«Pour Erdogan mieux vaut défier Macron que Poutine»

«Pour Erdogan mieux vaut défier Macron que Poutine»

Mieux vaut défier Macron que Poutine analyse Ahmet Insel, économiste et politologue turc qui souligne la timidité des partenaires de la France (UE ou OTAN) à l’égard des Turcs. (Interview dans le Figaro)

-Erdogan a de nouveau multiplié les provocations à l’égard de la France. Cette surenchère sert-elle encore ses intérêts stratégiques, ou s’agit-il uniquement d’une manifestation d’animosité à notre égard?

Ahmet INSEL. - Cette surenchère lui permet de renforcer l’alliance ultra-nationaliste au pouvoir. Depuis 2016, Erdogan a besoin de l’appui de l’extrême-droite nationaliste pour obtenir une majorité lors des élections présidentielles et générales. Défier la France lui permet d’élargir la base de ses soutiens et obliger les partis d’opposition, sauf le parti pro-kurde de gauche, le HDP, de manifester leur soutien à Erdogan dans sa politique extérieure. C’est l’enjeu principal de ses attaques personnelles contre Macron.

Secundo, il veut aussi se draper du statut de défenseur des musulmans du monde, humiliés par les occidentaux. Il incarne un nationalisme à forte coloration religieuse, un islamo-nationalisme et Macron lui sert de «tête de Turc».

Tertio, la France et la Turquie sont en Lybie, en Syrie (elles étaient très proche sur ce terrain jusqu’en 2013-2014), et dans le conflit du Haut-Karabagh soutiennent les camps opposés. Et la France est devenue la puissance protectrice de la Grèce dans son différend avec la Turquie au sujet de la définition des zones économiques exclusives en Egée et en Méditerranée… Cela fait trop de sujets de conflit pour réduire les joutes verbales à une simple animosité personnelle.

La Turquie a-t-elle encore sa place dans l’OTAN, selon vous?

C’est aux stratèges de l’OTAN d’y répondre sur les conséquences militaires et géostratégiques d’une telle éventualité. Mais une Turquie hors de l’OTAN ne serait-elle pas encore plus un facteur d’instabilité régionale? Et les statuts de l’OTAN ne prévoient pas tellement une exclusion.

Si cette dérive continue, la Turquie pourrait être de fait mise à l’écart en tant qu’allié stratégique

La perte de confiance en la Turquie au sein des principaux membres de l’OTAN est manifeste et si cette dérive continue, la Turquie pourrait être de fait mise à l’écart en tant qu’allié stratégique. On parle de plus en plus de l’éventualité de déménager en Crète la base d’Incirlik par exemple ou l’obtention des facilités dans certaines iles grecques pour la flotte française.

Comment expliquer la mollesse des réactions américaine et européennes?

Les États-Unis s’intéressent moins au Proche Orient et à la Méditerranée orientale, sauf quand il s’agit d’Israël, et ce désintérêt a commencé bien avant l’arrivée de Trump au pouvoir. De plus actuellement les américains sont bien occupés par leur propre élection présidentielle. L’UE en revanche est en grande partie tétanisée par sa peur de l’immigration et Erdogan utilise cette peur.

D’autre part, il y a deux courants qui s’affrontent dans l’UE. Merkel est toujours favorable pour laisser la porte des négociations ouvertes avec la Turquie, au moins jusqu’aux élections prochaines en Allemagne quitte à lui faire des promesses que tout le monde sait irréalisables (comme l’annulation des visas pour les ressortissants de Turquie). Et un nombre considérable de pays de l’UE sont irrités par la position française qu’ils jugent unilatérale, avec un très grand écart entre les capacités réelles d’intervention de la France et sa posture de bras de fer.

Si tous les pays de l’UE (sauf la Hongrie) ont condamné les propos injurieux d’Erdogan contre Macron, il n’y pas une telle unanimité pour décider des sanctions contre la Turquie et encore moins pour officialiser l’annulation du statut de pays candidat à l’adhésion de la Turquie. Pour Erdogan, défier Macron est bien plus facile et potentiellement bien peu coûteux que de défier Poutine, Trump ou un autre président américain.

Le discours islamiste et nationaliste d’Erdogan trouve-t-il un écho fort au sein de la population immigrée turque, en France ou en Allemagne?

Il trouve un certain écho manifestement. Est-ce qu’il s’agit d’un écho fort, je ne sais pas. Je ne connais pas bien cette question.

La France peut-elle assumer seule la confrontation avec la Turquie?

On voit bien l’effet de l’absence d’une véritable politique étrangère de l’UE et encore plus de l’inexistence des moyens d’une telle politique. La France peut difficilement poursuivre seule cette confrontation et par ailleurs elle n’a pas intérêt à la faire de cette manière.

Une opposition à cet aventurisme peut-elle naître au sein même de la population civile turque?

Il existe une telle opposition mais elle est très faible et les réflexes nationalistes priment, surtout dans la politique extérieure, au sein des principaux partis d’opposition de droite libérale ou sociaux-démocrates. En revanche l’aventurisme de l’alliance islamo-nationaliste au pouvoir conduit aussi l’économie turque vers une catastrophe et ça c’est le talon d’Achille du pouvoir du clan d’Erdogan. Mais plus l’économie turque va s’enfoncer dans la crise, plus Erdogan risque d’augmenter le degré de la répression à l’intérieure et de l’agressivité à l’extérieure.

 

0 Réponses à “«Pour Erdogan mieux vaut défier Macron que Poutine»”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol