Russie : Avec Navalny, la peur a changé de camp

Russie : Avec Navalny,  la peur a changé de camp  

Malgré l’emprisonnement de l’opposant et la répression contre ses partisans, le président russe Vladimir Poutine ne peut plus faire taire une société en éveil mobilisée contre un système de pouvoir discrédité, estime la politiste Marie Mendras dans une tribune au « Monde ».

Tribune.

 

Encore convalescent après l’empoisonnement d’août, condamné à deux ans et huit mois de colonie pénitentiaire, un homme continue de défier le Kremlin. Depuis son arrestation à Moscou le 17 janvier, Alexeï Navalny a appelé à manifester contre le régime et pour la libération des prisonniers politiques. Dans les grandes villes, des dizaines de milliers de citoyens ont répondu présent, et ont subi une brutale répression le 23 et le 31 janvier : près de 5 000 arrestations à chaque fois, des rafles préventives les jours précédents, et des centaines de perquisitions violentes. Le 2 février, face à une juge aux ordres, Navalny conclut : « Poutine restera dans l’histoire comme l’empoisonneur. »

Après la sidération, c’est la panique qui saisit le Kremlin et ses « organes de force » : services de renseignement, police, forces spéciales, armée. Alexeï Navalny met en danger Vladimir Poutine et tout son système. Luttant pour sa survie, le pouvoir poutinien ne se soucie plus des apparences et veut démontrer par sa brutalité qu’il ne reculera devant aucune extrémité. Il est violent, car attaqué et affaibli.

 

Face au Kremlin se dressent une opposition et une société engagée qui ont une stratégie bien définie, à court et à moyen terme. Le but est de reconquérir les droits et libertés civiques, par la mobilisation citoyenne et l’exposition des malversations et violences du pouvoir, puis de mettre en œuvre l’alternance démocratique par des élections libres et honnêtes et des réformes majeures. Cette stratégie est également celle de la société biélorusse, massivement mobilisée pour mettre fin à la dictature Loukachenko et opérer une transition démocratique. Or, la riposte est la même à Minsk et à Moscou : réprimer, emprisonner ou déporter les opposants.

La méthode Navalny est simple : dénoncer l’inefficacité et la corruption des dirigeants par l’efficacité de la démonstration et de la preuve. Ses enquêtes s’appuient sur des faits, des photos, des témoignages, des documents judiciaires et administratifs incontestables. La vidéo de 2017 sur la fortune frauduleusement acquise de Dmitri Medvedev, alors premier ministre, puis les enquêtes sur les principaux oligarques, et enfin la vidéo récente sur le palais caché du président, vue plus de cent millions de fois, ont changé les mentalités. Les chefs s’enrichissent et se désintéressent du bien-être de leurs sujets.

C’est en 2011, avant les législatives, que l’avocat Navalny se distingue avec un slogan ravageur : « A bas le parti des voleurs et des escrocs ! » Tout est dit : le pouvoir vole les ressources, il vole aussi les voix des électeurs. La corruption est économique et politique. A l’été 2013, l’avocat opposant relève un défi sans précédent : se présenter à l’élection du maire de Moscou, alors qu’il se trouve sous contrôle judiciaire, en attente du jugement dans la trouble affaire de la plainte d’Yves Rocher contre Navalny et son frère Oleg. Oleg a été condamné à trois ans et demi fermes. Alexeï a écopé de la même peine, mais avec sursis. Ce sursis vient d’être transformé en peine ferme, piétinant ainsi le jugement de la Cour européenne des droits de l’homme, qui avait dénoncé le caractère politique de la décision judiciaire.

0 Réponses à “Russie : Avec Navalny, la peur a changé de camp”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol