• Accueil
  • > Archives pour janvier 2021

Archive mensuelle de janvier 2021

Page 32 sur 36

Économie, social, société : les plus lus

 » Repenser le système de santé « 

«  Repenser le système de santé « 

 

Un collectif de personnalités issues du milieu médical ou de la recherche, regroupées au sein de l’Institut Santé, appelle dans une tribune au « Monde » à une réforme du système de santé afin de mieux répondre aux besoins de la population et aux crises sanitaires.

 

TRIBUNE

 

La réforme avortée des retraites a mis en exergue l’importance de débattre en amont de toute modification systémique touchant notre modèle social. Comme le Conseil national de la Résistance (CNR) l’a fait en 1943 à propos de la Sécurité sociale, un large consensus citoyen sur l’impérieuse et urgente refondation de notre système de santé est indispensable.

C’est l’ambition de l’Institut Santé, une initiative citoyenne apolitique et indépendante créée en 2018, qui vise à repenser le système de santé le plus démocratiquement possible afin d’affronter les crises du XXIe siècle. Voici quelques principes qui ont émergé de cette réflexion collective.

Plutôt qu’un modèle de santé centré sur l’offre de soins, le nouveau modèle devra être axé sur les besoins de santé de la population et des individus. Pour permettre cela, l’unité géographique de pilotage deviendra le territoire de santé, regroupant 120 000 à 150 000 personnes et comprenant quelques bassins de vie. Il faudra alors que le territoire se substitue à tous les autres périmètres sanitaires qui se sont multipliés ces dernières années – groupements hospitaliers de territoires, communautés professionnelles territoriales de santé, Assistance publique-Hôpitaux de Paris, etc. –, conduisant ainsi à une simplification administrative. Il deviendra alors le périmètre d’activité de tous les professionnels de santé, dont les missions intègrent une responsabilité territoriale sanitaire.

Cette évolution induit et justifie une refonte des ordonnances Debré de 1958 – qui ont notamment créé les centres hospitalo-universitaires et centré l’organisation de la santé autour de l’hôpital. Ce « Debré 2 » aura pour objectif d’ouvrir les murs de l’hôpital, de mettre fin au plein-temps hospitalier systématique et d’accélérer l’extension de l’enseignement et de la recherche hors de l’hôpital. Il pourra alors décloisonner la santé qui ne s’organisera plus uniquement selon la ville, l’hôpital et le médico-social, mais selon le territoire et les besoins de santé des personnes qui y vivent.

Démocratie sanitaire et sociale

Cette approche pourra se faire dans le respect du libre choix des statuts salariés, libéraux ou mixtes des professionnels – statuts qui seront, si nécessaire, adaptés juridiquement à cette réalité territoriale. Quel que soit le statut considéré, ce nouvel horizon territorial devra s’accompagner d’une plus grande diversification des carrières professionnelles pour tous les soignants. Un levier puissant pour retrouver de l’attractivité dans tous les métiers de santé.

Des alternatives au glyphosate ?

Des alternatives au  glyphosate  ?

 

 

L’agronome Marc Dufumier dénonce dans le journal Le Monde l’incapacité de l’Etat à respecter ses engagements écologiques, et préconise d’étendre les surfaces en légumineuses aux dépens de cultures dont il est difficile de vendre les excédents à l’export.

 

Tribune.

 

Le président de la République Emmanuel Macron, interrogé vendredi 4 décembre 2020 sur le média en ligne Brut, a reconnu ne pas avoir pu empêcher l’usage agricole du glyphosate dans les délais promis. Et de considérer que la « faute » était « collective ». Mais sans préciser pour autant sur qui incombe la responsabilité de ce qui semble être une boulette politique. Quelques semaines seulement après la réhabilitation de l’usage des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave à sucre, cela fait vraiment désordre.

Mais a-t-on seulement quelque raison d’être surpris ? Quelles mesures ont été prises pour inciter les agriculteurs à trouver une alternative à l’emploi de chacun de ces pesticides, dont les dangers sont de plus en plus en plus reconnus par les scientifiques ? Rigoureusement aucune !

A quoi s’ajoute aussi le fait que les 146 recommandations de la conférence citoyenne pour le climat, qu’Emmanuel Macron affirmait vouloir soutenir « sans filtre », ne semblent pas devoir être pleinement prises en compte. Cela fait vraiment beaucoup de promesses non tenues.

Et cela d’autant plus qu’il existe d’ores et déjà des pratiques agricoles alternatives à l’emploi du glyphosate et des néonicotinoïdes. Ces techniques, qui relèvent d’une agroécologie scientifique (la discipline des agroécologues) et s’inspirent en même temps de savoir-faire paysans très anciens, ne visent pas tant à éradiquer les herbes concurrentes des plantes cultivées ou les pucerons qui leur transmettent des virus qu’à en réduire la prolifération et à minimiser leurs dommages.

La première d’entre elles consiste à allonger les rotations de cultures et à diversifier les espèces cultivées au sein de nos terroirs. Si l’on veut limiter la multiplication des herbes indésirables sur un même terrain agricole, il convient de ne pas y cultiver tous les ans la même culture.

Cela a pour effet de perturber le cycle de reproduction de ces dites « mauvaises herbes » sur chacune des parcelles en n’y pratiquant pas tous les ans les mêmes travaux culturaux. Celles qui tendent à proliférer en compagnie d’une espèce cultivée particulière ne peuvent guère se reproduire en grand nombre les années suivantes au voisinage d’autres espèces dont la croissance et le développement interviennent à des dates différentes.

Quand, au cours d’une même année, au sein d’un même terroir, les parcelles sont occupées par des cultures d’espèces très variées, les insectes susceptibles d’occasionner de gros dégâts sur l’une d’entre elles éprouvent de réelles difficultés à se propager du fait que les cultures présentes sur les parcelles voisines ne leur sont guère accueillantes.

 

‘ class= »capping__media » v:shapes= »_x0000_i1025″>

« Six idées pour redresser la France »

« Six idées pour redresser la France »

Yvon Gattaz l’ancien président de l’organisation patronale évoque les solutions pour sortir de la crise (chronique dans l’Opinion )

 

 

Comme dans toute crise, je lis beaucoup d’analyses qui pointent les faiblesses (réelles) de notre pays et en concluent à un déclassement inéluctable. Mais ce constat déprimant n’est pas accompagné d’un plan d’actions. Or, comme chef d’entreprise et comme responsable patronal, je crois que rien n’est perdu. Partons des besoins de nos concitoyens pour retrouver le bien-être et l’optimisme, et la prospérité de notre pays suivra. Je vois six besoins qui doivent se penser comme une pyramide qui, à l’instar de celle de Maslow, ne peut trouver sa cohérence que sur la solidité des couches de la base.

Le premier besoin est la sécurité : sécurité physique et matérielle minimum, sécurité de l’environnement familial, sécurité sanitaire, sécurité environnementale. C’est clairement l’urgence et c’est le plus compliqué. Rétablir la sécurité dans les villes, dans la vie de tous les jours, restaurer l’Etat de droit, le respect de la police et de la justice, le respect des citoyens, et permettre néanmoins un droit d’expression sans haine et sans violence, que ce soit au travers des idées ou de manifestations… Cela suppose de changer d’approche : d’édicter des règles simples et compréhensibles, de faire confiance aux acteurs de terrain et de les accompagner, tout en sanctionnant les fautes. Bref, de repenser notre approche législative, réglementaire et notre organisation administrative.

Le deuxième besoin est l’éducation et la formation. L’éducation de base à l’école, bien évidemment pour les acquis indispensables, dont les notions de citoyenneté et de laïcité. Mais aussi la formation à un métier en variant les approches pédagogiques, en misant réellement sur l’apprentissage si maltraité en France depuis quarante ans, et pourtant tellement essentiel pour nos jeunes. Et, bien sûr, organiser la formation tout au long de la vie puisque tout bouge continuellement et que rien n’est définitivement acquis.

Le troisième besoin est l’emploi. Besoin essentiel pour tout être humain. L’emploi, et donc le métier, apporte ressources financières, épanouissement, fierté et dignité humaine. Mais sans entreprise performante, pas d’emploi durable et viable. C’est pour cela qu’il est important que l’économie du pays fonctionne correctement, notamment au niveau industriel. C’est l’économie qui tire le social. Pas l’inverse.

Le quatrième besoin est le pouvoir d’achat. Si l’emploi n’est pas suffisamment rémunérateur, ou si le niveau de taxation est trop élevé, alors il peut y avoir une énorme frustration. On travaille mais pour rien ! La fiscalité joue un rôle considérable sur les ressources nettes de chaque concitoyen et de chaque entreprise. Si cette fiscalité est trop lourde en raison notamment de dépenses publiques trop élevées, alors nos concitoyens seront asphyxiés et nos entreprises exsangues. Il faut donc diminuer les dépenses publiques au niveau de la moyenne européenne, à 49% du PIB. Nous sommes à 56 % à fin 2019, avant la crise. Une France surtaxée est asphyxiante pour ces entreprises et ces concitoyens.

 

 Le cinquième besoin est l’espoir. L’espoir est essentiel dans le bien-être de chacun. Si les étages inférieurs de la pyramide sont assouvis mais s’il n’y a pas d’espoir pour un individu ou pour sa famille, alors il peut y avoir pessimisme, dépression ou colère. Il est donc fondamental pour le pays, comme pour une entreprise, de construire l’avenir, de lancer des projets, notamment en répondant aux grands défis de l’humanité qui sont autant de marchés à développer et d’espoir à retrouver : les énergies renouvelables, les nouvelles mobilités, la santé, la révolution digitale, l’entreprenariat sous toutes ses formes… La France doit de nouveau regarder l’avenir et le construire. L’audace, l’innovation et le courage en sont les principaux ingrédients.

Enfin, le sixième besoin est la fierté. La fierté, c’est celle du travail accompli individuellement, collectivement, au niveau d’une entreprise ou d’une association, d’un pays ou d’une communauté de pays. Même si les cinq étages précédents sont correctement assouvis, s’il manque la fierté d’être Français et Européen, alors la pyramide sera imparfaite et vacillante. Comme dans nos entreprises et dans tout projet humain, la fierté est un très grand moteur de motivation pour avancer, accélérer, surmonter les épreuves, et à la fin gagner.

Redonner confiance à tous nos compatriotes, regarder ensemble vers le futur, le construire, et in fine redresser durablement notre pays, c’est possible. Il faut y croire !

Ancien président du Medef, Pierre Gattaz est président du directoire de Radiall et président de l’association patronale européenne Business Europe.

Coronavirus : mortalité mondiale record

Coronavirus  : mortalité mondiale record

 

Le coronavirus SARS-CoV-2 a tué au moins 1,83 million de personnes au total sur la planète et en a contaminé près de 84 millions, selon un bilan établi ce week-end par l’AFP, sur la base des chiffres officiels communiqués par les Etats.

La situation est particulièrement tendue aux Etats-Unis, qui ont enregistré un record de mortalité ces derniers jours. A la veille des fêtes du Nouvel an, le pays a frôlé la barre des 4.000 morts du Covid-19 en une seule journée avec précisément 3.927 décès. A ce jour, 350.214 Américains ont perdu la vie des suites d’une infection au nouveau coronavirus, selon l’université Johns-Hopkins. Ce chiffre fait des Etats-Unis le pays le plus endeuillé de la planète, devant le Brésil (195.725 décès), l’Inde (149.435) et la Russie (186.000), qui vient de réviser très à la hausse son bilan officiel.

En Europe, la situation se dégrade également, en particulier en Allemagne. Longtemps relativement épargné, le pays a affiché mercredi 30 décembre un record macabre en subissant pour la première fois plus de 1.000 décès en une journée. A ce jour, l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses comptabilise 34.272 morts depuis le début de l’épidémie dans le pays.

Comme l’Allemagne, plusieurs Etats européens durcissent les mesures de restriction. Le Royaume-Uni, l’un des pays les plus touchés d’Europe avec 74.570 morts, a étendu le confinement appliqué à une partie de l’Angleterre et repoussé la rentrée scolaire pour certains élèves.  L’Italie, autre pays ayant payé un lourd tribut (74.958 morts), a renoncé samedi à ouvrir comme prévu dès la semaine prochaine ses stations de ski. De son côté, la France, qui devrait bientôt franchir la barre des 65.000 décès, a avancé de 20 heures à 18 heures son couvre-feu dans quinze départements de la partie Est du pays. En Asie aussi les gouvernements prennent des mesures de plus en plus restrictives.

ÉTATS-UNIS: UN MILLION DE VACCINATIONS PAR JOUR (Dr Fauci)

ÉTATS-UNIS: UN MILLION DE VACCINATIONS PAR JOUR (Dr Fauci)

Evidemment la France n’est pas prête de rivaliser avec les États-Unis. En ce moment le rythme journalier actuel est de 100 vaccinations par jour en France. Or d’après le docteur faut aussi, conseiller scientifique du gouvernement américain, on  pourrait atteindre un million d’injections par jour,. Il faut dire que la situation est urgente puisque on compte jusqu’alors 350 000 morts.

« 

Le gouvernement de Donald Trump avait promis 20 millions de personnes vaccinées avant la fin de l’année 2020. Actuellement, un peu plus de 4,2 millions de personnes ont reçu la première dose d’un des deux vaccins autorisés dans le pays (Pfizer et Moderna), selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

« C’est bien plus qu’au début », a abondé Anthony Fauci. « Nous pouvons atteindre un million par jour », a-t-il ajouté, confiant. « Nous avons mené des programmes de vaccinations massifs dans notre histoire. Il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas le faire aujourd’hui. (…) Nous pouvons le faire. »

Coronavirus : 35 Français tirés au pour décider de la stratégie vaccinale !!!

Coronavirus : 35 Français tirés au pour décider de la stratégie vaccinale !!!

 

Encore un collectif de citoyens bidon qui seraient tirés au hasard pour contribuer à la définition de la stratégie vaccinale. Comme s’il n’existait pas déjà nombre d’organismes particulièrement compétents et représentatifs. Pourquoi pas aussi choisir un collectif de fidèles des bistrots qui ont sûrement des idées en matière médicale surtout après trois ou quatre tournées d’apéritif.

On peut se demander si Macron n’est pas complètement fou de prendre des personnes au hasard sur un sujet aussi complexe.

Pourquoi pas aussi un collectif de citoyens pour décider de l’avenir de l’hydrogène ou des ordinateurs quantiques. Une pratique macronienne particulièrement opportuniste et hypocrite.

Coronavirus France : un total de 65.000 décès

Coronavirus France : un total de 65.000 décès

 

 

Le pays a désormais franchi la barre des 65.000 morts depuis le début de l’épidémie. Un des pays les plus touchés au monde même si dernièrement on a constaté un certain tassement. Beaucoup d’autres pays sont actuellement davantage victime. En France en moyenne compte ces dernières semaines autour de 12 000 contaminés a comparé par exemple aux 50 000 cas enregistrés par jour au Royaume-Uni. Un pays qui doit affronter un virus mutant particulièrement contagieux.

 

 

Écosse : Johnson dit non à un référendum sur l’indépendance

Écosse : Johnson dit non à un référendum sur l’indépendance

 

 

Boris Johnson est particulièrement gonflé d’affirmer que les référendums sont à prendre avec des pincettes;  lui qui a semé le trouble dans le pays en se rangeant dans le camp des brexiters  h après y avoir été opposé. Bref quand les référendums l’arrangent, c’est bon pour la Grande-Bretagne mais pour l’Écosse, pas question.

 

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a dit samedi espérer que l’Écosse gagne son indépendance et puisse « rejoindre » l’Union européenne. Mais la décision d’organiser un tel référendum revient au Premier ministre britannique Boris Johnson, qui refuse fermement.

 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a réaffirmé dimanche son opposition à la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse, ardemment souhaité par la cheffe du gouvernement écossais, qui souhaite que l’Écosse, une fois indépendante, rejoigne l’Union européenne.

« D’après mon expérience, les référendums dans ce pays ne sont pas des événements particulièrement joyeux », a déclaré Boris Johnson de manière très hypocrite.

 

Coronavirus Norvège :confinement

Coronavirus Norvège :confinement

.

Du fait du développement de la pandémie, la normale la Norvège prend des mesures très restrictives qui notamment interdisent de recevoir des invités à domicile. Pour que l’épidémie ne devienne pas « hors de contrôle », les Norvégiens doivent donc suspendre leur vie sociale pendant les deux prochaines semaines, a-t-elle ajouté.

Pendant cette période, les particuliers ne pourront donc plus recevoir d’invités à leur domicile.

Samedi, le gouvernement avait annoncé que les cours dans les universités seraient suspendus jusqu’au 18 janvier, les étudiants étant priés de ne pas retourner sur les campus d’ici-là. Jeudi, il avait imposé des tests de détection du coronavirus à toute personne arrivant en Norvège.

Les plus petits postes frontières du pays ont été fermés .

Coronavirus Italie : 14.245 en 24h

Coronavirus Italie : 14.245 en 24h

Le nombre quotidien de nouveaux cas de contamination recensés a augmenté à 14.245 contre 11.831 samedi, a annoncé le ministère de la Santé.

Quelque 102.974 tests ont été réalisés en 24 heures contre 67.174 sur les 24 heures précédentes.

Le bilan de l’épidémie depuis le 21 février dernier atteint désormais 75.332 morts, ce qui fait de l’Italie le pays le plus durement touché d’Europe. La péninsule a enregistré 2,155 millions de cas de contamination depuis le début de leur recensement.

Le ministère précise que 23.075 personnes atteintes du COVID-19 étaient hospitalisées dimanche, soit 127 de plus que la veille. Il a enregistré 154 nouvelles admissions dans des services de soins intensifs, contre 134 samedi.

A titre de comparaison, lors de la phase d’accélération de la deuxième vague épidémique en novembre, les admissions à l’hôpital augmentaient de près de 1.000 par jour et le nombre de patients en soins intensifs d’environ 100.

 

Médias, des journalistes licenciés : Bolloré ne badine pas avec l’humour

  • Médias, des journalistes licenciés : Bolloré ne badine pas avec l’humour
    • Il est clair que chez Bolloré on apprécie guère l’humour. À peine arrivé,  Bolloré avait supprimé la célèbre émission des guignols de Canal particulièrement suivie. D’autres départs se sont produits pour excès d’humour . Augustin Trapenard un journaliste supplémentaire quitte News.
    • Un départ de plus qui vient s’ajouter au licenciement de l’humoriste Sébastien Thoen, chroniqueur dans le Canal Sports Club et présentateur du Journal du Hard (il a été remplacé d’ailleurs par l’actrice érotique Lele O, ndlr) avait été licencié par Canal+ pour avoir participé à une parodie de l’émission de CNews, L’heure des pros. Plus récemment,
    • . Une parodie de l’heure des pros qui reflétait exactement le côté populiste, vulgaire et droitier de l’émission et de son animateur.
    • Stéphane Guy a également été viré pour avoir adressé un message de soutien à l’égard de son ex-collègue avant le coup d’envoi de la seconde période de Montpellier-PSG (1-3). « Je veux saluer l’ami Sébastien Thoen qui n’a pas eu la sortie qu’il aurait méritée », avait-il notamment dit.

Espérance de vie : 63 à 85 ans selon les pays

Espérance de vie : 63 à 85 ans selon les pays

L’espérance de vie moyenne varie de manière assez considérable selon les pays de 63 ans à 85 ans. La France est l’un des pays où l’on vit le mieux avec en moyenne près de 86 ans.

 

Pays

Espérance de vie à la naissance

Taux de mortalité (en ‰)

Taux de mortalité infantile  (en ‰)

Femmes (en femmes années)

Hommes (en années)

Europe
Allemagne

84,1

79,6

11,7

2

Autriche

84,2

79,9

10,0

2

Belgique

84,3

80,0

9,8

2

Bulgarie

79,1

72,1

15,6

5

Danemark

83,3

79,5

10,0

3

Espagne

86,7

81,3

9,5

2

Estonie

83,1

75,0

12,2

2

Finlande

85,1

79,8

10,1

1

France

85,7

79,9

9,0

3

Grèce

85,1

80,5

11,4

2

Hongrie

80,7

73,8

13,0

3

Irlande

84,3

81,3

6,5

2

Italie

86,0

81,9

10,9

2

Lettonie

80,4

70,8

15,0

3

Lituanie

81,7

71,0

14,4

4

Norvège

84,8

81,1

7,9

2

Pays-Bas

84,4

81,2

9,2

2

Pologne

83,0

75,5

10,7

3

Portugal

85,3

79,8

11,1

2

Rép. tchèque

82,4

77,3

10,9

2

Roumanie

79,9

73,1

13,4

6

Royaume-Uni

83,3

80,2

9,5

3

Russie

78,2

67,6

13,1

5

Slovaquie

81,4

74,6

10,4

4

Suède

85,0

81,7

9,1

2

Suisse

86,0

82,4

8,2

3

Afrique
Afrique du Sud

68,4

61,5

9,4

24

Congo (République démocratique du)

63,2

60,0

8,8

60

Égypte

75,0

70,2

5,7

13

Kenya

69,9

65,0

5,3

31

Nigeria

56,8

54,8

11,0

55

Soudan

68,0

64,2

6,9

38

Tanzanie

68,3

64,5

5,9

34

Amérique
Argentine

80,4

73,8

7,6

9

Brésil

80,1

73,0

6,8

11

Canada

84,7

81,2

7,9

4

Colombie

80,5

75,2

5,9

11

États-Unis

81,7

76,6

9,2

5

Mexique

78,2

72,6

6,3

13

Asie
Bangladesh

75,6

71,8

5,5

22

Chine

79,7

75,4

7,8

8

Inde

71,8

69,2

7,4

27

Indonésie

74,6

70,1

6,8

16

Japon

88,1

81,9

11,5

2

Pakistan

68,9

66,8

6,7

56

Philippines

75,9

67,7

6,2

18

Oceanie
Australie

85,8

82,1

6,7

3

Lagardère : sous perfusion financière avec un prêt garanti par l’État de 465 millions d’euros

Lagardère : sous perfusion financière avec un prêt garanti par l’État de 465 millions d’euros

Le groupe Lagardère connaît des difficultés particulières. Sans apport pour renforcer son capital, le groupe pourrait être dépecé soit par Bolloré, soit par le groupe Pinault (ou les deux)

Le groupe familial, qui est coté en Bourse et a un statut de société en commandite par actions (SCA), fait par ailleurs l’objet d’une fronde de ses deux premiers actionnaires, le groupe Vivendi et le fonds Amber : ils représentent ensemble 49% du capital et critiquent la gouvernance d’Arnaud Lagardère, mais ont échoué jusqu’à présent à obtenir la convocation d’une assemblée générale extraordinaire.

 

Le groupe connaît en outre un problème de trésorerie qui l’a amené à solliciter un prêt de 465 millions d’euros. Le groupe, dirigé par Arnaud Lagardère et propriétaire de l’éditeur Hachette, des boutiques Relay ou encore des médias Europe 1, Paris Match et Journal du Dimanche, avait enregistré au troisième trimestre un chiffre d’affaires en recul de 38%. Les revenus de la branche de distribution dans les gares et aéroports (boutiques Relay et duty free) se sont notamment effondrés de 66% à 393 millions d’euros, après avoir déjà reculé de 55% au premier semestre.

 

«On prend toutes les mesures nécessaires pour faire face à une crise qui peut être longue», a-t-on commenté dans l’entourage de Lagardère. «Le ‘travel retail’, comme tous les métiers liés au voyage, est très touché par la pandémie», et la souscription du PGE est une démarche «de bon sens, de bonne gestion» dans ce contexte, assure-t-on.

Le groupe familial, qui est coté en Bourse et a un statut de société en commandite par actions (SCA), fait par ailleurs l’objet d’une fronde de ses deux premiers actionnaires, le groupe Vivendi et le fonds Amber : ils représentent ensemble 49% du capital et critiquent la gouvernance d’Arnaud Lagardère, mais ont échoué jusqu’à présent à obtenir la convocation d’une assemblée générale extraordinaire.

Pour rappels, les prêts garantis par l’État (PGE) permettent de faciliter l’octroi d’un emprunt à une entreprise ayant des difficultés de trésorerie. En cas de non-remboursement, l’État s’engage à prendre à sa charge la majeure partie du reste du crédit à rembourser, en l’occurrence 80%.

Coronavirus France : plus de 12.000 nouveaux cas dimanche

Coronavirus France : plus de 12.000 nouveaux cas dimanche  

 

12.489 en 24 heures, contre 3466 samedi. En période de vacances, cette donnée quotidienne a énormément varié depuis la mi-décembre, oscillant entre quelque 3000 et plus de 21.000. Mais toujours loin, en moyenne, de l’objectif gouvernemental de descendre à 5000 cas par jour.

Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l’ensemble des personnes testées, est en hausse depuis plusieurs jours, à 5,2% dimanche, contre 4,6% la veille. Avec 116 nouveaux décès à l’hôpital en 24 heures, le Covid-19 a désormais causé la mort de 65.037 personnes en France depuis le début de l’épidémie. Le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 est de 24.780, soit 322 de plus que samedi, avec 657 nouvelles admissions dans la journée.

Le nombre de malades en réanimation ou soins intensifs est également en légère hausse, avec 2665, soit 33 de plus que samedi, avec 101 nouvelles admissions.

Turpitudes politiques : Trump a demandé de truquer le vote à son avantage !

Turpitudes politiques : Trump a demandé de truquer le vote à son avantage !

Dans un extraordinaire appel téléphonique passé samedi depuis la Maison-Blanche, et dont le Washington Post a publié dimanche l’enregistrement et la transcription, le président américain a, pendant une heure de conversation, tenté d’obtenir de Brad Raffensperger la modification du résultat de l’élection en sa faveur.
«Tout ce que je veux, c’est trouver 11.780 votes, ce qui est un peu plus que ce que nous avons. Parce que nous avons gagné l’État », dit Trump.

 

Sans se départir de son sang-froid, Brad Raffensperger a chaque fois poliment mais fermement refusé d’accéder à ces demandes de revenir sur le résultat d’un vote plusieurs fois recompté et certifié. «Nous ne sommes pas d’accord sur le fait que vous avez gagné», a répondu le secrétaire d’État. «Il y a eu plusieurs recours en justice… Nous avons procédé à un recomptage manuel, de tous les bulletins de vote et les avons comparés aux résultats des comptages par les machines et nous avons obtenu pratiquement le même résultat… je ne pense pas qu’il y ait un problème à ce sujet.» Quant aux électeurs décédés, «ils étaient deux… Nous pensons que nous avons eu une élection régulière», a dit Raffensperger.

 

Bref Trump  exercer une inqualifiable pression politique sur un responsable pour modifier à son avantage les résultats du vote présidentiel

Macron : une énigme ou un grand vide ?

Macron  : une énigme ou un  grand vide ?

 

Beaucoup s’interrogent à propos de la philosophie et de l’idéologie de macron qui parle un peu de tout et de rien et qui souvent par opportunisme dit tout mais aussi son contraire.

« Plus il parle, et moins on l’entend. Plus il s’explique, et moins on le comprend. Plus le temps passe, et moins on y voit clair. «Le mystère s’épaissit», comme on dit dans les polars.Il y a décidément un mystère Macron. Ou mieux peut-être une énigme au grand jour, comme dans la célèbre Lettre volée d’Edgar Poe. La preuve: à peine avait-on pris connaissance dans L’Express de l’un de ces entretiens fluviatiles dont il nous régale désormais à cadence accélérée, que deux observateurs perspicaces nous faisaient part de leur appréciation. Pour Michel Wieviorka, le sociologue, pas de doute, nous avons désormais affaire à un «populisme en voie de décomposition» mâtiné de tendances nationalistes et autoritaires. « Pense Jacques Julliard.

En réalité. Il est vain  essayer de trouver une ligne directrice chez macron dont l’accès au pouvoir et son maintien constitue le seul objectif. Macron pratique l’opportunisme comme Monsieur Jourdain pratiquait la prose.

 

« Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela. » Disait Monsieur Jourdain.

Macron, lui, pratique l’immobilisme de l’action en même temps que la pensée  dite complexe mais en réalité surtout verbeuse et confuse. Une sorte d’ersatz de pensée scientifique et philosophique qui est ce que McDo est à la gastronomie. Bref un discours de représentant de commerce à coloration scientiste.

Bien entendu Macron sert les intérêts de ceux qui l’ont poussé au pouvoir notamment les financiers et les chefs de grandes entreprises. Mais il le fait bien maladroitement en plombant la richesse nationale. Notons que la France connaîtra en 2020 l’une des plus grandes dépressions mondiales avec un recul de l’ordre de 10 % du PIB.

Quelques journalistes complaisants( normal les plus grands médias appartiennent tous à des financiers et à des chefs de très grandes entreprises) pour trouver des vertus intellectuelles à ses interviews fleuves de Macron dont  l’intérêt ne résiste pas plus de quelques jours à une analyse un peu approfondie.

Témoin par exemple, cette affirmation du privilège blanc qui met dans le même panier toutes les origines étrangères qui seraient victimes de la même discrimination  ; le tout évidemment pour faire un clin d’œil aux banlieues. Or on se demande ce qu’il qui peut y avoir de commun entre par exemple la communauté d’origine chinoise et la communauté d’origine maghrébine.

Pas étonnant que Macron ait  échouée à normale Sup précisément en raison de sa faiblesse en lettres. Par contre, il a réussi l’ENA, l’école du bavardage sophiste.

Croissance Singapour : une baisse inédite du fait du coronavirus

Croissance Singapour : une baisse inédite du fait du coronavirus

Singapour a connu une baisse historique. En cause, les difficultés économiques dans la zone asiatique mais aussi dans le reste du monde. D’après les statistiques préliminaires communiquées par le ministère du Commerce et de l’Industrie, le produit intérieur brut (PIB) de Singapour a reculé de 5,8% l’an dernier.

Le PIB a chuté sur la période octobre-décembre de 3,8% en rythme annuel, montrent les données officielles, après une chute de 5,6% au troisième trimestre. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une contraction de 4,5%.

En rythme trimestriel, le PIB de Singapour a progressé de 2,1% au quatrième trimestre, marquant un ralentissement par rapport à la hausse de 9,5% enregistrée au trimestre précédent. Le redressement était dû en partie à la hausse insolente de la croissance en Chine, une croissance dont le rythme ralentit du faîte des mesures sanitaires très strictes des pays destinataires des exportations chinoises.

Croissance Chine : le rythme endiablé se tasse

Croissance Chine : le rythme endiablé se tasse.

Alors que la plupart des pays du monde connaissent la dépression, la Chine, elle, enregistre une croissance insolente. Croissance qui toutefois voit son rythme légèrement se ralentir en décembre. L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit a reculé le mois dernier à 53,0 contre 54,9 en novembre, à un plus bas en trois mois. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un indice de 54,8.

Toutefois, ce tassement pourrait encore se contracter dans les mois à venir du fait des mesures sanitaires de plus en plus strictes dans les pays destinataires des exportations chinoises. Les résultats publiés jeudi de l’enquête officielle, qui se concentre davantage sur les grandes entreprises et groupes détenus par l’Etat, faisaient aussi état d’une activité plus modérée mais toujours solide.

Coronavirus Etats-Unis : plus de 20 millions de cas

Coronavirus Etats-Unis : plus de 20 millions de cas

Environ 286 000 cas en moyenne chaque jour pour un total de 20 millions de cas de COVID-19. La nouvelle variante du virus accélère encore la pandémie

L’épidémie, qui s’est aggravée depuis Thanksgiving, fin novembre, y a fait 78.000 morts en décembre et le bilan total s’élève désormais à 345.000 décès.

A l’échelle nationale, 186.000 nouveaux cas sont en moyenne diagnostiqués quotidiennement. Un pic de 218.000 nouvelles infections par jour a été atteint à la mi-décembre, mais les autorités sanitaires s’attendent à nouvelle hausse après les congés de fin d’année.

1...3031323334...36



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol