Commissariat au plan : nouvelle attaque

Commissariat au plan : nouvelle attaque

Marc Guyot et Radu Vranceanu, Professeurs à l’ESSEC  joignent leurs voix aux ultras libéraux qui ne cessent d’attaquer voire de ridiculiser la résurgence du commissariat au plan comme par exemple la référence à Mao ! Ce que craignent en fait ces militants de l’ultralibéralisme c’est que le réflexion économique soit ouverte largement aux intellectuels, aux universitaires et aux acteurs économiques alors que pour l’instant elle est surtout confisquée de manière corporatiste par des experts dont on peut douter de la compétence  compte tenu des grandes  incertitudes de la science économique.

 

Tribune

 

Emmanuel Macron a créé un Haut-commissariat au Plan. Ce choix est largement questionnable à l’heure où l’innovation, la créativité, le génie industriel se manifestent uniquement dans un environnement d’une grande liberté d’entreprise. L’Etat est dans son rôle en soutenant la recherche dite fondamentale sans pour cela qu’il n’y ait un quelconque intérêt à ressusciter un organisme public. (*) Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, Professeurs à l’ESSEC

La fascination que le modèle Chinois a exercé à l’époque dramatique de Mao sur nombre d’intellectuels français et celle qu’exerce encore la version moderne de Xi sur nombre de dirigeants politiques occidentaux trouve un écho particulièrement fort en France, le pays du dirigisme de Richelieu à Napoléon en passant par Colbert. L’état considérable d’impréparation du système sanitaire français face à une épidémie, révélé par la Covid-19, a conduit Emmanuel Macron à ressusciter le Haut-Commissariat au Plan que le General de Gaulle avait mis en place comme continuation normale de l’arrêt de la planification économique de guerre du précèdent régime.

Nul ne conteste bien sûr la gravité du manque de préparation générale du système dû à une politique budgétaire à vue courte et l’importance d’une réflexion stratégique solide de long terme de la part du gouvernement pour préparer le système sanitaire mais aussi le système éducatif et de retraites, ainsi que la Défense, aux bouleversements futurs.

En revanche, la pertinence de ressusciter un organisme public dont la vocation serait d’intervenir sur des choix industriels liés au futur est largement questionnable. Avant même la question de la légitimité, se pose la question des compétences nécessaires pour réaliser un tel plan ainsi que l’efficacité historiques de tels plans en France ou ailleurs pour développer lesdites industries du futur. Aux USA par exemple, les entreprises technologiques de premiers plans dans les domaines du numériques ou de la voiture électrique ne le sont pas grâce au soutien public mais de par la dimension entrepreneuriale de leurs créateurs ou dirigeants qu’il s’agisse d’Amazon, de Facebook, d’Apple, de Google, ou de Tesla.

Il est urgent et important que le gouvernement étudie les facteurs de succès de ces entreprises de technologie et essaye de répliquer ces conditions au niveau national. Par ailleurs, ce sont plutôt les réussites économiques venant d’une démocratie exemplaire qui peuvent constituer un exemple à suivre plutôt que la stratégie économique d’un pays autoritaire se sentant une vocation impériale.

La lutte contre le réchauffement climatique dans une économie encore carbonée tout en maintenant la croissance des revenus et des emplois et en luttant contre l’exclusion, la dynamisation de l’innovation de nos entreprises sont des enjeux majeurs mais qui ne semblent vraiment pas dépendre du Grand Plan.

 

Si le rôle de commissariat du plan est uniquement de faire une prospective intelligente et proposer des scénarios, c’est une action bénigne, qui ne fait ni bien ni mal, et qui s’ajoutera aux différents comités existants. En revanche, si l’on pense que des bureaucrates, même brillants, enfermés dans leurs bureaux sauront sur quel secteur ou entreprise il faut investir des ressources taxées sur les secteurs considérés comme dépassés, et de surcroit seront à même de piloter ces secteurs alors ce sera une illusion complète. En effet, comment L’Etat serait-il en mesure de savoir ce qu’est un secteur d’avenir car l’avenir économique est justement le résultat de multiples innovations spontanées et pour la plupart imprévisibles.

L’innovation, la créativité, le génie industriel – se manifestent uniquement dans un environnement d’une grande liberté d’entreprise. Une taxation raisonnable, des infrastructures de qualité, un cadre légal prévisible et sérieux sont connus comme favorisant l’innovation. Le secteur public a un rôle important à jouer au niveau de la liberté et la souplesse des partenariats entre monde académique et entreprises. Cette communication permanente entre les deux mondes est strictement nécessaire au bon fonctionnement de l’innovation. L’Etat est dans son rôle en soutenant la recherche dite fondamentale sans pour cela qu’il n’y ait un quelconque intérêt à créer un commissariat au plan.

L’expérience indique sans ambiguïté que les économies dynamiques, fortes et innovantes s’appuient sur un marché du travail flexible donnant aux jeunes les compétences et les incitations nécessaires à l’innovation – des compétences technique, d’ouverture sur le monde, et surtout de confiance en soi.

La métaphore du chef de l’Etat, qui comparait la vague épidémique à un ennemi auquel il fallait faire la guerre a donné l’impulsion pour que l’instinct planificateur revienne. Aujourd’hui tout ou presque est mis sur le dos de la pandémie – la dérive budgétaire, une dette publique abyssale, une planche à billets qui tourne de manière effrénée, des largesses budgétaires sans commune mesure… et cerise sur le gâteau – un commissariat au plan inspiré de la seconde guerre mondiale et dirigé par un ami politique du Président.

0 Réponses à “Commissariat au plan : nouvelle attaque”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol