« Une crise de la dette à grande échelle évitable ? »

« Une crise de la dette à grande échelle évitable ? »

Les analystes financiers Terry Chan et Alexandra Dimitrijevic estiment, dans leur chronique, que l’envolée de l’endettement mondial n’affecte que partiellement la solvabilité des agents économiques. Ils fondent  leurs pronostics sur l’hypothèse du maintien de taux d’intérêt bas. Or c’est le risque majeur quand la masse de liquidités est complètement décalée de la richesse réelle. En outre,  la certitude d’une reprise rapide même progressive n’est pas assurée car il faut prendre en compte les facteurs structurels d’évolution des modes de production et de consommation.

Chronique.

 

 Alors que les Etats, les entreprises et les ménages sont confrontés aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, de nombreux observateurs tirent la sonnette d’alarme sur l’augmentation rapide de la dette à travers le monde. Le ratio dette/PIB de ces trois types d’emprunteurs devrait augmenter de 14 % en 2020, pour atteindre le niveau record de 265 %.

L’agence Standard & Poor’s (S&P) a abaissé la notation de crédit d’environ un cinquième des émetteurs de dette d’entreprise et de dette souveraine. Le nombre d’entreprises insolvables va probablement augmenter si, avant l’arrêt des mesures extraordinaires de relance budgétaire, les trésoreries et les bénéfices ne reviennent pas à leur niveau précédant la pandémie.

Le monde devrait toutefois connaître une reprise économique progressive, mais irrégulière, à condition que les facilités de financement soient maintenues dans un contexte de taux d’intérêt bas sur une longue période. Si l’on ajoute à cela le développement d’un vaccin d’ici à la mi-2021, la réduction des mesures de relance par les Etats, la réparation progressive des bilans des entreprises et la baisse des dépenses des ménages, l’endettement mondial devrait se stabiliser vers 2023.

Il faut également – et surtout – tenir compte de la capacité de remboursement des emprunteurs. Aujourd’hui, des mesures de relance budgétaire et monétaire sans précédent permettent de garder le robinet des liquidités ouvert pour les entreprises. Le coût du crédit est très favorable, et va probablement le rester longtemps, au moins jusqu’en 2023. Les écarts de crédit, resserrés par rapport à leur pic de mars, sont plus sensibles aux risques spécifiques des entreprises qu’aux risques du marché.

Pour l’essentiel, l’augmentation de la dette vise à créer les conditions d’une reprise économique qui améliore la capacité future de remboursement des emprunteurs. C’est particulièrement vrai pour les Etats qui cherchent à réduire l’impact économique de la pandémie par des mesures de relance budgétaire.

Solvabilité maintenue

A l’issue de la pandémie, l’endettement de tous les Etats aura augmenté, en particulier dans les pays développés. Néanmoins, ceux-ci ont maintenu jusqu’à présent leur solvabilité grâce à leur richesse, à la solidité de leurs marchés financiers et à leur flexibilité monétaire. Jusqu’à présent, S&P n’a abaissé la note d’aucun pays du G7. La plupart des déclassements de ces derniers mois ont touché les Etats de catégorie spéculative.

 

0 Réponses à “« Une crise de la dette à grande échelle évitable ? »”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol