Prix Nobel de chimie : cocorico mais

Prix Nobel de chimie : cocorico mais

Indéniablement on ne peut que féliciter Emmanuelle Charpentier  pour son prix Nobel de chimie. C’est une récompense en même temps de la qualité de la formation et de la recherche en France. En gros, elle a participé à la découverte d’un ciseau génétique de précision, permettant d’éditer une séquence ADN au sein même d’une cellule. Ce qui ouvre un nombre incalculable de possibilités sur l’homme, les animaux ou les plantes. Formée en France, Emmanuelle Charpentier est notamment directrice du centre de recherche Max Planck pour la science des pathogènes à Berlin . Le problème c’est que l’intéressée a été obligé de s’expatrier pour continuer sa formation et surtout trouver les moyens financiers pour approfondir le champ de ses recherches. Un phénomène habituel en France où la formation des scientifiques est reconnue comme de très haut niveau mais des scientifiques qui doivent s’expatrier ensuite compte tenu de la bureaucratie et du manque de moyens de la recherche.

Les  possibilités d’application sont quasi infinies, puisque l’on fait exactement ce que l’on veut en termes d’édition génétique ; on peut modifier les cellules souches et les réimplanter après modification avec le ciseau génétique. Le champ d’application est immense. Cela pose aussi de très grands problèmes d’éthique. Jusqu’où peut-on en effet modifier le patrimoine génétique par exemple des embryons.

Les applications thérapeutiques ou agroalimentaires représentent des marchés de plusieurs milliards d’euros au moins.

0 Réponses à “Prix Nobel de chimie : cocorico mais”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol