L’Europe recule face à Pékin

L’Europe recule face à Pékin

 

Claude Leblanc   , journaliste à l’Opinion explique le recul de l’Europe face à Pékin Les rumeurs insistantes concernant la conclusion de l’Accord d’investissement sino-européen soulèvent des interrogations et montrent la réussite de la diplomatie chinoise

 

La conclusion du traité apparaît d’autant plus important pour Pékin qu’à Washington et à Bruxelles on évoque la nécessité d’unir les efforts pour contrer la montée en puissance chinoise. Un récent rapport du républicain Jim Risch, président de la Commission des affaires étrangères du Sénat, insiste sur la nécessité d’une coopération avec l’Union européenne face à la Chine tandis que la Commission européenne travaille sur une proposition à destination des Etats-Unis dans le but de former une nouvelle alliance destinée à relever les défis stratégiques posés par les Chinois.

Depuis quelques jours, une petite musique en provenance de Pékin laisse entendre que l’Accord d’investissement entre la Chine et l’Union européenne (UE) pourrait être conclu « prochainement ». Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi en a ajouté une couche, lundi, en affirmant que les Chinois et les Européens étaient en passe de « parvenir à un consensus » sur ce dossier au terme de sept années de négociations.

Il y a tout juste six mois, Bruxelles exprimait pourtant un certain agacement devant le manque d’empressement de la Chine, estimant qu’elle devait « montrer plus d’ambition afin de conclure les négociations ». Il semble qu’elle soit désormais prête à répondre aux attentes européennes et à faire « le geste politique » dont le chef de sa diplomatie avait parlé lors de son passage à Paris à la fin du mois d’août. Si les informations de ces derniers jours se confirment, Pékin aura fait de grandes concessions concernant l’ouverture de son marché aux entreprises européennes, notamment dans des secteurs comme l’automobile, les biotechnologies, les services ou le secteur hospitalier.

Le changement d’attitude des Chinois a visiblement convaincu les Européens d’avancer vers la signature d’un accord autour duquel subsistent cependant de nombreuses zones d’ombre. A tel point que les représentants de plusieurs think-tanks et instituts européens ont publié, le même jour, une tribune dans la presse pour dénoncer « la hâte » des pays membres de l’UE à vouloir conclure un texte qui « ne constitue qu’une étape modeste dans la promotion de la réciprocité, de la neutralité concurrentielle et de règles de jeu équitables ».

Concessions. En effet, selon plusieurs fuites, les concessions de Pékin sont bien plus modestes concernant la protection des investissements, la politique de subventions à ses entreprises tout comme le respect de la propriété intellectuelle et les transferts forcés de technologies vis-à-vis desquels les demandes des Européens étaient initialement élevées. Jugé trop « vague » par les signataires de la tribune, l’accord est cependant proche de sa conclusion parce que les deux principaux pays de l’UE, la France et l’Allemagne, ont obtenu des Chinois des avancées satisfaisant directement certains de leurs intérêts respectifs, comme la « silver économie » et les véhicules électriques.

Les plus sensibles à l’astronomie peuvent estimer que le parfait alignement de Saturne et Jupiter a eu une influence sur le brusque coup d’accélérateur dans les négociations entre les Chinois et les Européens. Les plus réalistes interprètent cette évolution comme une belle manœuvre diplomatique de la part de Pékin en quête d’un succès dans ce domaine après une année au cours de laquelle son image internationale a été écornée, en particulier en Occident.

Selon la dernière étude du Pew Research Center consacrée à la perception de la Chine dans le monde et publiée en octobre, l’opinion des Européens à son égard s’est très nettement dégradée au cours des derniers mois. De la France à l’Allemagne, en passant par les Pays-Bas et la Suède, entre 70 % et 85 % des personnes interrogées posent un regard négatif sur la Chine. Même en Italie et en Espagne, pays les plus sinophiles du vieux continent, les réactions négatives sont supérieures à 60 %. La crise sanitaire que beaucoup imputent à la Chine n’est évidemment pas étrangère à cette situation, mais elle a seulement contribué à accroître une tendance déjà sensible.

Rivale systémique. Désignée en 2019 comme « rivale systémique » par la Commission européenne dans le prolongement d’un durcissement de la politique chinoise des Etats-Unis, la Chine a d’abord été tentée par une approche agressive vis-à-vis des Européens, comme en a témoigné son attitude au printemps alors que la plupart des pays de l’UE peinaient à combattre la pandémie de la Covid-19. Les sorties de ses « loups combattants » (wolf warriors), diplomates aux discours fort peu diplomatiques, ont plutôt favorisé la défiance européenne. Celle-ci s’est exprimée, le 22 juin, à l’occasion du 22e sommet UE-Chine par la voix de Charles Michel, le président du Conseil européen, pour qui « nous devons reconnaître que nous ne partageons pas les mêmes valeurs, systèmes politiques ou approches du multilatéralisme ».

Comprenant que la manière forte avait ses limites et que l’affaiblissement de Donald Trump embourbé dans sa gestion erratique du coronavirus ouvrait la possibilité d’une alternance à Washington, les responsables chinois sont revenus à une approche plus traditionnelle, mais peut-être plus offensive afin de marquer un maximum de points à l’international. Ils ont multiplié les initiatives comme l’illustre la signature du traité de libre-échange RCEP, le 15 novembre, avec quatorze autres pays de l’Asie-Pacifique (les 10 pays de l’Asean, le Japon, l’Australie, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande), fruit de nombreuses concessions de Pékin notamment au niveau de l’ouverture de son marché.

Le désir manifeste des Chinois de conclure l’Accord d’investissement avec l’UE participe de cette politique d’autant plus que la signature pourrait avoir lieu en pleine période de transition présidentielle aux Etats-Unis. Le moment est propice pour enfoncer un coin dans le camp occidental en acceptant quelques renoncements qui, de toute façon, ne remettront pas en question la stratégie de développement chinoise.

Xi Jinping et son Premier ministre Li Keqiang ont même évoqué une éventuelle adhésion de leur pays à l’Accord global et progressif pour le partenariat transpacifique, ou TPP-11, traité de libre-échange bien plus contraignant et ambitieux que le RCEP. Jouant sur le fait que les deux parties s’étaient donné jusqu’à la fin de l’année pour aboutir, Pékin pousse désormais à une conclusion rapide, laquelle pourrait poser quelques problèmes en Europe.

En effet, en dehors des Français et des Allemands apparemment satisfaits, les autres membres ne se montrent pas tous enthousiastes. Danois et Néerlandais ne voient pas d’un bon œil l’ouverture du marché européen des énergies renouvelables aux Chinois tandis que plusieurs voix rappellent déjà que l’absence de référence, par exemple, au travail forcé dans le projet d’accord pourrait lui être préjudiciable. « La politique commerciale ne se déroule pas dans le vide – la manière dont la question du travail forcé sera abordée dans l’Accord déterminera son sort », a tenu à préciser l’eurodéputé allemand Bernd Lange, rappelant au passage que le Parlement européen a adopté, le 17 décembre, une résolution sur le travail forcé et la situation des Ouïghours dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Reste à savoir quelle option retiendront les négociateurs : la raison ou la précipitation ?

0 Réponses à “L’Europe recule face à Pékin”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol