Bridgestone refuse la reconversion de Béthune

Bridgestone refuse la reconversion de Béthune

Il n’y a aucune perspective de reprise de l’usine de Béthune d’autant que Bridgestone n’en souhaite aucune dans la filière pneus. Une claque évidemment pour les 860 employés qui auront du mal à ce recaser ailleurs compte tenu de l’environnement. Une claque aussi pour le gouvernement qui montre ainsi les limites de son action économique même pour une seule entreprise. «Bridgestone a fermé la porte, Bridgestone quitte le site de Béthune.» «Le scénario qui visait à maintenir une activité de production de pneus pilotée par Bridgestone a été refermé», a-déclaré la représentante du gouvernement. «Mais nous nous serons là aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions possible (…) pour travailler sur des scénarios de reprise (…) pour faire en sorte que le plan social qui est aujourd’hui proposé soit amélioré» a assuré la ministre. «Nous allons nous battre pour que ce site reste industriel», a-t-elle ajouté, évoquant comme piste une production dans la région de batteries électriques. D’autres projets très vagues sont aussi évoqués et on sait que dans ce genre de situation certains repreneurs ne sont pas très sérieux voir même profitent de la situation pour dépecer complètement ce qui reste de l’entreprise y comprise en encaissant des aides publiques.

«La fermeture de l’usine Bridgestone de Béthune, c’est l’échec d’un État sans vision stratégique, et c’est un drame pour toute notre région HautsDeFrance. Sans volonté politique d’inverser la tendance, la désindustrialisation continuera», a pour sa part tweeté la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. Le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier avait quant à lui dénoncé une décision «inadmissible».

0 Réponses à “Bridgestone refuse la reconversion de Béthune”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol