Entreprises : réinventer les organisations

Entreprises : réinventer les organisations

Vinciane Beauchene,  directrice associée au Boston Consulting Group (BCG , estime dans une tribune à l’Opinion que « Les entreprises sont confrontées à une triple crise, économique, sanitaire et sociale, et doivent relever un double défi : maintenir la productivité et réinventer leur organisation pour gagner en résilience »

 

Vinciane Beauchene.

 

 

 

 

.

Les Navy Seals, ces membres des forces spéciales de la marine américaine rompus aux pires conditions, ont une devise qui tient en quatre mots : « Hold fast, stay true ». Dans la tempête, « hold fast », accroche-toi au bastingage pour éviter de passer par-dessus bord. Mais aussi, « stay true », garde le cap. Pas question de laisser le navire dériver, même si l’on ne voit plus les étoiles. Quel meilleur adage pour des entreprises aujourd’hui ébranlées par une triple crise sanitaire, économique et sociale ? Dans sa mise en œuvre, les directions des ressources humaines se retrouvent en première ligne. Mais c’est l’ensemble de la direction générale qui doit se mobiliser.

S’accrocher, c’est avant tout maintenir la productivité et la capacité d’innovation. Une récente enquête du BCG menée auprès de 12 000 salariés dans le monde révèle que 71 % d’entre eux estiment avoir été aussi – voire plus efficaces – qu’avant pour mener à bien des tâches individuelles au cours du premier confinement. En revanche, ils sont 49 % seulement dans ce cas pour les tâches nécessitant de la coopération.

Juste dose de télétravail. Effet néfaste du télétravail? Pas uniquement, car ces écarts se retrouvent dans tous les pays, que les personnes concernées soient chez elles ou au bureau. Il s’agit plutôt d’une conséquence de la distanciation sociale. Se concentrer sur la rédaction d’une présentation ou une tâche administrative demeure partout possible. En revanche, la baisse du nombre d’interactions informelles plombe la créativité. Le sentiment dominant est celui d’un besoin de proximité pour bien collaborer.

Parce que la situation est amenée à se prolonger, les dirigeants vont devoir s’interroger sur le nouveau modèle de travail à instaurer, définir un cap, et le garder

Si les entreprises ne peuvent rien changer au contexte, il leur reste des leviers à actionner. La même étude souligne en effet que la perception d’une productivité en berne est corrélée à quatre facteurs : le lien social, la santé mentale, la santé physique et les outils de travail. Les salariés se déclarant satisfaits sur l’un ou l’autre de ces critères étant deux fois plus nombreux à s’estimer autant, voire plus efficaces. Evénements virtuels, accompagnement psychologique et formation aux outils collaboratifs sont donc quelques exemples d’initiatives à prendre à court terme.

Mais parce que la situation est amenée à se prolonger, les dirigeants vont aussi devoir s’interroger sur le nouveau modèle de travail à instaurer, définir un cap, et le garder. Celui-ci devra être flexible, comme le réclament 60 % des salariés interrogés, remettant en cause une culture du présentéisme où les horaires du manager définissent ceux de son équipe. Il devra aussi être hybride, combiner travail à distance et présentiel, dans des proportions à définir en fonction des objectifs économiques et de la maturité des équipes.

Tester de nouvelles méthodes Au-delà des attentes des collaborateurs, le futur modèle devra prendre en compte les nouveaux comportements des consommateurs, l’accélération du digital, les enjeux sociaux et environnementaux. Près de 25 % des entreprises ont profité de la crise pour tester l’agile, le lean ou le design thinking. Le succès étant au rendez-vous, elles sont 70 % à vouloir étendre et pérenniser ces nouvelles pratiques.

La méthode agile a ainsi démontré son intérêt dans un contexte incertain où alignement, vitesse et adaptation sont clés. Son adoption à grande échelle a des conséquences sur l’ensemble des opérations : cycles budgétaires raccourcis, équipes pluridisciplinaires et moins fragmentées, management resserré et gestion transparente des objectifs. Mais la contrepartie est un meilleur engagement des clients comme des employés et une vélocité accrue.

La marche à franchir pour nombre d’entreprises reste encore haute. Déployer ces nouveaux modèles relève d’une transformation profonde, nécessitant un engagement de l’ensemble de la direction générale, une feuille de route rigoureuse et l’adhésion de salariés parfois déjà épuisés par la première vague. En creux, c’est une nouvelle forme de leadership qui se dessine : celui du monde de demain.

Vinciane Beauchene est directrice associée au Boston Consulting Group (BCG)

0 Réponses à “Entreprises : réinventer les organisations”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol