Birmanie : la lutte des opposants va continuer

Birmanie : la lutte des opposants va continuer

.

Il est vraisemblable que la junte militaire qui a pris le pouvoir en Birmanie a sans doute sous-estimé le crédit dont jouissait le gouvernement civil. Du coup, se développent des protestations, des manifestations et même des phénomènes de désobéissance civile. Théoriquement le putsch doit être limité à un an et la junte militaire promet des élections libres.

«Nous continuerons à nous battre», a déclaré un communiqué de la jeune militante Maung Saungkha, appelant à la libération des prisonniers politiques et à «l’effondrement complet de la dictature» ainsi qu’à l’abolition d’une constitution qui donnait à l’armée un veto au parlement et pour fédéralisme dans un Myanmar divisé ethniquement.

Une génération plus âgée d’activistes formée lors de manifestations réprimées dans le sang en 1988 a appelé à la poursuite de la grève des fonctionnaires pendant encore trois semaines.

«Nous demandons également aux manifestants de toute la nation de s’unir et de s’entraider systématiquement», a déclaré le communiqué de Min Ko Naing au nom du groupe 88 Generation.

Après que des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du Myanmar, des ordres locaux interdisant les rassemblements de plus de quatre personnes ont été imposés. L’ambassade des États-Unis a déclaré avoir reçu des informations faisant état d’un couvre-feu de 20 heures à 4 heures, heure locale, dans les deux plus grandes villes, Yangon et Mandalay.

Dans son premier discours télévisé en tant que chef de la junte lundi, Min Aung Hlaing a déclaré que la junte formerait une «démocratie vraie et disciplinée», différente des époques précédentes de régime militaire qui laissaient le Myanmar dans l’isolement et la pauvreté.

«Nous aurons une élection multipartite et nous donnerons le pouvoir à celui qui remportera cette élection, selon les règles de la démocratie», a-t-il déclaré. La commission électorale avait rejeté ses accusations de fraude lors du scrutin de l’année dernière.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU tiendra une session spéciale vendredi pour discuter de la crise à la demande de la Grande-Bretagne et de l’Union européenne.

L’administration du président américain Joe Biden a déclaré qu’elle envisageait des sanctions ciblées.

Suu Kyi reste extrêmement populaire chez elle, malgré les dommages causés à sa réputation internationale face au sort de la minorité musulmane Rohingya.

0 Réponses à “Birmanie : la lutte des opposants va continuer”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol