Les limites d’un commissariat au plan

 Les limites d’un commissariat au plan  

L’économiste Cédric Durand et le sociologue Razmig Keucheyan doutent, dans une tribune au « Monde », que la réapparition d’un Commissariat au Plan puisse aller au-delà du symbole, étant donné les orientations du pouvoir actuel.

Tribune.

 

La décision d’Emmanuel Macron de créer un Commissariat général au Plan et d’en confier la direction à François Bayrou est un spectaculaire revirement idéologique. Ce décret présidentiel acte l’échec des tentatives d’instaurer une régulation économique autonome dominée par la finance. Il révèle aussi la fascination mêlée de crainte des élites occidentales par rapport à l’efficacité économique du néodirigisme chinois.

Le retour du plan, c’est l’aveu que les marchés ne peuvent pas tout. Au terme de quatre décennies d’hégémonie financière, la promesse d’une coordination économique harmonieuse et efficiente a disparu. Nos sociétés, instruites par l’onde de choc du krach de 2008, connaissent le versant menaçant de la finance. Avec le Covid-19, elles ont appris que la confrontation des intérêts économiques sur les marchés n’est d’aucun secours lorsqu’il faut affronter l’urgence.

A l’inverse, des Bourses globalisées sont un surcroît de fragilité qui a contraint les autorités à ouvrir grand les vannes de la création monétaire, pour empêcher qu’un remake de la panique financière de l’automne 2008 se joue sur fond de pandémie.

A ces objections pratiques s’ajoute une raison plus fondamentale. Les marchés financiers prétendaient tenir lieu de quartier général de l’organisation économique, mais leur fonction cognitive n’a cessé de se dégrader. Les prix auxquels se réalisent les transactions devraient révéler les informations nécessaires à des décisions d’investissement optimales.

Or, depuis plusieurs années, l’intervention des banques centrales et des aides d’Etat aux grandes firmes déconnectent les prix des actifs de contraintes et des opportunités entrepreneuriales réelles. Soutenues à bout de bras, les valeurs financières ont perdu tout lien organique avec une véritable intelligence des capacités à générer ses richesses.

Le Commissariat au Plan ne pourrait prendre un tour plus substantiel que si le renversement de logique qu’il suggère affectait la réalité de l’agencement institutionnel conquis par le néolibéralisme

La finance étant incapable de projeter notre devenir économique collectif, cette fonction incombe au politique. C’est la signification du geste inattendu d’Emmanuel Macron. Il pourrait s’interpréter comme un tournant de la rigueur de 1983 à l’envers.

Mais il y a loin du mot à la chose. Pour l’heure, le Commissariat au Plan n’est qu’un « gimmick ». Et il ne pourrait prendre un tour plus substantiel que si le renversement de logique qu’il suggère affectait la réalité de l’agencement institutionnel conquis par le néolibéralisme.

 

0 Réponses à “Les limites d’un commissariat au plan”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol