« Le productivisme destructeur de la nature « 

« Le productivisme destructeur de la nature « 

Pointant quelques inexactitudes dans les propos de Christian Jacob qui s’en prend à l’« idéologie écologiste », Stanislas Rigal, biologiste de la conservation, souligne dans une tribune au « Monde », qu’il est erroné de penser que décroissance est synonyme de récession.

Tribune. 

 

Il faut commencer par souligner que la tribune du président Les Républicains Christian Jacob (« Pour respecter les accords de Paris via la décroissance, il faudrait rester confinés pendant trente ans »Le Monde du 23 novembre) fait l’effort d’apporter quelques nuances là où le débat tourne souvent autour d’idées générales. Cependant, les inexactitudes qu’elle contient sont malheureusement encore nombreuses et nécessitent une clarification.

Reprenons dans l’ordre.

La population mondiale en 2050 nécessitera-t-elle une augmentation considérable de production agricole ? On peut légitimement se poser la question, alors qu’actuellement environ 30 % de la nourriture produite est gaspillée, que 820 millions de personnes sont en sous-alimentation sévère, mais que 13,2 % des adultes sont obèses.

Un problème de répartition

C’est un problème de répartition qui est en jeu ici, car il y a suffisamment de capacité de production sans recourir à la déforestation ou à l’expansion du modèle agricole industriel occidental qui fait déjà des ravages dans le monde entier et qui est, par nature, non durable. N’oublions pas que la majorité de la production est assurée par de petites exploitations qui, pourtant, sont loin d’occuper la majorité des surfaces agricoles.

Mais venons-en au point central de la tribune : la récession n’est pas la décroissance.

La seule écologie réaliste, notamment dans les sociétés occidentales, est celle qui fait décroître l’impact humain sur la biosphère et les quantités d’énergie et de matière extraites de l’environnement.

Alors que la récession est un phénomène inattendu, touchant la quasi-totalité des secteurs sans discernement, créant du chômage, diminuant les moyens de subsistance des plus pauvres et accentuant les inégalités, la décroissance est une entreprise prévue, se concentrant sur les secteurs ayant l’impact environnemental le plus négatif, améliorant le quotidien des plus nombreux, réduisant les inégalités par une redistribution des ressources et une démarchandisation du monde.

0 Réponses à “« Le productivisme destructeur de la nature « ”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol