Economie française : prévoir une guérison plus structurelle

Economie française : prévoir une guérison plus structurelle

Matthieu Courtecuisse et Olivier Marchal dans l’Opinion évoque la problématique de remise sur pied structurel de l’économie française.

Matthieu Courtecuisse est président de Syntec Conseil et PDG de Sia Partner. Olivier Marchal est administrateur de Syntec Conseil et président de Bain & Company en France.

La crise du coronavirus a montré l’importance d’avoir en France des entreprises fortes et productives. Si la France veut redevenir durablement une terre de production, et pas seulement d’importation, il faut établir dès maintenant le bon diagnostic, puis envisager le bon remède. Après avoir interrogé 300 dirigeants ou décideurs d’entreprise avec l’Ifop, nous proposons quelques pistes.

Le diagnostic d’abord. La crise a frappé la France en février dernier alors que la situation s’améliorait enfin avec 10 000 emplois industriels créés en 2019 après deux décennies de désindustrialisation, le recul du déficit commercial et du chômage, grâce notamment à des réformes de compétitivité : trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés, allégement du Code du travail, transformation du CICE [crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi] en baisse de charges, réforme de l’apprentissage.

Les premiers résultats étaient bien là, et, s’ils n’étaient pas aussi importants qu’espérés, c’est parce que la France revient de trop loin. Rappelons qu’en dépit des réformes fiscales, le pays reste classé 141e sur 141 par la Banque Mondiale pour le poids de la fiscalité. Les entreprises françaises sont toujours privées chaque année de 61 % de leur résultat commercial par diverses taxes et cotisations, contre 40 % en moyenne pour leurs rivales européennes. Autant d’argent en moins pour investir, innover et créer des emplois en temps normal. En temps de crise, autant de réserves en moins pour résister et se relancer.

La crise liée à la Covid-19 n’invalidera pas les règles élémentaires de l’économie, au contraire : au-delà de la gestion de l’épidémie, on constate aujourd’hui que les pays qui redémarrent le plus vite et qui retrouveront rapidement leur richesse d’avant crise sont ceux qui affichent la meilleure compétitivité

Freins à la compétitivité. Le mal profond est donc clairement identifié, et la Covid ne l’a pas changé. Les dirigeants d’entreprise interrogés ce mois-ci par l’Ifop pour Syntec Conseil sont unanimes : ils placent toujours le coût de la main-d’œuvre et la fiscalité sur les entreprises en tête des freins à leur compétitivité, devant les contraintes réglementaires.

Le remède ensuite. A court terme, avec une récession de plus de 9 % en 2020 et une activité à l’arrêt dans certains secteurs, des mesures conjoncturelles de soutien sont indispensables pour ranimer l’économie. A cet égard, le plan de relance présenté par le gouvernement va globalement dans le bon sens et est bien perçu par les dirigeants en entreprise : une grande majorité d’entre eux le trouve satisfaisant.

Mais pour un rebond durable, il sera nécessaire de faire émerger une compétitivité nouvelle, et pour cela de continuer à traiter les faiblesses structurelles de notre économie.

La crise liée à la Covid-19 n’invalidera pas les règles élémentaires de l’économie, au contraire : au-delà de la gestion de l’épidémie, on constate aujourd’hui que les pays qui redémarrent le plus vite et qui retrouveront rapidement leur richesse d’avant crise sont ceux qui affichent la meilleure compétitivité. La récession cette année en Allemagne a été deux fois moins grave qu’en France, et nos voisins tablent sur un retour à l’équilibre budgétaire et à un taux de chômage à 5,5 % en 2022, sans compter les excédents commerciaux records.

A défaut de réforme en faveur de la compétitivité, le décrochage avec nos voisins risque de s’accentuer et de durer. Sans réforme, les discours sur les relocalisations resteront des incantations : ils ne seront pas suivis d’effets. Réciproquement, les délocalisations continueront, en particulier celles des emplois d’encadrement et de conception, en raison de charges sociales prohibitives pour ces salariés et des nouveaux horizons ouverts par le télétravail.

Dépenses publiques. Les sceptiques répondront que le gouvernement a les mains liées par un déficit abyssal, qu’un rétablissement de la compétitivité française est impossible. Ce serait oublier un grand enseignement de cette crise : chaque Français a pu constater qu’à dépenses publiques et niveaux d’impositions inférieurs, de nombreux pays bénéficiaient de meilleurs services publics et d’une organisation administrative plus efficace.

Dans les hôpitaux par exemple, le pourcentage de personnel administratif est de 34 % en France, contre 26 % en Allemagne, ce qui représente des milliards d’euros en moins pour s’équiper en matériel ou mieux payer les soignants, et des milliards de plus en taxes…

Pour quelle raison ? Certainement pas faute de dévouement et de professionnalisme des agents : soignants de l’hôpital public, policiers et autres font un travail exemplaire et sont applaudis des Français. Le problème est organisationnel : trop d’argent se perd dans le millefeuille administratif et social, trop peu arrive in fine sur le terrain. Dans les hôpitaux par exemple, le pourcentage de personnel administratif est de 34 % en France, contre 26 % en Allemagne, ce qui représente des milliards d’euros en moins pour s’équiper en matériel ou mieux payer les soignants, et des milliards de plus en taxes…

Idem dans l’éducation, où les personnels administratifs sont deux fois plus nombreux que chez nos voisins, pour des enseignants moins bien payés et des résultats moins bons. Les exemples de complexité administrative, de doublons de compétence, de gâchis, d’établissements publics et de dispositifs sociaux multipliés au gré des circonstances sont légion.

Les réformes structurelles sont donc possibles, à condition de revoir en profondeur les dépenses publiques. Les dirigeants en entreprise, en proie avec ces enjeux de « bonne gestion » au quotidien, ne s’y trompent pas : ils sont 85 % à se dire favorables à une revue des dépenses publiques une fois la crise de la Covid-19 terminée, et même 40 % à souhaiter une baisse drastique !

Pour produire de nouveau, se réindustrialiser, notre économie doit guérir : de la crise liée à la Covid-19, mais aussi et surtout du déficit structurel de compétitivité que le gouvernement avait commencé à traiter avec succès. Ce renouveau productif ne pourra advenir véritablement que si la sphère publique se réorganise et apprend à faire plus avec moins. C’est la condition nécessaire du rétablissement durable de la compétitivité. La bonne nouvelle est que tout le monde sait désormais cet objectif à notre portée !

Matthieu Courtecuisse est président de Syntec Conseil et PDG de Sia Partner. Olivier Marchal est administrateur de Syntec Conseil et président de Bain & Company en France.

 

0 Réponses à “Economie française : prévoir une guérison plus structurelle”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol