Les derniers jours pitoyables de Trump

Les derniers jours pitoyables de Trump

Après l’incroyable appel à l’insurrection de Trump, une procédure de destitution a été engagée à la chambre des représentants les démocrates sont majoritaires. Restera à en persuader les sénateurs. Progressivement cependant, les responsables politiques républicains comme les autres lâchent Trump. Après l’installation de Biden, Trump devrait se trouver de plus en plus isolé y compris au sein des responsables républicains. Son vice président ne l’a pas suivi au Capitole pour réclamer l’annulation pure et simple de l’élection présidentielle. Ses proches collaborateurs partent les uns après les autres. L’absence de Trump  l’heure de la cérémonie d’intronisation de Biden sera sans doute la dernière erreur politique majeure

L’avenir pour lui devrait être une succession de procès et d’actions judiciaires tant concernant son mandat de président que concernant ses affaires personnelles.

Reuters s’est entretenu avec plus d’une douzaine de responsables de l’administration Trump avec une fenêtre sur l’acte de clôture de sa présidence. Ils ont décrit un cercle de plus en plus restreint d’aides fidèles qui luttent pour contenir un président de plus en plus agité, en colère et isolé – un président apparemment toujours accroché à des allégations non fondées de fraude électorale – et pour faire fonctionner la Maison Blanche jusqu’à ce que Biden prenne le pouvoir.

«Tout le monde a le sentiment de faire de son mieux pour tenir le tout ensemble jusqu’à ce que Biden prenne le relais», a déclaré un conseiller de Trump à Reuters sous couvert d’anonymat.

La plus grande question est de savoir s’il accordera une grâce sans précédent à lui-même, en plus des membres de sa famille, avant de quitter ses fonctions.

Bien que Trump n’ait pas annoncé publiquement son intention de prendre une mesure qui, selon certains analystes juridiques, pourrait être illégale, un responsable de la Maison Blanche a déclaré à Reuters: « Je m’y attendais. »

Les chances que Trump fasse une décision aussi litigieuse se sont peut-être multipliées en raison du tollé suscité par son discours du 6 janvier dans lequel il exhortait à plusieurs reprises ses partisans à «se battre» pour lui. Certains juristes affirment que cela pourrait l’ouvrir à des poursuites judiciaires ou même à des accusations criminelles.

Mais personne dans l’orbite de Trump ne pourrait le convaincre de reconnaître explicitement sa défaite et d’utiliser ses dernières semaines au pouvoir pour organiser des événements afin de vanter les réalisations dont lui et ses collaborateurs sont fiers.

Son avenir politique pourrait maintenant être menacé en raison des violences au Capitole. S’il est reconnu coupable par le Sénat lors d’un procès qui aurait lieu après avoir quitté la Maison Blanche, Trump pourrait être à nouveau interdit d’exercer une fonction fédérale.

Les responsables actuels et anciens de la Maison Blanche se disent consternés par la façon dont Trump a traité Pence, qui a été un lieutenant régulier et loyal. Ils ont été piqués par les critiques du président et par la fausse insistance pour que le vice-président puisse intervenir pour renverser les résultats du collège électoral.

Le conseiller adjoint à la sécurité nationale Matt Pottinger, l’un des principaux collaborateurs de la politique chinoise de Trump, a rapidement démissionné de ce que deux sources ont déclaré être un acte de protestation contre la réponse du président aux émeutes.

Les décisions sur une dernière série de grâces présidentielles devraient occuper une grande partie des quelques jours restants de Trump au pouvoir. Il a suscité la controverse ces dernières semaines en graciant des alliés condamnés dans l’enquête sur l’ingérence russe dans les élections de 2016, des entrepreneurs de sécurité reconnus coupables du meurtre de civils irakiens et le père de Kushner, Charles, un promoteur immobilier condamné à deux ans de prison après avoir plaidé coupable dans 2004 à l’évasion fiscale et à d’autres crimes.

Trump et sa famille ont leur propre risque juridique, y compris des enquêtes à New York sur des transactions fiscales et commerciales.

Un responsable de la Maison Blanche, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a suggéré que l’acte final de Trump en tant que président pourrait être un pardon préventif pour les membres de la famille et pour lui-même juste avant l’assermentation de Biden. Les pardons présidentiels s’appliquent uniquement aux crimes fédéraux, et non aux violations de la loi de l’État.

Un auto-pardon serait un usage extraordinaire du pouvoir jamais tenté auparavant par un président américain, et les avocats constitutionnels disent qu’il n’y a pas de réponse définitive sur la question de savoir si cela peut être fait légalement.

0 Réponses à “Les derniers jours pitoyables de Trump”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol