Brexit: un accord à l’arrache

Brexit: un accord à l’arrache

Officiellement toutes les parties se félicitent de l’accord conclu à la dernière minute entre le Royaume-Uni et l’union européenne. Pour résumer à l’extrême, cet accord n’impose aucun droit de douane sur des échanges de biens ; sur la pêche,  les continentaux devront abandonner 25 % des zones britanniques. Un accord qui préserve le marché mais soumis quand même à des conditions de production relatives notamment à la sécurité, à l’hygiène et à l’environnement. Le respect de cet accord et les différends seront gérés par une institution de contrôle de la concurrence. Un accord global cependant encore vague et qui reste à préciser dans de nombreux domaines.

Pour simplifier disons que l’Allemagne et le Royaume Uni ont obtenu pleine satisfaction tandis qu’on a un peu sacrifié la pêche. Bref l’alliance traditionnelle des Anglo-Saxons pour prioriser le marché. La France essaye de faire bonne figure mais a dû plier face aux anglo-saxons. On objectera qu’en l’absence d’accord, les dégâts auraient sans doute été encore plus graves tant pour la France que pour le Royaume-Uni. Gérant L’accord va permettre de préserver l’accès sans quotas ni droits de douane du Royaume-Uni au marché unique européen, qui compte quelque 450 millions de consommateurs, mais n’empêchera pas des perturbations et des effets économiques indésirables pour le Royaume-Uni ou pour des Etats membres de l’UE.

De nombreux aspects des futures relations entre les deux blocs restent à définir, et ce processus pourrait s’étaler sur des années.

Le Parlement britannique a été appelé à se réunir le 30 décembre pour voter un projet de loi de mise en oeuvre de l’accord commercial conclu avec l’Union européenne. L’opposition travailliste a indiqué jeudi qu’elle soutiendrait l’accord.

A Bruxelles, les chefs de file des groupes politiques du Parlement européen se réuniront le 28 décembre pour discuter de l’issue des négociations entre l’UE et le Royaume-Uni, a fait savoir sur Twitter un porte-parole. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le négociateur européen en chef Michel Barnier ont été conviés. “Ce fût un chemin long et difficile. Mais nous avons un bon accord”, a déclaré Ursula von der Leyen. “C’est un accord juste, équilibré et c’est la chose juste et responsable à faire de la part des deux parties”, a ajouté la présidente de la Commission.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a diffusé sur Twitter une photo de lui-même à sa résidence de Downing Street sur laquelle on peut le voir lever les bras et les pouces en signe de victoire. “L’unité et la fermeté européennes ont payé”, a quant à lui réagi Emmanuel Macron, jugeant cet accord “essentiel pour protéger (les) citoyens, (les) pêcheurs et (les) producteurs français”. “Nous nous assurerons que c’est bien le cas”, a ajouté le président français sur Twitter.

Si le Royaume-Uni a formellement quitté l’UE le 31 janvier dernier, il est resté depuis lors intégré au marché unique et soumis aux normes européennes dans le cadre d’une période de transition courant jusqu’à la fin de cette année.

L’accord officialisé ce jeudi ne concerne pas les services financiers, qui font de Londres la seule place à rivaliser avec New York. Le secteur des services représente 80% de l’économie britannique. L’accès au marché européen des banques et assureurs basés à Londres est une question traitée en parallèle des négociations sur cet accord commercial.

Les deux camps se sont entendus sur une période de transition “raisonnable” de cinq ans et demi pour l’accès des pêcheurs européens aux eux britanniques, a déclaré Boris Johnson.

0 Réponses à “Brexit: un accord à l’arrache”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol