• Accueil
  • > Archives pour octobre 2020

Archive mensuelle de octobre 2020

Page 24 sur 30

La Française Odile Renaud-Basso élue présidente de la BERD

La Française Odile Renaud-Basso élue présidente de la BERD

Une française, Odile Renaud-Basso a été élue à la tête de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour une durée de quatre ans renouvelable.

Basée à Londres, la BERD a vu le jour après la chute du mur de Berlin pour aider les ex-pays de l’Est dans leur transition vers l’économie de marché. Mais depuis la crise financière de 2007-2008, elle a fortement étendu ses activités, toujours en faveur du développement économique, mais aussi plus récemment de la lutte contre le réchauffement climatique. En 2019, la BERD a investi 10,1 milliards d’euros (+6% par rapport à 2018) dans 38 économies réparties entre l’Europe, le bassin méditerranéen et l’Asie centrale.

Odile Renaud-Basso, 55 ans, est une ancienne énarque passée par Science Po et diplômée de l’université américaine d’Harvard. Une partie de sa carrière s’est déroulée au Trésor, une des principales directions du ministère de l’Économie et des Finances, souvent considérée comme le cerveau de Bercy. Elle en était la directrice générale depuis juin 2016, s’imposant d’ailleurs là aussi comme première femme à prendre les rênes de cette institution.

 

Canal Seine Nord : un projet fou

 Canal Seine Nord : un projet fou

comme souvent en France lorsqu’on est en mal de projets économiques, on propose la réalisation d’une énorme infrastructure. C’était le cas avec le projet de canal Rhin-Rhône et depuis des années on parle du canal Seine Nord. Encore un projet pharaonique qui présente de nombreuses faiblesses. D’abord le potentiel de trafic transférable a été considérablement gonflé. Surtout avec l’évolution structurelle de la nature des échanges. Ensuite parallèlement le coût du projet s’est envolé et a été multiplié par plus de trois. Une estimation encore provisoire car on sait que la dérive est toujours plus importante au moment de la réalisation. Notons aussi que le trafic en cause peut parfaitement être acheminé par le rail sans investissements supplémentaires. Du coup, la cour des comptes européennes porte une appréciation très négative sur ce projet inutile défendu seulement par des lobbys et des politiques en mal d’affichage. Initialement le coup été fixé à 1,6 milliards et il approche maintenant 5 milliards.

Depuis le début des années 1970, alors qu’il représentait 110 millions de tonnes et 14 milliards de tonnes-kilomètres, le transport fluvial a connu un déclin important.

Ce déclin s’explique avant tout par les évolutions structurelles de l’économie : déclin des industries lourdes traditionnelles et des transports de pondéreux, importance croissante de la rapidité des acheminements. Il s’explique également par une perte de compétitivité de la voie d’eau due à plusieurs facteurs : vétusté du réseau et manque d’entretien entraînant des difficultés d’exploitation, rigidité des pratiques professionnelles, obsolescence du cadre législatif et réglementaire et, d’une manière générale, mauvaise insertion technique et commerciale dans les « chaînes logistiques » de l’économie moderne. L’activité s’est encore redressée dans les années 90 mais le trafic a rechuté à partir de 2010 et représente aujourd’hui moins de la moitié de ce qu’il était dans les années 70. La part du trafic fluvial est inférieure à 2 % du potentiel global.

Économie américaine : Pelosi pour un accord global de soutien

Économie américaine : Pelosi pour un accord global de soutien

 

Le président américain a décidé de geler les discussions sur le second plan de soutien à l’économie jusqu’à l’élection présidentielle. Les démocrates plaident pour la mise en place d’un plan de soutien de 25 milliards en faveur du secteur aérien tout en défendant l’élaboration d’un plan d’aide aux contours bien plus vaste d’un montant de 2.200 milliards de dollars.

Du côté de la Maison blanche, on souhaite maintenir le coût de ce plan global autour de 1.600 milliards de dollars.

L’administration Trump concentre ses efforts sur la création de projets de lois « autonomes » destinés à soutenir le secteur du transport aérien, et à assurer le versement de 1.200 dollars d’aides aux particuliers.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, Nancy Pelosi a déclaré ne pas savoir quelles étaient les chances d’arriver à un accord avec la Maison blanche tout en faisant état de « progrès ». Mais les positions du président américain sont très fluctuantes sur le sujet

Des taxis sans chauffeur et… sans client !

Des  taxis sans chauffeur et… sans client !

 

 

La voiture complètement autonome est évidemment un concept complètement utopique et dangereux. Les expériences qui sont menées le sont seulement dans des sites très protégés autrement dit ce qu’on appelle pour les autres modes de transport des sites propres. Comme c’est le cas pour  le train, le métro par exemple. Entre les deux types d’infrastructures il y a les sites partiellement protégés par exemple pour les autobus mais qui cependant ne peuvent être sans conducteur.

La raison est assez simple c’est que la voiture autonome est incapable de prendre en charge la diversité des risques dans un espace viaire partagé par d’autres modes de transport, des piétons, des promeneurs et notamment des enfants. On ne peut pas non plus dans un espace viaire  partagé autoriser une mixité des modes de régulation avec des véhicules autonomes et d’autres sous la responsabilité des conducteurs.

Pourtant : Waymo s’apprêterait  à proposer plus largement son service de robot taxis, des voitures autonomes sans chauffeur, à Phoenix (Arizona), où l’entreprise teste déjà depuis 2017 ses véhicules à la pointe du secteur. Il faut cependant observer que des annonces du même type ont été faites dans le passé par des entreprises comme Tesla ou Uber.

Sondage Islamisme: 80 % approuvent le principe d’une loi contre le séparatisme…. mais n’y croient pas

Sondage Islamisme: 80 % approuvent le principe d’une loi contre le séparatisme…. mais n’y croient  pas

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro, 8 Français sur 10 approuvent le principe d’une loi contre le séparatisme dans le détail, 79 % des Français estiment qu’interdire le recrutement d’imams «détachés» venant de pays étrangers est efficace pour lutter contre le «séparatisme», et 77 % d’entre eux jugent pertinent de créer un contrat d’engagement sur la laïcité pour les associations bénéficiant de financements publics.une  majorité de Français est favorable à un «projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains». 62 % d’entre eux considèrent le terme «séparatisme» clivant, et 59 % le jugent moins compréhensible.

Pour la moitié des Français, ce texte vise avant tout à capter – ou conserver – une partie de l’électorat de droite

Enfin l’opinion publique doute de la sincérité des motivations du gouvernement. Pour la moitié des Français, ce texte vise avant tout à capter – ou conserver – une partie de l’électorat de droite.

2022: un candidat communiste pour enterrer définitivement le parti

2022: un  candidat communiste pour enterrer définitivement le parti

 

Certains responsables communistes dont  le sénateur Bocquet s’agitent pour envisager une candidature du parti en 2022. Le problème c’est que ce pourrait être la mort définitive du parti puisque les sondages n’accordent que de 1 à 2 % au candidat potentiel que serait Fabien Roussel. Il pourrait faire encore moins que les scores déjà complètement anecdotiques des partis d’extrême-gauche NPA et LO.

De toute manière globalement la gauche a assez peu de chances de ce qualifier pour le second tour, même si elle parvenait à se choisir un candidat unique. Le mieux placé est Jean-Luc Mélenchon avec 10 à 15 % des suffrages. Pour les Verts, en revanche, c’est une douche froide alors qu’ils ont réalisé d’excellents scores aux élections municipales. Yannick Jadot obtient 6 à 8 % des voix. S’il était le candidat unique de la gauche, il ferait un score de 13 %.

Au sein du PS, la maire de Paris Anne Hidalgo séduirait 9 % des électeurs (13 % si elle était la candidate de toute la gauche), François Hollande 7 %, Ségolène Royal 5 % et Olivier Faure 4 à 5 %.

Selon les onze scénarios testés par le sondage, le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan obtiendrait 6 à 8 % ; le député Jean Lassale 2 % à 4 % ; Phlippe Poutou (NPA) 1,5 % à 3,5 % ; Nathalie Artaud (LO) 1 % à 2 % ; le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel 1 % à 2 % ; le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde 0,5 % à 2 %.

Il faut évidemment relativiser ce sondage du JDD de début octobre à 18 mois des élections. Les scores peuvent encore changer pour certaines personnalités, on n’est pas non plus à l’abri d’un candidat surprise mais cela ne changera pas le score anecdotique du parti communiste.

Les transports collectifs parisiens dans le top mondial

D’après la dernière édition du classement des «50 villes les plus résilientes en matière de mobilité urbaine», réalisé par le Oliver Wyman Forum en partenariat avec l’Université californienne de Berkeley, la ville lumière n’a pas à rougir de ses réseaux. Le «Urban Mobility Readiness Index 2020», , classe en effet Paris à la neuvième place, sur 50 villes étudiées.

Parmi les critères retenus le think-tank a déterminé six «attributs clés» que doit proposer un «écosystème de mobilité» moderne à ses usagers. Ces systèmes doivent être «intégrés», avec un service multimodal à guichet unique et un trajet fluide ; «accessible», facile à utiliser, efficace, abordable et pratique ; «durable», protégeant l’environnement et la santé des citadins ; «innovant», grâce à l’emploi de technologies récentes ; «collaboratif», faisant travailler ensemble de grands groupes et de jeunes pousses ; et «résilient», c’est-à-dire capable de résister à des catastrophes et risques multiples.

Derrière, cinq «dimensions» regroupant 56 paramètres précis ont été utilisées pour établir le classement final des villes : les infrastructures, l’impact social, l’attractivité du marché, l’efficacité des systèmes et l’innovation des réseaux.

Dans le détail, Singapour, Londres et Stockholm forment le trio de tête. Ces métropoles sont suivies par Hongkong, Amsterdam, Tokyo, Helsinki, Berlin, Paris et New York. Ce top 10 reste resserré, les villes ayant chacune un score global compris entre 70,8 et 74,1. Avec 71,7, Paris, neuvième, est à égalité parfaite avec Berlin. Les vingt premières villes du classement laissent la part du lion à l’Europe, avec 9 villes, contre 4 villes pour l’Asie, 6 villes pour l’Amérique du Nord et une ville pour l’Océanie – Sidney.

L’impunité responsable de l’agression ultraviolente de deux policiers à Herblay

  • L’impunité responsable de l’agression ultraviolente de deux policiers à Herblay
  • Le degré de violence ne cesse de monter de la part des trafiquants qui en fait profitent de l’impunité pour désormais y compris tuer des policiers. Ce qui a été le cas à Herblay. Des policiers en planque sauvagement agressés et dont les criminels ont saisi les armes pour tirer sur eux. Un acte d’une sauvagerie incroyable sans doute de la part d’individus peut-être sous cocaïne mais qui n’ont plus peur de rien et qui adresse un message à la république : certains territoires sont désormais interdits et ceux qui pénètrent pourront être tués.
  • Pas vraiment étonnant dans la mesure où les coupables reconnus bénéficient d’une forme d’impunité. Dans la plupart des cas, ils vont écoper de 5à 10 ans de prison et n’en feront qu’à peine la moitié. Il est clair d’une part que le niveau des peines est nettement insuffisant d’autre part que la justice se montre  particulièrement tolérante. La seule sanction potentiellement dissuasive serait de condamner à la perpétuité toute attaque sur un représentant du service public. C’est délibérément que les policiers ont été victimes de crimes puisqu’ils ont même présenté leurs papiers aux agresseurs, lesquels ont quand même fait usage des armes
  • En civil et à bord d’une voiture banalisée, les policiers ont été, selon le témoignage d’un des deux fonctionnaires agressés, abordés par surprise par trois personnes de type africain, métis et maghrébin qui les prennent d’abord pour des gens du voyage. Les deux policiers présentent leurs cartes et s’identifient comme appartenant à la police nationale. «Mais loin de dissuader les malfaiteurs, note une source proche de l’enquête, cette identification semble avoir déchaîné la violence.»

Coronavirus : 18.129 cas détectés en 24 heures

Coronavirus : 18.129 cas détectés en 24 heures

Comme pour mercredi,  un nouveau seuil a été atteint ce jeudi. 18.129 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, ont annoncé jeudi 8 octobre Santé Publique France et le ministère de la Santé dans leur communiqué quotidien. Mercredi, 18.746 personnes avaient été déclarées positives. Le taux de positivité des tests est désormais de 9,8%.

77 personnes sont mortes du Covid-19 dans les hôpitaux depuis hier, portant le bilan à 32.521 victimes. 711 patients ont été hospitalisés au cours des dernières 24 heures, et 114 ont été admis en réanimation. Au total, 7624 personnes sont actuellement à l’hôpital, dont 1427 dans les services de réanimation.

87 nouveaux clusters ont été détectés depuis hier selon les chiffres officiels, ce qui porte le nombre de clusters en cours d’investigation en France à 1296.

À noter que la situation hospitalière est particulièrement critique en Île-de-France puisque, plus de 40% des lits en réanimation étaient occupés par des malades du Covid-19 dans les hôpitaux d’Île-de-France, selon les données transmises par l’Agence régionale de santé.


Coronavirus : Lyon et Lille aussi en alerte maximale

Coronavirus : Lyon et Lille aussi en alerte maximale

 

Le taux d’incidence dépassant les 250 % 1000 habitants, Lyon Lille rejoigne Paris et Marseille dans la catégorie de l’alerte maximale. Le détail des mesures restrictives seraarrêté par les préfets mais des établissements recevant du public seront fermés en particulier les bars.

 

Inversement on a enregistré des améliorations de la situation dans les villes de Marseille Rennes Bordeaux et Nice. Pour l’instant,  le ministre toujours aussi hésitant ne veut pas prendre des mesures restrictives concernant la mobilité et promet que les familles pourront passer un Noël de manière traditionnelle.

Suez-Veolia-Engie: » débrouillez-vous » ! ( Lemaire)

Suez-Veolia-Engie: » débrouillez-vous » !  ( Lemaire)

Ce n’est pas exactement ce que dit le ministre de l’économie mais cela y ressemble quand il affirme : « que chacun prenne ses responsabilités ». Autrement dit, il ne fixe aucune perspective, aucun cadre et démontre que l’État ne sert à rien dans une opération de mécano capitalistique qui touche l’intérêt général puisqu’il s’agit de la gestion de l’eau et des déchets notamment. Dans le Figaro, Bruno Lemaire fait la démonstration de son impuissance alors qu’il pouvait parfaitement bloquer les actions que possède Engie dans Suez puisque l’État français est très dominant dans le capital d’Engie. L’interview de Bruno Lemaire le Figaro:

L’État a été mis en minorité chez Engie et n’a pas pu empêcher la vente de sa participation dans Suez à Veolia. Est-ce un échec personnel?

Bruno LE MAIRE. - Il n’y a rien de personnel dans des décisions qui engagent des dizaines de milliers de salariés, l’industrie française et la place de l’État. Ce vote résulte de l’arithmétique: l’État a trois voix sur treize au conseil d’administration d’Engie. Il a exprimé son choix, la majorité du conseil en a exprimé un autre. Cela est déjà arrivé dans d’autres occasions, notamment sur les rémunérations de dirigeants d’entreprise.

Dans le dossier Suez, c’était le rôle de l’État d’affirmer que les décisions stratégiques d’une entreprise ne peuvent pas être prises sur la seule base de ses intérêts financiers. La responsabilité du conseil allait au-delà du prix payé à Engie pour sa participation dans Suez. Avions-nous des assurances suffisantes sur l’emploi? Non. Avions-nous des assurances fermes sur la préservation de la concurrence? Non.

Il est clair pourtant que l’État avait possibilité de geler la vente immédiate des actions Suez possédées par Engie. En cas de refus, il suffisait de changer le patron d’Engie qui s’est aussi précipitée dans cette opération douteuse afin d’affirmer son autorité avant l’arrivée de la nouvelle directrice générale chargée de remettre de l’ordre dans une entreprise dont la stratégie est pour le moins confuse et les résultats insuffisants.

Google obligé de négocier avec la presse mais laquelle ?

 Google obligé de négocier avec la presse mais laquelle ?

 

En apparence d’une victoire pour la presse et les agences concernant la décision de la cour d’appel de Paris de contraindre Google à négocier une rémunération de l’information. C’est l’application française du droit voisin européen.

Cette dernière permet aux éditeurs d’exiger une rémunération de la part des plateformes en ligne lorsqu’elles diffusent des extraits d’articles de presse ou d’information.

Le problème c’est que Google n’a prévu qu’une enveloppe de 1 milliard sur trois ans pour rémunérer l’ensemble de la presse au plan mondial. Soit environ 300 millions quand son site affaire est de 200 milliards. Le risque est donc que cette rémunération soit très marginale. Le second risque c’est qu’elle soit limitée aux très gros titres et que 90 % des autres éditeurs d’information soient évincés.

Les grands médias ne seraient pas forcément opposés à cette restriction démocratique car ils connaissent une énorme crise économique qui se traduit en particulier par la baisse des recettes publicitaires liées à celles de la baisse de l’audience.

La décision de la Cour d’appel relativise l’engagement pris la semaine dernière par Google de verser un milliard de dollars au cours des trois prochaines années aux éditeurs du monde entier pour l’utilisation de leurs contenus . Car l’arrangement français implique de trouver une méthodologie durable pour rémunérer les éditeurs et les agences de presse.

Le véhicule de Google dédié à la rémunération des éditeurs d’information, baptisé Google News Showcase, doit être lancé en Allemagne où des partenariats ont été signés avec plusieurs médias comme Der Spiegel, Stern et Die Zeit, ainsi qu’au Brésil.

Avant même la décision de la Cour d’appel, Google France avait indiqué mercredi soir être proche d’un accord avec les éditeurs français sur la rémunération “des droits voisins au titre de la loi”.

Google : 300 millions par an à la presse mondiale, une goutte d’eau !

Google : 300 millions par an à  la presse mondiale, une goutte d’eau !

 

 

Une somme dérisoire sera versée aux principaux éditeurs de presse par Google, filiale du groupe Alphabet qui prévoit de verser un milliard . Une très petite manne qui concernera que quelques éditeurs peut-être 5 à 10 par pays. Cette somme est à mettre en relation avec le chiffre d’affaires global du groupe soit 200 milliards par an, une capitalisation boursière de 1000 milliards et un bénéfice annuel de 35 à 45 milliards. Alphabet recouvre différent services dont Google qui constitue l’axe principal.

Beaucoup d’éditeurs de certains pays vont se satisfaire de ce petit cadeau du fait des situations financières très fragiles. La presse écrite un peu partout dans le monde et particulièrement en France se situe en effet sur une pente très dangereuse perdant non seulement de l’audience mais surtout des recettes publicitaires.

À l’inverse les plates-formes numériques puissantes inondent les internautes de publicité du fait d’une audience croissante.

Le  nouvel outil d’info de Google News Showcase, sera d’abord disponible sur les plateformes Android puis sur celles d’Apple.

Initialement lancé en Allemagne – où des accords ont été signés avec de grands groupes de presse comme Der Spiegel, Stern, Die Zeit – et au Brésil, il permettra aux éditeurs de presse de déterminer la nature ainsi que le type de présentation de leur contenu lors de l’utilisation du moteur de recherche.

Google News Showcase sera ensuite disponible en Belgique, en Inde, aux Pays-Bas et dans d’autres pays. Quelque 200 éditeurs en Argentine, en Australie, au Royaume-Uni, au Brésil, au Canada et en Allemagne ont déjà signé des accords de ce type avec le géant américain.

Les discussions se poursuivent en revanche en France, où les éditeurs s’appuient pour négocier sur une nouvelle loi française sur “les droits voisins”, entrée en vigueur en octobre 2019, ainsi qu’en Australie où il est demandé à Google de partager les recettes publicitaires avec les médias locaux.

En juin dernier, l’Autorité de la concurrence française a enjoint à Google de négocier avec les éditeurs et agences de presse “la rémunération qui leur est due” au titre de la loi relative aux droits voisins pour la reprise de leurs contenus protégés.

Economie, politique, société: les plus lus

« Culte musulman : une réforme urgente de l’organisation » (Mohammed Moussaoui)

« Culte musulman : une réforme urgente de l’organisation » (Mohammed Moussaoui)

Mohammed Moussaoui, souligne dans une tribune au « Monde » que l’islam de France doit faire le choix du régime associatif « loi 1905 ». Mais pour que le plan réussisse, il faut ramener la République dans tous ses territoires et la faire aimer à

Le président de la République a présenté un plan visant, d’une part, à défendre la République face aux assauts des extrémistes qui veulent imposer à la société leur vision contraire aux valeurs républicaines et, d’autre part, à rendre la présence de la République et ses valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité effectives sur tous ses territoires. Ce combat contre l’extrémisme, les musulmans de France le mènent depuis longtemps et sont en première ligne. Quoi de plus blessant et offensant que de voir sa propre religion dévoyée et instrumentalisée pour porter atteinte à son propre pays et à ses propres concitoyens ?

Ce plan, qui touche à des questions sensibles telles que les libertés d’association et d’éducation, devra se déployer dans un cadre légal solide nécessitant une expertise approfondie du Conseil d’Etat, du Conseil constitutionnel et des représentants de la nation. Une fois votée, la loi s’appliquera, principe d’égalité en droit oblige, à tous les cultes. Raison pour laquelle ces derniers sont tous également concernés et consultés.

Il serait contre-productif et dangereux que des décisions se trouvent rejetées par nos institutions et juridictions car contraires aux principes du droit. Cela affaiblirait l’autorité de l’Etat et renforcerait le discours extrémiste, victimaire et complotiste.

Mettre fin aux discriminations

S’agissant de la laïcité, l’abandon du sujet stérile et clivant des signes religieux témoigne d’une hauteur de vue et d’une volonté de ne pas passer à côté de l’essentiel. Inscrire dans la loi la jurisprudence sur le principe de neutralité aux structures privées chargées d’une mission de service public est une clarification qui ne devrait pas faire débat.

L’égalité femmes-hommes, corollaire de l’égale dignité humaine, est un principe fondamental qu’il faut réaffirmer avec force en toutes circonstances, sans jamais tomber dans la caricature qui dessert cette noble cause. Le traitement médiatique réservé au « certificat de virginité » nous oblige à rappeler que l’islam interdit cette intrusion violente et inacceptable dans l’intimité d’une femme.

L’obligation de scolarisation à l’école dès l’âge de 3 ans est quant à lui un choix pragmatique face à la difficulté de rendre effective l’obligation faite aux parents d’assurer une éducation saine à leurs enfants. Toutefois, nous appelons à se prémunir des effets déplorables de contrôles mal effectués, qui pourraient causer aux enfants des traumatismes pouvant être exploités et entretenus par les ennemis de la République.

Quelle politique sanitaire suite au Coronavirus (Gilles Savary)

Quelle politique sanitaire suite au  Coronavirus (Gilles Savary) 

Gilles Savary est ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès, il  expose son point de vue dans l’Opinion alors que la Cour des Comptes vient d’adresser une critique sévère au système sanitaire et autre de la sécu ( 44 milliards au moins en 2020).

 

 

Pendant le confinement, « le jour d’après » a alimenté une intense littérature spéculative sur les lendemains de la crise sanitaire, où chacun se prêtait à rêver de l’avènement d’une société nouvelle empreinte de ses aspirations et de ses idéaux post-matérialistes. S’il dessine plutôt aujourd’hui le triomphe d’une économie numérique qui confirme, une fois encore, la formidable capacité d’adaptation du capitalisme au profit des GAFA plutôt que son effondrement, il accouche également d’un rapport désenchanté des peuples à la médecine et aux politiques de santé publique.

La gestion au jour le jour de la crise sanitaire, à grand renfort de comités scientifiques et d’exposition médiatique de sommités de l’immunologie, a massivement démystifié la confiance chamanique qui entourait les médecins ainsi que la foi du charbonnier accordée aux progrès de la science médicale. Du coup, le peuple en est sorti plus désemparé que rassuré, et la médecine y a acquis une dimension politique, tout aussi soupçonnable que la politique elle-même.

Paradoxalement, cet effort de transparence et d’objectivation scientifique des décisions de politique sanitaire a débouché, dans un contexte de tâtonnements et de controverses médicales à ciel ouvert, sur une subjectivisation de la représentation populaire de la médecine, et par conséquent des décisions de politique sanitaire. Le professeur Raoult y a ajouté l’avènement d’un populisme sanitaire, dont la chloroquine est devenue le totem, au point de l’ériger en médicament politique : celui de Donald Trump, de Jair Bolsonaro ou d’un Florian Philippot en France.

Le « jour d’après » n’est pas encore advenu et le rebond épidémique d’aujourd’hui doit faire face à ce désenchantement des certitudes scientifiques. Si les Français, par principe de précaution, se conforment globalement aux décisions de protection sanitaire du gouvernement, leurs inquiétudes économiques et sociales gagnent du terrain. Le « vivre avec » du président de la République a finalement inspiré une tolérance plus fataliste aux risques encourus.

Cela n’a sans doute pas dissipé les contradictions des Français qui seraient tout aussi prompts à dénoncer l’impéritie sanitaire du gouvernement en cas de nouvelle flambée des décès, qu’à en contester les rigueurs aujourd’hui.

Inflexions. Quoi qu’il en soit, médecine et politique sanitaire ont perdu de leur autorité scientifique « verticale » au profit d’une stratégie plus sélective, où considérations économiques, territoriales et politiques ne sont pas étrangères.

D’un côté, le gouvernement a changé de logiciel sanitaire en substituant une approche graduelle et différenciée des mesures de protection, en fonction des contextes locaux, aux mesures nationales uniformes du printemps dernier. De l’autre, les rebuffades des municipalités de Paris et de Marseille aux annonces gouvernementales de fermetures des bars sous la pression de professionnels excédés, ont imposé au gouvernement une approche plus prudente et plus collaborative avec les pouvoirs locaux.

Ces deux inflexions notables ouvrent probablement la voie à une réflexion et à des revendications de décentralisation ou de déconcentration sanitaire accrue pour le « jour d’après » en matière de politique sanitaire, même si les ARS (Autorités régionales de santé) tant décriées ont retrouvé un regain de pertinence.

Dans ce domaine plus que dans d’autre, la voie sera étroite entre les vertus magiques que les élus locaux accordent à la décentralisation et l’attachement des Français à l’égalité d’accès à la santé publique sur l’ensemble du territoire.

Gilles Savary est ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès.

 

Covid : une durée de vie de neuf heures

Covid : une durée de vie de neuf heures

 D’après les travaux de chercheurs japonais, le coronavirus Sars-CoV-2 peut survivre de nombreuses heures sur la peau humaine. Alors que le virus de la grippe saisonnière résiste moins de deux heures sur la peau, le virus responsable de la pandémie actuelle s’est révélé actif plus de neuf heures après le début de l’expérience.

Médecine en pharmacie : la solution ?

Médecine en pharmacie : la solution ?

  Pour combler la désertification, les pharmacies pourraient peut-être proposer des prestations de télémédecine par l’intermédiaire d’une borne interactive. Grâce à ce type de visioconférence, les professionnels de santé entendent lutter contre les déserts médicaux. « Le patient vient sans rendez-vous et est mis en relation avec un médecin au bout d’une dizaine de minute« , explique le pharmacien Arnaud Leheis. Le succès est au rendez-vous. Dans le contexte sanitaire actuel, télémédecine et téléconsultations pourraient se développer sur tout le territoire.

Droits voisins : un accord avec Google en France ?

Droits voisins : un accord avec Google en France ?

Un accord pourrait être conclu entre la presse généraliste et Google. Google accepterait le principe de rémunération de nos titres de presse », a indiqué Pierre Louette, patron du groupe Les Echos-Le Parisien et négociateur pour la presse généraliste, dans un communiqué. Le problème c’est d’abord l’ampleur de la rémunération qui ne serait certainement pas à la hauteur de l’enjeu puisque Google prévoit au plan mondial une enveloppe de 3 milliards sur trois ans. Le risque est aussi que seul certains gros titres s’accaparent  la rémunération et que soit écartés la plupart des autres producteurs d’information.

 

De son côté, le directeur général de Google France, Sébastien Missoffe, s’est félicité de « ‘l’avancée de négociations menées ces derniers mois avec les éditeurs de presse dans le cadre de la loi française sur le droit voisin »« Nous voulons soutenir le journalisme et assurer la continuité de l’accès au plus grand nombre à un contenu de qualité », a-t-il ajouté.

 

L’annonce de Google survient à la veille d’une décision de la cour d’appel de Paris liée au dossier. Elle doit dire si l’Autorité de la concurrence avait eu raison d’imposer en avril dernier au géant internet américain de négocier sur les droits voisins avec les éditeurs de presse qui le souhaitaient.

Nokia : 1233 postes en jeu

Nokia : 1233 postes en jeu

Signe du mécontentement du gouvernement à propos des licenciements prévus chez Nokia ,  Cédric O, le secrétaire d’Etat à la Transition numérique, à choisi d’annoncer le résultat de la vente des fréquences 5G aux opérateurs au siège français d’Ericsson, le grand rival suédois de Nokia sur le marché des équipements télécoms. Ce choix se justifie puisque Nokia France, sous le coup d’un énième plan social visant à supprimer 1.233 postes, vit des heures sombres. Mais il interroge. Nokia France n’est pas n’importe quel groupe industriel : il s’agit de l’ancien fleuron français des télécoms Alcatel-Lucent, racheté en 2015 par son rival finlandais avec la bénédiction de l’Etat.

1...2223242526...30



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol