Economie française : la reprise reportée à plus tard

Economie française : la reprise reportée à plus tard

C ‘est la douche froide pour l’économie française qui espérait que le rebond constaté au troisième trimestre pourrait continuer fin 2020 et début 2021. D’après l’INSEE,  malheureusement la croissance ne devrait progresser que d’un petit point pour le dernier trimestre. La preuve que le rebond constaté jusqu’à maintenant correspondait à une reconstitution des stocks et à une remise à niveau conjoncturel des achats. Un phénomène aujourd’hui terminé qui se heurte d’une part à la baisse structurelle déjà constatée 2019 et alimenté par les changements de comportement des ménages. Des ménages qui commencent à douter sérieusement du réel intérêt de certains équipements en tout cas du rythme de leur renouvellement.

Avec une croissance complètement anémiée on aura du mal à empêcher une chute du PIB autour de 10 % en 2020. Et mécaniquement cela entraînera une vague de suppressions d’emplois considérables. D’ores et déjà 700 000 emplois ont été supprimés au cours du premier semestre et il faudra compter sur autour d’un million et demi de chômeurs supplémentaires au cours du premier semestre 2021 surtout avec la venue traditionnelle d’environ 750 000 jeunes sur le marché du travail chaque année. Avec la suppression du chômage partiel, un grand nombre de personnes sans emploi vont évidemment s’inscrire officiellement sur les listes des demandeurs d’emploi. Les secteurs trop rares qui vont embaucher ont par ailleurs surtout privilégié les contrats précaires, CDD et intérim

 

Pendant la période de confinement, un grand nombre de personnes sans emploi avaient interrompu leurs recherches, conduisant, malgré la crise, à une baisse « en trompe l’œil » au second trimestre de 0,7 point du taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT), à 7,1%.

« Cet effet s’estomperait en grande partie au second semestre. De ce fait, le taux de chômage augmenterait alors très nettement dès l’été », souligne l’Insee.

Pour l’avenir l’INSEE est assez pessimiste : « l’emploi continuerait de se contracter nettement dans les secteurs plus durablement affectés par la crise (matériels et services de transport, hébergement-restauration, services aux ménages dont les services culturels) », , estimant que « face à la réduction de leur activité, les entreprises de ces secteurs ne seraient plus en mesure de retenir toute la main-d’œuvre qu’elles avaient jusqu’à présent préservée de façon spontanée ou à travers le recours aux dispositifs d’activité partielle », ajoute l’institut.

Le problème ce que très peu de secteurs seront eux en capacité de retenir toute la main-d’œuvre tellement la demande est insuffisante.

0 Réponses à “Economie française : la reprise reportée à plus tard”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol