Brexit: Boris Johnson aux abois se conduit en voyou

 Brexit: Boris Johnson aux abois se conduit en voyou

Boris Johnson se conduit en véritable voyou en refusant d’appliquer la loi qui permet d’éviter le rétablissement d’une frontière entre les deux Irlande mais comporte certaines obligations. Pour cela, il sort un projet de loi fou qui contredit tous les accords internationaux passés. Ces règles négociées entre l’union européenne et le Royaume-Uni prévoient le maintien de certaines dispositions dans la province. Elles obligent les Britanniques à notifier à Bruxelles les aides d’État à des entreprises d’Irlande du Nord et celles-ci sont tenues de déclarer les produits qu’elles expédieront vers l’Angleterre. Une perte de souveraineté intolérable pour les Brexiters.

Il s’agit sans doute d’un nouveau bluff de la part de Boris Johnson complètement acculé face à la crise sanitaire mais aussi la dégringolade économique de son pays. Le Premier ministre britannique renie ainsi l’accord qu’il a lui-même approuvé et même vanté. Son projet de loi constitue une véritable provocation.

La vérité sans doute c’est que le Premier ministre britannique en perte de vitesse dans l’opinion ne sait plus très bien quoi faire tellement il est englué sur le plan économique. Faut-il rappeler que l’économie britannique a perdu 20 % au second trimestre et que l’avenir s’annonce très gris. Sans parler évidemment de l’accentuation très inquiétante des contaminations du virus. La remise en cause brutale de l’accord passé pour Irlande constitue un choc de déstabilisation pour nombre d’acteurs et d’observateurs

À l’intérieur du royaume, cette révision secoue aussi fortement. Elle a provoqué la démission mardi du directeur des services juridiques du gouvernement, Jonathan Jones. L’opposition mais aussi de nombreuses personnalités du Parti conservateur se sont indignées. Au-delà du Brexit, l’inquiétude porte sur la crédibilité du pays sur la scène internationale. «Si nous perdons notre réputation d’honorer les promesses que nous faisons, nous aurons perdu quelque chose qui n’a pas de prix et qui pourra peut-être n’être jamais récupéré» a ainsi averti l’ancien premier ministre conservateur John Major.

Devant les députés, l’ex-première ministre Theresa May a aussi demandé à Brandon Lewis comment le gouvernement pourrait à l’avenir rassurer ses partenaires internationaux sur le fait qu’il tiendrait ses engagements. Le leader des indépendantistes écossais du SNP à la Chambre des communes, Ian Blackford, a accusé le premier ministre de se considérer «au-dessus de la loi» et de vouloir créer un «État voyou». La nouvelle a d’ailleurs mis en émoi l’Écosse et le pays de Galles, qui estiment que la loi met en danger l’unité du Royaume-Uni, en «volant les pouvoirs» qui ont été dévolus aux nations.

De nombreux d’observateurs se demandent où veut aller Boris Johnson. Vers un no deal , c’est l’hypothèse la plus répandue. La vérité c’est peut-être qu’il ne sait pas il va, étant capable de se renier souvent et sur tout. Il est aussi possible qu’au dernier moment il arrive à se résoudre un accord de dernière minute qu’il pourrait habiller comme le résultat de son intraitable nationalisme britannique.

0 Réponses à “Brexit: Boris Johnson aux abois se conduit en voyou”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol