Jean-Pierre Jouyet, mentor cocu

Jean-Pierre Jouyet, mentor cocu

Dans ses Mémoires, l’ancien secrétaire général de l’Elysée sous François Hollande revient notamment sur sa relation avec Emmanuel Macron, dont il a été le mentor, et dénonce les « errements du nouveau monde ».   Critique du livre par le Monde   Il a servi quatre présidents et évolué pendant quarante ans au cœur du pouvoir. Ancien ministre de Nicolas Sarkozy, ami intime de François Hollande, mentor d’Emmanuel Macron, Jean-Pierre Jouyet, 66 ans, a vidé les carnets qu’il a noircis tout au long d’une carrière politico-administrative au plus haut niveau, pour écrire ses Mémoires, intitulés L’Envers du décor. Ce fils de notaire normand, ayant cumulé les plus beaux postes de la République – du Trésor à l’ambassade de France à Londres en passant par la Caisse des dépôts –, se décrit « en contraire de Machiavel », doté d’une « spontanéité, parfois excessive », et d’une « indécrottable candeur ». Au sein du microcosme, l’ancien secrétaire général de l’Elysée (2014-2017) a en effet toujours eu la réputation de dire, parfois sans filtre, ce qu’il pensait, loin de l’habituelle langue de bois technocratique. Il ne se censure pas davantage ici.

C’est avec son « ancien protégé », dont il dit avoir été très proche (« De 2005 à 2007, je vis une véritable lune de miel avec Emmanuel Macron », écrit-il), qu’il se montre le plus sévère. Avec une amertume, teintée de tristesse, Jean-Pierre Jouyet conte un amour déçu : il a accompagné « Emmanuel » vers les sommets, en le présentant à François Hollande d’abord, puis en appuyant sa nomination à Bercy en 2014, avant de se faire snober par le jeune président, qui n’a soudain plus jugé utile de répondre à ses SMS. Un « mur de silence », constate l’auteur, avant de poursuivre : « Je suis passé en l’espace de 24 heures du statut de mentor à celui d’infréquentable (…) devenu gênant, encombrant. »

Macron, un « séducteur indifférent » « dénué de tout affect »

Car « derrière le fervent disciple », Jouyet n’avait « pas vu pointer le nouveau roi », qui multipliait pourtant les « dîners fins » à Bercy avec le « Tout-Paris », quand il était ministre de l’économie. « J’ai parlé avec Emmanuel. Tout va s’arranger. Il n’a pas l’intention de démissionner », rassure-t-il François Hollande à l’été 2016, quelques jours avant la démission de l’ambitieux ministre. « Jean-Pierre, je ne te remercierai jamais assez pour tes conseils », ironise le chef de l’Etat, quand il est mis devant le fait accompli. A posteriori, Jouyet s’en veut d’avoir succombé au charme de ce jeune inspecteur des finances brillant qui n’est au fond qu’un « séducteur indifférent », juge-t-il : « dénué de tout affect », Macron « utilise les armes de la séduction pour valoriser son propre ego ». « J’ai depuis ouvert les yeux et remarqué l’écart qui existe chez lui entre la parole et les actes », écrit encore l’ex-numéro deux de l’Elysée, qui critique l’« immobilisme agité » du jeune président.

0 Réponses à “Jean-Pierre Jouyet, mentor cocu”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol