• Accueil
  • > santé
  • > Les théories fumeuses de l’OMS sur les origines du virus

Les théories fumeuses de l’OMS sur les origines du virus

Les théories fumeuses de l’OMS sur les origines du virus

Il est clair que l’équipe d’experts de l’OMS qui s’est rendue en Chine est sous étroite surveillance de ce dernier pays. Alors qu’elle n’est pas en mesure d’indiquer avec certitude les origines du virus l’équipe d’experts a cependant déjà évacué certaines hypothèses qui vont dans le sens de ce que souhaite la Chine .( Qui finance une grande partie de l’OMS).

En excluant la fuite de laboratoire et en acceptant que le COVID-19 puisse provenir de l’extérieur de la Chine, l’équipe de l’OMS n’a franchi aucune des lignes de Pékin. La Chine serait également encouragée par le fait que l’équipe de l’OMS examine la théorie de la chaîne du froid. Mais il est peu probable que les conclusions satisfassent ceux qui pensent que la Chine est coupable et a dissimulé des preuves.

Pour l’instant les hypothèses évoquées par l’OMS paraissent assez fumeuses .  Peter Ben Embarek, le principal spécialiste des maladies animales de l’OMS, a déclaré que l’équipe avait mené des enquêtes scientifiques sur quatre scénarios principaux sur la façon dont le SRAS-CoV-2, le virus responsable du COVID-19, se propageait chez l’homme.

Dans la première, une seule personne a été exposée au SRAS-CoV-2 par contact direct avec l’espèce hôte, la chauve-souris fer à cheval. Le virus aurait pu circuler chez l’homme pendant un certain temps avant de faire sa percée à Wuhan, très peuplée.

Le deuxième scénario, considéré comme le plus probable, implique une transmission à l’homme via une espèce intermédiaire encore inconnue. Liang Wannian, un expert de la Commission nationale chinoise de la santé, a déclaré que les pangolins étaient des candidats potentiels, mais que d’autres animaux – y compris le vison et même les chats – pourraient également être des réservoirs.

Une troisième possibilité est que le COVID-19 est originaire du premier ou du deuxième scénario et a ensuite été transmis via des produits de la chaîne du froid. Les experts chinois ont attribué les grappes ultérieures de COVID-19 à des aliments surgelés importés et ont évoqué la possibilité que cela ait également provoqué l’épidémie de Wuhan.

Le scénario final est que le SRAS-CoV-2 a été divulgué par l’Institut de virologie de Wuhan, connu pour avoir étudié les coronavirus captifs. Ben Embarek a exclu cette possibilité et a déclaré qu’elle ne ferait pas l’objet de recherches supplémentaires. Des accidents se produisent, a-t-il dit, mais c’était «très improbable» dans ce cas.

Les experts ont déclaré que s’il était peu probable qu’il y ait eu des épidémies à grande échelle à Wuhan ou ailleurs en Chine avant décembre 2019, ils n’excluent pas qu’elle circulait dans d’autres régions.

Un croisement soit directement à partir de chauves-souris soit à partir d’une espèce intermédiaire suggérerait que la transmission à Wuhan aurait pu être facilitée par des réseaux de commerce d’espèces sauvages.

Marion Koopmans, un autre membre de l’équipe d’experts, a déclaré que la faune en vente sur le marché des fruits de mer de Huanan pourrait être attribuée à des régions contenant des habitats de chauves-souris connus pour abriter des virus étroitement liés au SRAS-CoV-2.

L’une de ces régions est la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine, mais l’équipe considère également que la première transmission humaine a eu lieu de l’autre côté de la frontière au Laos ou au Vietnam.

Bien que le marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan ait été lié aux premiers groupes de cas, le croisement initial des animaux aux humains ne s’est pas produit là-bas.

Liang a déclaré qu’il n’y avait toujours pas de preuves suffisantes pour déterminer comment le virus est entré dans Huanan, mais qu’il était clair qu’il circulait ailleurs à Wuhan au même moment.

Le scénario le plus probable est que quelqu’un a transporté le SRAS-CoV-2 sur le marché, mais Ben Embarek a également suggéré qu’il aurait pu être introduit via un «produit», y compris des animaux sauvages congelés connus pour être sensibles au virus.

0 Réponses à “Les théories fumeuses de l’OMS sur les origines du virus”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol