«La France peut être est au cœur de développement industriel» ?

 

«La France peut être est au cœur de développement industriel»  ?

Hans Oelofse et Vincent Delozière , dirigeants du groupe Refresco estime que la France peut être au cœur du développement industriel ( interview dans l’OPINION)

Tribune

Notre entreprise, Refresco, d’origine néerlandaise, a choisi d’investir 110 millions d’euros en France en construisant une nouvelle usine dans la commune du Quesnoy, dans les Hauts-de-France. Il s’agit du plus important investissement dans le secteur agroalimentaire en France depuis plus de trois ans. Cette usine d’embouteillage, spécialisée dans les boissons sans alcool, a commencé sa production en 2020.

Pourquoi investir en France  ? A chaque fois que nous évoquons cet investissement avec nos interlocuteurs français, ils nous demandent, presque surpris, pourquoi nous avons choisi ce pays. De notre point de vue d’entrepreneurs industriels, cela apparaît comme une opportunité évidente. Mais comme, le disait avec malice Talleyrand, « si cela va sans le dire, cela ira encore mieux en le disant  ».

Rappelons tout d’abord que la France est restée le pays européen qui attirait le plus d’investissements directs étrangers en 2019, selon les études du cabinet EY. Les réformes successives dans les domaines de la fiscalité et du marché du travail ont permis d’améliorer l’attractivité de la France qui bénéficie également d’une forme de stabilité par rapport à ses grands voisins britannique, allemand, italien et espagnol. Ce n’est donc pas un hasard si les entreprises étrangères emploient plus de deux millions de personnes et représentent plus de 20 % des dépenses R&D du pays. La France représente le troisième pays dans le monde pour notre groupe. C’est la raison pour laquelle, nous avons déjà investi plus de 200 millions d’euros sur les cinq dernières années.

« La crise de la Covid a surtout révélé la nécessité d’être proche de nos clients et de nos marchés. Les débats autour de la réindustrialisation de la France et de la souveraineté industrielle européenne nous confortent dans nos choix d’investissement en France »

Sport d’équipe. Toutefois, la crise de la Covid-19 a enrayé la dynamique globale d’investissement. L’Europe, et en particulier la France, ont été particulièrement touchées par la pandémie et ses conséquences économiques. En tant qu’acteur agroalimentaire, cette crise a surtout révélé la nécessité d’être proche de nos clients et de nos marchés. Les débats autour de la réindustrialisation de la France et de la souveraineté industrielle européenne nous confortent dans nos choix d’investissement en France.

Nous opérons en France depuis 1983. Nous y avons désormais sept usines, réparties sur tout le territoire. Nous travaillons au service des grandes enseignes de la distribution et des grandes marques internationales de boissons. Notre entreprise connaît une croissance organique et externe continue depuis dix-huit ans. Nous nous développons sur le marché mature des boissons rafraîchissantes sans alcool qui ne connaît globalement pas une croissance soutenue. Nous avons toutefois identifié des segments à fort potentiel, qui répondent aux nouvelles attentes des consommateurs, et sur lesquels nous avons développé notre leadership comme les boissons à base de thé, les boissons bio ou encore les emballages en PET recyclé.

Le contexte et les perspectives ne suffisent pas à engager un investissement d’une centaine de millions d’euros. Nous sommes des entrepreneurs dans l’âme et nous considérons l’investissement comme un sport d’équipe. Si nous reprenons l’exemple de notre nouvelle usine du Quesnoy, un tel projet a été rendu possible grâce à nos clients, dont PepsiCo France avec lequel nous avons conclu un partenariat de dix ans avant même la construction. Le soutien des élus locaux, à commencer par Xavier Bertrand, le président de la région, et de Marie-Sophie Lesne, maire du Quesnoy et vice-présidente du conseil régional, nous a ensuite été précieux. Nous avons enfin bénéficié du formidable bassin d’emploi de la région et de ses talents pour recruter soixante nouveaux collaborateurs.

Dans cette période troublée et incertaine, il nous semble important de garder le cap, de continuer d’investir sur les sites à fort potentiel, d’optimiser nos outils industriels pour garantir nos activités, et préserver notre capacité d’investissement future. Nous devons faire collectivement preuve de résilience, de pragmatisme et d’audace.

Hans Roelofs est PDG du groupe Refresco, Vincent Delozière est directeur commercial du groupe Refresco et PDG de Refresco en France.

0 Réponses à “«La France peut être est au cœur de développement industriel» ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol