Birmanie : manifestation et grève

Birmanie : manifestation et grève

Les manifestations s’amplifient en Birmanie pour protester contre la dictature militaire qui a décidé de prendre le pouvoir et de mettre en prison Suu Kyi  et son gouvernement. Le problème c’est que ce gouvernement était très populaire et que les réactions sont de plus en plus nombreuses. Ce lundi,  s’y ajouteront des appels à la grève.

 

Les manifestations qui ont balayé le pays dimanche ont été les plus importantes depuis la révolution safran de 2007 dirigée par des moines bouddhistes qui a contribué à susciter des réformes démocratiques qui ont été bouleversées par le coup d’État du 1er février. «Marcheurs de tous les coins de Yangon, s’il vous plaît, sortez pacifiquement et rejoignez la réunion du peuple», a déclaré l’activiste Ei Thinzar Maung sur Facebook, utilisant les réseaux VPN pour rallier les manifestants malgré une tentative de la junte d’interdire le réseau social.

Jusqu’à présent, les rassemblements ont été pacifiques, contrairement aux répressions sanglantes lors des précédentes manifestations généralisées en 1988 et 2007. Un convoi de camions militaires a été vu passer à Yangon tard dimanche, faisant craindre un changement. Le gouvernement a levé une journée d’interdiction d’Internet ce week-end, ce qui a suscité encore plus de colère dans un pays craignant de revenir à l’isolement et à une pauvreté encore plus grande avant le début de la transition vers la démocratie en 2011.

Les militants Maung Saungkha et Thet Swe Win ont posté sur leurs pages Facebook que la police était allée les chercher chez eux, mais qu’ils n’étaient pas là et étaient toujours libres.

En plus des manifestations de rue, une campagne de désobéissance civile a commencé, d’abord avec des médecins et avec quelques enseignants et d’autres fonctionnaires.

«Nous demandons au personnel gouvernemental de tous les départements de ne pas assister au travail à partir de lundi», a déclaré l’activiste Min Ko Naing, un vétéran des manifestations de 1988 qui ont pour la première fois fait connaître Suu Kyi.Elle a remporté le prix Nobel de la paix en 1991 pour avoir fait campagne pour la démocratie et a passé près de 15 ans en résidence surveillée pendant des décennies de lutte pour mettre fin à près d’un demi-siècle de régime militaire.

Suu Kyi, 75 ans, est gardée au secret depuis que le chef de l’armée Min Aung Hlaing a pris le pouvoir aux premières heures du 1er février.Suu Kyi fait face à des accusations d’importation illégale de six talkies-walkies et est détenue par la police pour enquête jusqu’au 15 février. Son avocat a déclaré qu’il n’avait pas été autorisé à la voir.

Le coup d’État a suscité une condamnation internationale. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a demandé la libération de Suu Kyi et d’autres détenus la semaine dernière et les États-Unis envisagent des sanctions ciblées.

«Les manifestants au Myanmar continuent d’inspirer le monde alors que les actions se répandent dans tout le pays», a déclaré sur Twitter Thomas Andrews, le rapporteur spécial des Nations Unies sur le Myanmar. «Le Myanmar se lève pour libérer tous ceux qui ont été détenus et rejeter une fois pour toutes la dictature militaire. Nous sommes avec toi. »

0 Réponses à “Birmanie : manifestation et grève”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol