5G : Villani pour un moratoire

5G : Villani pour un moratoire

DANS UNE INTERVIEW AU JDD , VILLANI SE PRONONCE POUR LA G  MAIS SOUTIENT LE MORATOIRE POUR ENGAGER UN DÉBAT SUR CERTAINS ASPECTS NOTAMMENT ENVIRONNEMENTAUX .

 

 

Etes-vous favorable à la 5G?
C’est un sujet sur lequel nous avons longuement travaillé avec le groupe parlementaire EDS, et en particulier ma collègue Paula Forteza, sa co-présidente. Nous souhaitons un débat et une loi sur la sobriété numérique, afin d’encadrer correctement le déploiement de la 5G. Un temps de débat est indispensable avant de nous lancer tête baissée dans l’attribution des fréquences. La sobriété numérique est un vrai sujet par rapport à notre mode de vie et à notre empreinte environnementale. Notre communiqué officiel fournit des détails et préconisations constructives.

Qu’appelez-vous la sobriété numérique?
Il faut, par exemple, garantir que dans 20 ans nous ne nous retrouvions pas à devoir gérer l’épuisement de certains matériaux rares, avec une pollution incontrôlée due aux déchets qu’on ne sait pas traiter. Combattons l’obsolescence programmée, ne bâtissons pas notre société sur des modèles économiques viciés. Assurons-nous que les smartphones puissent être recyclés : aujourd’hui, ils sont changés tous les deux ans, c’est un gaspillage considérable. Evitons que cette nouvelle technologie favorise une consommation d’énergie délirante. Si nous sommes la première nation à réfléchir à la question de la sobriété, ce sera un avantage par rapport à ceux qui sont dans une orgie consumériste.

 

Pour le gouvernement, ne pas passer à la 5G, ce serait prendre le risque d’un décrochage économique?
C’est l’argument qu’on entend sur tous les sujets en ce moment, non? On nous dit : réintroduire les néonicotinoïdes, sinon cela désavantagera notre filière de betteraves sucrières au profit des importations polonaises ; pas de nouvelles normes de qualité sur l’élevage, sinon cela plombera notre filière porcine au profit de l’Espagne ; en avant pour la 5G tout de suite, sinon les investisseurs iront ailleurs… Est-ce que toutes les décisions doivent se prendre selon le seul critère de la compétition économique internationale?

 

Emmanuel Macron ne veut pas de moratoire. Est-ce une entorse à la promesse faite à la Convention citoyenne pour le climat?
La Convention citoyenne a bien travaillé. Toutes ses propositions doivent faire l’objet d’un débat. Il faut donc respecter cette demande de moratoire. Quand le gouvernement se hâte, il commet une erreur démocratique.

 

Pour vous la 5G est un vrai débat de société?
Oui. Le débat sur la 5G est une vraie question de société. Avant, avec la 3G et 4G, la question ne se posait pas. Aujourd’hui, la question est clairement dans le débat public. Ce n’est pas juste un changement de technologie. Le smartphone est la grande innovation des dernières décennies, mais il faut que cela puisse s’intégrer dans une société harmonieuse. Pour moi, l’année 2017 marque un tournant : l’année où le smartphone est devenu la première source d’accès à Internet ; mais aussi l’année du basculement des sentiments sur le numérique. Cette année-là, à la conférence internationale TED (Technology, Entertainment and Design) je n’en revenais pas. Dans ce rendez-vous technophile, en présence des Gates, Musk, Bezos et cie, un message qui revenait sans cesse c’était : « attention, la technologie numérique ne fera pas votre bonheur. » S’il est trop invasif, le numérique peut vous prendre du temps de cerveau disponible, dégrader vos rapports personnels, impacter négativement votre vie sexuelle, vous exposer au cyberharcèlement, etc.

Y a-t-il une question de souveraineté numérique, notamment par rapport à la Chine?
Si la 5G doit se développer, nous sommes favorables à ce que la mise en place du réseau repose sur les européens : Ericsson et Nokia. La question n°1, c’est le maintien des compétences, et pour cela il faut des marchés. La souveraineté numérique doit aussi se penser pour les logiciels, sujet bien plus vaste.

 

Y a-t-il des risques écologiques?
La consommation effrénée d’énergie et de matériaux rares, c’est un risque pour l’environnement. Aujourd’hui, le cahier des charges pour l’attribution des fréquences ne compte aucun volet environnemental. Ce n’est pas acceptable. Il y a aussi un enjeu territorial. Il est plus urgent d’équiper les dernières zones blanches, résorber la fracture numérique. Il n’y a aucun doute là-dessus, comme l’a dit Martin Bouygues lui-même.

Y a-t-il des risques en matière de santé?
Pour l’instant il n’y a guère d’indice qui le laissent penser… À suivre.

Emmanuel Macron a résumé cela comme un débat entre les partisans du progrès et ceux qui seraient des « amish »?
Présenter le débat comme cela n’a aucun sens. Le progrès, c’est quand une nouvelle technologie rencontre un nouvel usage dont la société a besoin. La technologie n’est pas bonne ou mauvaise en soi. Il faut sortir de la caricature des positions.

 

La télémédecine, les voitures autonomes : les partisans de la 5G soulignent la possibilité de nouveaux usages.
La voiture autonome n’est pas pour demain : d’abord il faut résoudre des problèmes techniques, en particulier en cybersécurité, et d’économie du partage, car la voiture autonome individuelle, ce serait des embouteillages pires qu’aujourd’hui. Pour le reste, à quoi cela servira de communiquer en 5G avec votre cafetière ou avec votre maison?  Les transmissions bas débit, basse énergie sont suffisantes pour cela. Il faut un modèle frugal et vertueux, pas forcément du pharaonique. Sur cela, lisez Zéro G de Ludovic Le Moan. Pas un Amish, mais un grand capitaine de la tech française.

 

 

0 Réponses à “5G : Villani pour un moratoire”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol