aussi fluide que nous l’avions espéré. Nous espérons qu’il s’accélérera, mais dans l’état actuel des choses, le risque est qu’il reste trop lent pour permettre aux gouvernements de lever les restrictions », a déclaré Andrew Kenningham, économiste en chef pour l’Europe chez Capital Economics.

«Notre hypothèse de travail est que certaines restrictions commenceront à être levées en avril et que la plupart des restrictions économiquement dommageables seront levées en mai / juin.»

La reprise de l’Europe après une récession induite par la pandémie de COVID-19 a été quelque peu retardée mais devrait s’accélérer à partir du milieu de l’année, a déclaré la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

Lorsqu’on leur a demandé si le PIB de la zone euro reviendrait à ses niveaux d’avant la crise d’ici la mi-2022, comme l’a projeté la BCE, près de 65%, soit 22 économistes sur 34, ont répondu oui.

«Le vaccin est le multiplicateur ultime des investissements et de la consommation privée. La mise en route de la campagne de vaccination est essentielle car elle permettrait un retour aux niveaux d’avant la crise d’ici la mi-2022 », a déclaré Ludovic Subran, économiste en chef chez Allianz.

Concernant la politique monétaire, à la question de savoir si la BCE essaierait de contrôler la courbe des taux, 21 des 35 économistes ont dit non.

«La BCE n’annoncera pas de fourchette cible pour un rendement à long terme, simplement parce qu’il n’y a pas de rendement à long terme de l’euro. Mais la BCE tentera de freiner toute augmentation substantielle de rendement par ses prévisions et son programme d’achat d’actifs », a déclaré Jens-Oliver Niklasch, économiste à la banque LBBW.

0 Réponses à “Croissance zone euro : nouvelle récession au premier trimestre”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol