« Les banques sont menacées financièrement »

« Les banques sont menacées financièrement »

 

Alexandre Birry (S&P Global Ratings) estime que les banques traditionnelles européennes risquent d’être très menacées financièrement.

 

(Interview de l’Opinion)

Depuis le début de la pandémie, S&P Global Ratings a pris 236 mesures de notation négatives – principalement des révisions de perspectives – sur les banques dans le monde. L’agence estime que de nombreux systèmes bancaires ne retrouveront pas leur solidité financière pré-pandémie avant 2023 ou au-delà. Alexandre Birry est responsable mondial des études sur les institutions financières chez S&P Global Ratings.

Selon vous, 2021 pourrait être l’année la plus difficile pour les banques depuis 2009. Pour quelles raisons ?

Nous prévenons que la partie n’est pas encore gagnée. En 2020, les banques ont fait face à un choc sans précédent. Elles ont prouvé qu’elles étaient mieux préparées qu’en 2009 mais elles ont aussi bénéficié d’un soutien à l’économie sans précédent. Leurs résultats du troisième trimestre ont parfois été meilleurs qu’attendu, ce qui a créé un parfum d’optimisme. Mais l’arrêt progressif des « perfusions ​» de soutien l’an prochain donnera une image plus vraie de la qualité des actifs bancaires. On verra plus nettement les séquelles de la crise. Et on se préoccupera à nouveau de l’impact à long terme des bas taux d’intérêt sur la rentabilité des banques.

Le secteur profitera tout de même de la reprise économique ?

C’est le paradoxe. Nous tablons sur une reprise assez marquée l’an prochain, mais on observe souvent un décalage temporel entre le cycle économique et la performance bancaire. A cela s’ajoute le fait qu’une confirmation de la reprise justifiera le retrait progressif des aides qui masquent la réalité économique. Pour les banques européennes et américaines, on peut parler de reprise « ​aigre-douce ​».

« La profitabilité, la génération de revenus des banques et leur modèle opérationnel sont menacés par l’environnement de bas taux d’intérêt »

Les difficultés que vous redoutez rendront-elles nécessaires des recapitalisations bancaires ?

Nous ne prévoyons pas de recapitalisation en masse. En dépit d’un quasi-doublement prévu des provisions cette année et l’année prochaine par rapport au rythme de provisionnement de 2019 (augmentation totale d’environ 100 milliards d’euros en Europe en 2020 et 2021), on anticipe une érosion légère de la capitalisation des banques européennes. Cela ne changera pas substantiellement notre vision de leur qualité. C’est en cela que notre scénario est fondamentalement différent de 2009. Les banques ont renforcé leur bilan depuis dix ans, et s’ajoute à cela le fait que les régulateurs ont momentanément assoupli certaines de leurs exigences réglementaires pour donner plus de flexibilité au secteur. Cela ne change rien au fait que la situation reste difficile sur le long terme. La profitabilité, la génération de revenus des banques et leur modèle opérationnel sont menacés par l’environnement de bas taux d’intérêt.

Quid des dividendes, que certaines banques aimeraient distribuer à nouveau ?

C’est une question délicate. La réponse des autorités à la crise a été un fort soutien à l’économie et à la liquidité du système bancaire, en contrepartie d’une suspension des dividendes. Cela a représenté environ 30 milliards d’euros économisés par les banques européennes au titre de 2019, c’est autant d’argent qui leur a permis de soutenir l’économie en préservant leur capital. Depuis les bons résultats du troisième trimestre, les banques commencent à faire plus de bruit sur le sujet. Il faut dire que l’arrêt des dividendes a fait chuter leur cours de Bourse, ce qui limite leur capacité à lever du capital en cas de besoin. Des mesures qui s’éternisent finissent toujours par avoir des effets néfastes, mais il faut conserver un certain degré de réalisme. Le stress économique n’est pas derrière nous.

« On assistera sans doute à une amplification de la consolidation du secteur. Faute d’union bancaire aboutie, les fusions-acquisitions seront en priorité domestiques »

Les banques vont donc rester faiblement valorisées par la Bourse, c’est un vrai handicap…

Le « ​price to book ​» de nombreuses banques européennes est aujourd’hui inférieur à 0,5 fois, cela veut dire que le marché les valorise moins de la moitié de leurs fonds propres. Ce n’est pas nouveau même si la suspension des dividendes a amplifié cette décote. Il n’y a pas de fatalisme sur le sujet ​: l’espagnol BBVA vient de céder sa filiale aux Etats-Unis sur une valorisation nettement plus élevée. La faiblesse des valorisations en Europe a plusieurs explications (niveau particulièrement bas des taux d’intérêt, nombre parfois excessif de banques, réformes structurelles insuffisantes, Union bancaire toujours inachevée). Cela changera peut-être lorsqu’elles pourront enfin tirer les bénéfices d’un marché européen plus unifié.

Les banques se restructurent avec la crise. Attendez-vous une vague de fusions-acquisitions en Europe ?

Le confinement est un accélérateur de tendance ​: les attentes des clients ont évolué, ce qui permet aux banques de réviser leurs coûts à la baisse. On assistera sans doute à une amplification de la consolidation du secteur, mais cela se fera sur la durée. Faute d’Union bancaire aboutie, elles seront en priorité domestiques, c’est déjà le cas en Espagne, en Italie, et – même si plus discrètement – en Allemagne.

0 Réponses à “« Les banques sont menacées financièrement »”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol