• Accueil
  • > santé
  • > Politique vaccinale en France: l’éloge de la lenteur

Politique vaccinale en France: l’éloge de la lenteur

Politique vaccinale en France:  l’éloge de la lenteur

 Anne Bayle-Iniguez , journaliste dans l’Opinion dénonce la lenteur de la campagne de vaccination

 

Confronté à la défiance des Français, l’exécutif tient à s’assurer explicitement du consentement des patients. Mais la procédure tatillonne retenue pour cela nous met en retard sur nos voisins

 

 

750 000 résidents de 7000 Ehpad doivent être vaccinés d’ici au mois de février.

 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé mardi qu’un couvre-feu pourrait entrer en application à 18 heures à partir du 2 janvier dans une vingtaine de départements de quatre régions (Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur). La décision finale sera tranchée le 1er janvier. La rentrée des classes le 4 janvier est maintenue.

A peine entamée, déjà critiquée. Depuis le lancement de la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus, dimanche, l’exécutif doit composer avec des critiques qui montent dans la sphère politique et sur les réseaux sociaux à propos du retard à l’allumage de l’opération, au final très symbolique. En soixante-douze heures, une centaine de résidents et soignants d’Ehpad ont reçu une injection du vaccin Pfizer-BioNTech en France. Selon les données du site Our World in Data, plus de deux millions d’Américains, 800 000 Britanniques, 490 000 Israéliens et 21 500 Allemands ont déjà été piqués.

Cette semaine, seuls 23 établissements pour personnes âgées de la région parisienne, autour de Lyon, Lille et Tours, vont sauter le pas. Suivront quelques centaines d’autres Ehpad au cours des deux premières semaines de janvier. Ce n’est qu’ensuite que les choses sérieuses commenceront. Or, le calendrier concocté par le gouvernement sur les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) prévoit la vaccination de 750 000 résidents dans 7000 Ehpad d’ici au mois de février.

Avons-nous vraiment le temps d’attendre ? Une étude Ipsos pour le Forum économique mondial a confirmé ce mardi que la France était le pays où les intentions de vaccination sont les plus faibles (40%, en chute de 14 points depuis octobre). Dans ce contexte défavorable, le gouvernement peut-il se permettre de manquer d’allant quand nos voisins européens ont actionné le train de la vaccination en marche rapide ?

Toute la semaine dernière, le ministère de la Santé l’a répété : attention à ne pas confondre vitesse et précipitation. Lors d’une visite à Chanteloup-en-Brie (Seine-et-Marne) d’une des six plateformes logistiques chargées de stocker les doses de vaccins, Olivier Véran a vanté le choix « assumé, revendiqué, de prendre le consentement de personnes qui seront vaccinées » avant d’envoyer la grosse cavalerie. « C’est bien que l’on n’aille pas plus vite », a confirmé le professeur Alain Fischer, le « M. Vaccin » du gouvernement, lundi sur Europe 1 – non sans s’attirer des moqueries.

« Depuis le top départ de la HAS le 24 décembre, nous sommes dans une phase de montée en charge, enchérit Matignon. Nous avons prévu une phase de recueillement de consentement que les autres pays n’ont pas forcément. La vaccination est une course de fond, c’est très important pour nous de ne pas griller les étapes. » Le gouvernement fait donc du consentement du patient la pierre angulaire de sa stratégie de vaccination, laissée au bon vouloir de la population.

Dans les faits, les 15 jours prévus pour cette phase d’amorçage ne seront pas de trop tant la procédure à la française est lourde. Les Ehpad, les unités de soins longue durée et les médecins coordonnateurs (généralistes ou gériatres en charge du suivi médical des résidents) ont reçu il y a tout juste une semaine un guide qui explique en 45 pages extrêmement détaillées comment procéder.

Le recueil du consentement doit se faire dans le cadre d’une consultation de pré-vaccination obligatoire, réalisée « au sein de l’établissement ou par téléconsultation par le médecin traitant ou à défaut, en priorité par le médecin coordonnateur ou par un autre médecin, de sorte que le résident n’a pas à se déplacer en dehors de l’établissement ». Cette consultation doit avoir lieu au minimum cinq jours avant la livraison des vaccins à l’établissement, lui-même prévenu à J-15 de la date décidée par l’agence régionale de santé.

Voilà pour le cadre. Cela se complique si le résident est hors d’état d’exprimer son consentement, c’est-à-dire en « état végétatif » ou en « état de conscience minimale », mais pas uniquement : à voir « au cas par cas », stipule le guide. Dans cette situation, « la décision est prise après consultation du représentant légal, de la personne de confiance désignée, ou d’une personne de sa famille ou à défaut un de ses proches (…). Le témoignage de la personne de confiance l’emporte sur tout autre témoignage (famille, proche, tuteur, mandataire). Le cas échéant, si la personne n’a pas de personne de confiance, ni de famille ou de proche, cette décision peut associer un ou plusieurs membres de l’équipe soignante de l’établissement. »

Tout et rien à la fois est inscrit dans les 45 pages du guide de vaccination adressé aux Ehpad. Cette souplesse est louable, mais elle provoque des céphalées dignes de la Covid

Deux pages dépeignent par le menu qui peut être la personne de confiance, sa mission, le temps et les moyens de sa désignation, qui peut le désigner, etc. Aucune décision n’est définitive, le patient favorable à la vaccination peut revenir sur sa parole jusqu’au moment où la seringue se présente à lui, il peut même demander un temps de réflexion supplémentaire. Tout et rien à la fois est inscrit dans le marbre. Cette souplesse est louable, mais elle provoque des céphalées dignes de la Covid.

Ce n’est pas tout. Il est « indispensable », surligne le guide, d’assurer la traçabilité du recueil du consentement. L’ensemble de la procédure doit être inscrit dans le dossier médical du résident et retracé dans un nouveau système d’information de suivi de la vaccination… qui ne sera pas ouvert avant le 4 janvier. Au-delà de ces formalités, le recueil du consentement se matérialise par une case à cocher par le médecin « oui » ou « non ». Simple comme bonjour !

Cette avalanche de règles et d’exceptions fait craindre le pire sur la capacité des établissements, eux-mêmes engoncés dans leurs propres normes administratives, à se mettre en ordre de marche. « Sur le terrain, les Ehpad ont un peu de mal à digérer les informations », confirme le Dr Jacques Battistoni, généraliste à Ifs (Calvados) et président du syndicat MG France, pour sa part satisfait de la « bonne organisation » d’une campagne qui octroie à chaque généraliste 40 euros par consultation de pré-vaccination ou, selon le nombre de patients à piquer en Ehpad, 105 euros de l’heure ou 420 euros la demi-journée de travail.

En cette période de fêtes de fin d’année, le manque de bras médicaux risque aussi de fragiliser toute cette belle mécanique. Mais là encore, Matignon et le ministère de la Santé sont confiants. Faute de médecin coordonnateur (un établissement sur trois en manque), un « médecin de l’entourage » du patient peut être désigné « médecin référent Covid ». Et pour ce qui est de la vaccination en Ehpad, des infirmières peuvent s’en charger sous la supervision d’un praticien salarié de l’établissement (qui risque de manquer à l’appel) ou libéral (qui risque d’être en congés ou débordé). Et si, malgré toutes ces solutions, les Ehpad sont toujours en déshérence, ils pourront « demander un médecin désigné par l’agence régionale de santé ». Reste à savoir où le trouver

0 Réponses à “Politique vaccinale en France: l’éloge de la lenteur”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol