Contre le confinement monétaire !

Contre  le confinement monétaire !

Emmanuel Sales , Emmanuel Sales est président de la Financière de la Cité, estime dans l’Opinion une forme de confinement monétaire mettant fin à la politique accommodante serait mortifère pour l’union économique. De ce point de vue en ce moment, c’est un peu la revanche de Keynes après des décennies de libéralisme doctrinaire.

 

Les pays anglo-saxons sauraient-ils mieux gérer les crises que l’Europe ordo-libérale ? Avec un élan qui rappelle la mobilisation du Blitz, l’Angleterre aura vacciné près de 80 % de sa population avant l’été. Les Etats-Unis sont aussi engagés dans une campagne de vaccination massive. Ménages, jeunes actifs, entreprises voient l’horizon se dégager et accompagneront la reprise qui risque d’être plus forte que prévu.

Aux Etats-Unis, où la contraction de l’économie n’a été que de -2,4 % en 2019, contre -9 % en France, Goldman Sachs a réévalué à la hausse ses prévisions de rebond de l’économie à +6,6 %. L’Angleterre devrait enregistrer un sursaut comparable. Malgré la hausse des contagions liée au variant B117, la levée des restrictions fera souffler un vent d’optimisme sur le pays.

L’arrivée au pouvoir de Joe Biden va ajouter du carburant dans une économie à haute pression. Du fait des mesures votées par l’administration Trump, les Américains ont connu une progression de leur revenu moyen en 2020. Le plan de relance de 1900 milliards de dollars va produire des effets dans toute l’économie. Un effort jamais vu depuis la mobilisation contre les puissances de l’Axe. La Fed a retenu les leçons de 2015 et restera accommodante tant que l’économie ne sera pas rétablie. Lors de la dernière guerre, l’effort américain s’est traduit par une hausse spectaculaire de la productivité ; des millions d’emplois ont été créés et les profits des entreprises ont décuplé. Les Etats-Unis auront leur Roaring twenties.

Si elle souhaite exister dans le monde comme entité politique, l’Europe doit soutenir sa demande interne comme le font les Etats-Unis et réduire sa dépendance à la croissance externe

Remèdes de cheval. Comme en témoigne la faiblesse de l’inflation, l’Europe demeure empêchée par sa doctrine monétaire. Combinée avec la contraction de l’activité, l’appréciation de l’euro agit comme un garrot sur des économies déjà fragilisées par les remèdes de cheval administrés durant la crise financière. La croissance « verte » sert d’alibi pour différer toute revue de la politique monétaire. L’Allemagne fait cavalier seul en vendant des technologies du XIXe siècle au reste du monde tout en profitant des bénéfices de l’union monétaire. Selon les prévisions de la BCE, la croissance européenne devrait représenter 40 % de la croissance américaine au cours des trois prochaines années, un niveau très en dessous de son potentiel.

La puissance est le corollaire de la souveraineté. Si elle souhaite exister dans le monde comme entité politique, l’Europe doit soutenir sa demande interne comme le font les Etats-Unis et réduire sa dépendance à la croissance externe.

La dette et les déficits ne comptent pas dans cette période ; avec le niveau extrêmement faible des taux réels, les investissements se remboursent par eux-mêmes. La priorité donnée à l’emploi et à la croissance est le meilleur moyen de réparer nos sociétés. C’est la revanche de Keynes après des décennies de libéralisme doctrinaire.

L’Allemagne est-elle vraiment opposée à ces choix ? Son plan de relance est plus ambitieux que celui de la France et dans le passé la rigueur budgétaire germanique s’est fort bien accommodée de toutes sortes d’acrobaties monétaires qui lui ont permis de bâtir son avance industrielle. C’est en France que les freins à la relance semblent les plus serrés du fait de la méfiance atavique vis-à-vis des politiques publiques et de notre conservatisme monétaire. Après-guerre, il a fallu les Américains et le plan Marshall pour tirer le pays de son apathie. La doctrine Biden, ce mélange de nationalisme économique et de messianisme politique si caractéristique de l’Amérique depuis Roosevelt, pourrait conduire l’Europe à bouger.

Emmanuel Sales est président de la Financière de la Cité.

0 Réponses à “Contre le confinement monétaire !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol