Le choix entre légalité et liberté ?

Le choix entre légalité et  liberté ?

Dominique Schnapper , sociologue et politologue,  pose la problématique de l’équilibre entre l’égalité et la liberté « Sans doute une majorité (55 %) déclare que le « libéralisme » « évoque pour eux quelque chose qu’ils aiment », mais loin derrière ce qu’assure l’Etat providence, à savoir la protection (91 %), la solidarité (91 %), le travail (89 %). En même temps, ils plébiscitent la France, l’initiative et la responsabilisation (92 %) » (sondage Ifop pour l’Opinion et la Fondation Concorde)

 

chronique

 

 

Valeurs, rôle de l’Etat, poids du secteur public, politiques sociales, libertés, fiscalité… L’Opinion publie la cinquième édition de son sondage exclusif sur les Français et le libéralisme. Des personnalités le commentent.

Les deux principes qui organisent les sociétés démocratiques, la liberté et l’égalité de tous les citoyens, ne sont pas spontanément en accord. S’ils étaient appliqués à l’extrême, ils seraient même contradictoires. La liberté – ou, concrètement les droits-libertés – implique l’abstention de l’Etat dans la vie des individus. Les droits-créances (droit au travail, droit à la protection, droit à l’éducation etc.), qui s’efforcent d’établir l’égalité entre les citoyens imposent en revanche une intervention de l’Etat dans l’économie et plus généralement dans l’ensemble de la vie collective.

 

Les démocraties de l’Europe occidentale depuis l’instauration de l’Etat de redistribution sociale (ou « Etat providence ») s’efforcent de conjuguer l’essentiel des libertés publiques avec la protection des individus qui permet sinon d’établir l’égalité entre tous leurs membres, de compenser les inégalités trop fortes et d’assurer à tous une condition sociale décente.

Reste que, selon leur histoire et leur culture politique, les démocraties européennes privilégient plutôt la liberté ou plutôt l’égalité. Depuis Tocqueville, on constate que les Français ont une aspiration plus forte pour l’égalité que pour la liberté. Ce sondage récent confirme et nuance cette analyse traditionnelle.

Responsabilisation. Sans doute une majorité (55 %) d’entre eux déclare que le « libéralisme » « évoque pour eux quelque chose qu’ils aiment », mais loin derrière ce qu’assure l’Etat providence, à savoir la protection (91 %), la solidarité (91 %), le travail (89 %). En même temps, ils plébiscitent la France, l’initiative et la responsabilisation (92 %). D’autres résultats suggèrent que la faveur donnée au libéralisme concerne le libéralisme politique et non économique puisqu’ils sont beaucoup moins nombreux à déclarer que les GAFA (24 %), le capitalisme (28 %), la mondialisation (34 %) et les privatisations (35 %) évoquent pour eux « quelque chose qu’ils aiment ».

L’autre résultat à noter est l’attachement plus grand des jeunes à l’égalité que donne la protection – ce qui au premier abord peut paraître paradoxal puisque les plus âgés ont besoin de plus de « protection ». Il est toujours difficile de distinguer dans les réponses ce qui est lié à l’âge et ce qui tient à la génération. Je fais l’hypothèse de l’effet de génération car les jeunes d’aujourd’hui sont nés à la conscience politique en luttant contre les inégalités dans une société libre, alors que les plus âges gardent présent le souvenir des sociétés autoritaires ou totalitaires. On peut d’autant plus le penser que la préférence donnée à la liberté sur l’égalité s’affaiblit au cours du temps, 42 %/29% en 1999 et 41 %/39% en 2020, à l’exception de l’année 2015 par suite de l’effet « Charlie ». Autre effet qui s’inscrit dans la continuité, les variations selon les opinions politiques continuent à être significatives. Plus on est de gauche, plus l’égalité est préférée à la liberté.

Libéralisme politique moins prégnant, sentiment ambigu mais réticent à l’égard du capitalisme, attachement de la gauche à l’égalité : constances et évolution de l’opinion publique.

Dominique Schnapper est sociologue et politologue, auteure avec Alain Schnapper de Puissante et fragile, l’entreprise en démocratie (Odile Jacob, 2020).

Sondage exclusif

Enquête Ifop réalisée par questionnaire auto-administré en ligne, du 13 au 14 octobre 2020, selon la méthode des quotas, auprès d’un échantillon de 1 032 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

0 Réponses à “Le choix entre légalité et liberté ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol