La stratégique transition numérique

La stratégique transition numérique

 

Thibault Lanxade et Alexandre Zapolsky dirigeants de Jouve et de Linagora, insiste sur le caractère stratégique de la transition numérique (chronique dans l’Opinion)

 

Formulée noir sur blanc, comme telle, dans son programme de campagne pour la présidentielle de 2017, la promesse du candidat Emmanuel Macron était belle : « Par-delà la dématérialisation des services publics, l’Etat doit devenir un “Etat plateforme”, qui s’appuie sur les contributions de la multitude des usagers pour améliorer les services existants ou en créer de nouveaux. Cela permettra de fournir de nouveaux services plus simples, plus performants et mieux adaptés aux besoins. Nous créerons un compte citoyen en ligne (site et application), qui rassemblera sur une même interface tous les droits, notamment ceux liés à la santé, à la trajectoire professionnelle, à la formation, à la situation fiscale, aux droits civiques. Ce point d’entrée unique facilitera les relations avec l’administration, et permettra d’avoir plus facilement l’information. Nous créerons une banque de données numériques réutilisables. »

Les acteurs du secteur étaient alors unanimes : ce projet était astucieux, moderne. Il témoignait d’une véritable connaissance des enjeux et d’une volonté de rupture par rapport aux habitudes et aux réflexes du monde d’avant.

Vive la métaplateforme! Il s’agissait, alors, de créer au niveau de l’Etat une métaplateforme numérique, une « plateforme des plateformes » qui transforme les principes d’organisation et les modes d’action de l’État et qui, à l’image des grandes entreprises du numérique – principalement les GAFAM –, mette en place des dispositifs d’interface et d’intermédiation permettant de faciliter les échanges d’informations ainsi que la production de biens et services.

A cette métaplateforme, d’autres plateformes satellites innovantes, issues du monde bouillonnant du numérique allaient pouvoir s’agréger pour servir l’intérêt général. Ce type d’organisation avait été décrit par Nicolas Colin et Henri Verdier, deux entrepreneurs du numérique français, dans leur livre L’Age de la multitude, publié en 2012. L’objectif était double : d’une part, accélérer la révolution numérique en partant du principe que les flux d’intelligence et de créativité se situent désormais dans la « multitude », c’est-à-dire davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur des organisations. Et d’autre part, de stimuler l’engagement citoyen qui favorise et utilise l’innovation du plus grand nombre et qui garantisse des ressources accessibles à tous.

En appliquant ce concept, l’Etat proposait de faire son aggiornamento numérique. La logique de silos ? Balayée ! Avec cette proposition, Emmanuel Macron portait une vision ambitieuse et innovante d’une organisation numérique transversale des services publics pour plus d’efficacité et de réactivité face aux attentes des concitoyens. Dans le même temps, cette révolution permettait à la France de se protéger des appétits des géants du numérique extra-européens dont les solutions, parce qu’elles règlent et facilitent une partie de notre quotidien, se substituent progressivement à l’Etat, contribuant ainsi à sa fragilisation.

L’histoire se répète… Plus de trois ans après ces déclarations, il faut convenir que le chemin reste encore long pour matérialiser cette ambition. Certes, la French Tech a pris son envol. Nos start-up témoignent aux quatre coins du monde de l’ingéniosité de nos talents, attirant les investisseurs, suscitant les fiertés nationales. Mais le montant des levées de fonds ne peut en aucun cas être un critère suffisant pour évaluer la réussite de la révolution numérique que la France doit impérativement mener pour rester compétitive face à ses concurrentes.

Malgré le rôle majeur joué par les innovations numériques au cours de cette crise de la COVID19, et notamment pendant le confinement, ayant contribué « à la résilience de la Nation ​» pour le président de République, force est de constater que le monde d’aujourd’hui ressemble étrangement à celui d’hier. A la place de la métaplateforme promise, ouverte et accessible sont apparues des « ​mégaplateformes ​» cloisonnées, fonctionnant en silos, avec pour leader technique les acteurs majeurs du secteur.

Les 7 milliards d’euros du plan de relance seront-ils mis au service de cette nouvelle ambition affichée de « ​bâtir ensemble la souveraineté numérique de la France ​» ​?

Un tel outil, en proposant des solutions agiles, plug and play, aurait facilité une digitalisation massive des TPE, PME et commerçants en leur permettant d’utiliser les briques technologiques adaptées à leurs besoins. Cette métaplateforme les aurait probablement aidés à mieux anticiper cette seconde vague…

On peut, à juste titre s’interroger sur la structuration du plan de relance, et notamment sur la répartition proposée de ces 7 milliards d’euros. Seront-ils véritablement mis au service de cette nouvelle ambition affichée de « ​bâtir ensemble la souveraineté numérique de la France ​» ​? Il suffit de regarder les derniers résultats des appels d’offres lancés par les structures gouvernementales pour être convaincu que le changement de paradigme n’a pas encore eu lieu. Nous sommes manifestement au cœur du sujet, fortement porté par le Président de la République, de l’accomplissement des « ​derniers mètres ​», ceux de la concrétisation effective d’une ambition politique.

Que ce soit au ministère de l’Intérieur, à la Justice, à Bercy, à la Défense, au ministère du Travail ou en interministériel, les grands référencements AMOA, MOE, TMA sont captés en très grande majorité par les entreprises de services numériques (ESN) françaises et internationales. Bien entendu, elles promettent d’associer l’ensemble des acteurs de cet écosystème et jouent la carte du « ​collaboratif ​». Mais tiendront-elles leur promesse ​? En France, historiquement, les relations entre les grandes entreprises numériques et les autres n’ont pas jamais été équilibrées. Les rapports de force ont toujours joué en faveur des premières et au détriment des secondes. Pour quelles raisons le cours de l’histoire changerait-il ​?

Est-il trop tard ​? Nous ne le pensons pas.

Face au risque de voir l’Etat se faire ubériser par des géants numériques basés hors d’Europe, une ambition à la petite semaine n’a aucun de sens

Revenons tout simplement à l’idée de départ ​: la révolution culturelle. Il s’agissait de structurer en profondeur l’armature numérique de l’Etat et des services publics en coconstruisant une plateforme ouverte, collaborative, réactive. Certains diront que cette révolution est trop ambitieuse. Mais, face au risque de voir l’Etat se faire ubériser par des géants numériques basés hors d’Europe, une ambition à la petite semaine n’a aucun de sens. La demi-mesure serait même dangereuse.

Par ailleurs, il faut bien avoir conscience que la difficulté de passer d’une architecture verticale à une architecture horizontale n’est pas d’ordre technique. Nos entreprises, et nous le précisons, toutes nos entreprises quelle que soit leur taille, sont en mesure de répondre aux défis technologiques posés par cette révolution que nous appelons de nos vœux. Mais la difficulté s’avère être d’ordre culturel… Si l’on veut réellement changer de système pour créer un Etat moderne, efficace, réactif, économe qui défende pleinement les intérêts des citoyens et protège notre souveraineté, le plus simple, mais peut-être aussi le plus difficile, est de changer de mentalité.

Thibault Lanxade est PDG du groupe Jouve et Alexandre Zapolsky est président de Linagora.

0 Réponses à “La stratégique transition numérique”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol