• Accueil
  • > social
  • > Social – Près de 300.000 SDF en France : ( fondation Abbé-Pierre)

Social – Près de 300.000 SDF en France : ( fondation Abbé-Pierre)

Social – Près de 300.000 SDF en France : ( fondation Abbé-Pierre)

Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre évoque le résultat d’une étude- dans une interview au JDD-qui dénombre 300 000 SDF en France

Combien y-a-t-il aujourd’hui de SDF en France?
La dernière enquête officielle de l’Insee, en 2012, en recensait près de 141.500, déjà presque 50% de plus qu’en 2001. Dans le cadre de la préparation de notre rapport annuel sur le mal Logement, nous avons tenté d’actualiser ces données. D’après nos calculs, le chiffre actuel tourne autour de 300.000 SDF. Ça signifie deux fois plus qu’en 2012, et trois fois plus qu’en 2001. C’est effrayant! Ce chiffre doit être un électrochoc. On ne peut pas continuer comme ça dans un pays riche comme le nôtre!

 

Comment aboutissez-vous à ce chiffre?
Nous avons repris les catégories identifiées par l’Insee. Nous avons ainsi comptabilisé environ 185.000 personnes en centres d’hébergement, un chiffre qui augmente d’année en année, 100.000 dans les lieux d’accueil pour demandeurs d’asile, 16.000 personnes dans les bidonvilles. S’y ajoutent les sans-abris, plus difficiles à quantifier. Un certain nombre de villes organisent des Nuits de la solidarité pour les compter : 3.600 à Paris, 1.600 à Montpellier, 1.000 à Rennes. Il faudrait lancer une nouvelle enquête de l’Insee pour obtenir un chiffre global très précis, mais on est autour de 300.000.

 

Avec la crise économique, le profil des SDF a-t-il changé?
Ce sont souvent des hommes seuls, en majorité des étrangers, comme en 2012. Mais la part des femmes et des familles ne cesse d’augmenter. En dix ans, la France a eu un million de pauvres en plus. Avec la crise économique, nous craignons qu’une partie bascule dans la très grande précarité. Ces derniers mois, nous avons déjà observé deux choses. De nouveaux publics, hébergés jusque-là chez des proches, appellent désormais le 115, le numéro pour l’hébergement d’urgence. Des personnes ayant un domicile viennent aussi chercher des tickets alimentaires en centre de jour. C’est un signal inquiétant : quand on n’arrive plus à se nourrir, on a généralement du mal à payer son logement.

 

Que pensez-vous des mesures prises par le gouvernement?
Lors du premier confinement, tout le monde s’est mobilisé pour les personnes sans domicile. Le gouvernement a ouvert près de 30.000 places d’hébergement d’urgence supplémentaires, prolongé la trêve hivernale jusqu’au 10 juillet -du jamais vu depuis sa mise en place en 1956, à la demande de l’abbé-Pierre- et distribué des tickets services en guise d’aide alimentaire. Des municipalités ont même fait des aménagements dans certains bidonvilles. Marseille, par exemple, a installé des points d’eau que nous demandions depuis des années. Au printemps, dans les grandes villes, on a trouvé une solution pour la quasi-totalité des personnes qui appelaient le 115. Ça a été une très forte mobilisation collective, on a même parlé de ‘parenthèse heureuse’.

 

Et aujourd’hui, quelle est la situation?
La configuration est différente. Il y a eu beaucoup d’expulsions de squats et de bidonvilles ces derniers mois. Et sur le terrain, certains tardent à réagir. Dans de grandes villes comme Paris, Lyon, Lille ou Bordeaux, 80 à 90% des appels au 115 sont restés sans solution, fin octobre. Emmanuelle Wargon, la ministre du Logement, l’a répété : tous ceux qui le souhaitent doivent être mis à l’abri. Plus de 9.000 places supplémentaires ont déjà été ouvertes. Mais ça reste très tendu, il faut absolument mobiliser tous les acteurs comme en mars-avril.

 

Que préconisez-vous?
Il faut ouvrir autant de places d’hébergement que nécessaires, mais surtout agir en amont. Avec la crise économique et le chômage de masse, beaucoup de gens risquent de ne plus pouvoir payer leur logement. Et les expulsions vont reprendre à partir du 1er avril prochain. Nous devons anticiper cette bombe à retardement et mettre en place un dispositif préventif massif, comme celui du chômage partiel. Nous demandons la création d’un fonds d’aide au paiement des loyers et des charges, doté de 200 millions d’euros. Nous défendons la mise en place d’un RSA pour les jeunes – les 18-29 ans représentaient 26% des SDF en 2012 – et l’encadrement des loyers.

 

Et pour ceux qui n’ont déjà plus de domicile?
Nous devons, en aval, développer des solutions de logement durable. Les personnes qui sont actuellement dans les dispositifs d’hébergement d’urgence peinent à en sortir. Ils n’ont pas les moyens d’emménager dans le privé. La crise freine la construction de logements HLM. Et les ménages fragilisés préfèrent ne pas bouger. On estime, cette année, qu’il y aura 100.000 logements sociaux attribués de moins que l’an passé. Nous demandons au contraire la construction de 150.000 logements sociaux, notamment très sociaux, par an.

 

Que pensez-vous du plan « Logement d’abord » que le gouvernement a lancé en 2017? 
Ça va dans le bon sens : nous avons besoin d’avoir plus de pensions de famille, de logements très sociaux, d’appartements à vocation sociale dans le parc locatif privé. Mais pour atteindre l’objectif « zéro personne à la rue » par Emmanuel Macron, il faudrait une politique ‘Logement d’abord’ puissance 10! Et le gouvernement ne devrait pas, comme il le fait dans le même temps, couper massivement dans les APL ou faire des économies sur le logement social.

 

Que prévoit le plan de relance?
Dans le plan de relance, doté de 100 milliards d’euros, la partie pauvreté et personnes en difficulté représente moins de 1%. Une enveloppe de 500 millions est prévue pour la rénovation des logements sociaux, mais rien pour financer la construction de logements très sociaux. Cela permettrait pourtant de créer des emplois. Près de 100 millions d’euros sont destinés à la rénovation de centres d’hébergement, l’aide alimentaire, les foyers de travailleurs migrants. Ce sont des montants très faibles. Il faut absolument changer d’échelle, sinon le nombre de personnes sans domicile va encore augmenter de façon exponentielle.

0 Réponses à “Social – Près de 300.000 SDF en France : ( fondation Abbé-Pierre)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol