Archive mensuelle de août 2020

Page 3 sur 26

Coronavirus États-Unis : 47.000 nouveaux cas

Coronavirus États-Unis : 47.000 nouveaux cas

1.167 nouveaux décès dus au coronavirus et de 46.830 cas supplémentaires vendredi, ce qui porte le bilan des Etats-Unis à 180.165 morts et 5.845.876 infections.

Ces chiffres ont été arrêtés le 27 août à 16h00, heure de la côte est. Tous les cas signalés par chaque Etat ne sont pas forcément pris en compte.

(

Sécurité : l’«impuissance de l’État régalien» (Gérard Larcher)

Sécurité : l’«impuissance de l’État régalien» (Gérard Larcher)

 

Gérard Larcher met les pieds dans le plat et dit tout ce que beaucoup pensent. Le gouvernement en matière de sécurité se gave de mots et de déclarations fracassantes mais agit peut. On objectera cependant que le phénomène n’est pas nouveau car il y a déjà longtemps que l’État recule dans certaines circonstances, dans certains lieux se produisent régulièrement crimes et délits et pas seulement des « incivilités » comme les avait qualifiées Macron.

À son tour, Gérard Larcher réclame des «faits» plutôt que des «incantations». Alors que l’opposition de droite et du Rassemblement national s’applique à attaquer la politique sécuritaire du gouvernement, le président (Les Républicains, LR) du Sénat a fustigé, vendredi, «l’échec» et «l’impuissance de l’État régalien» face aux actes de violence.

Dans son viseur : les incidents qui ont éclaté à Paris dimanche, en marge de la finale de la Ligue des Champions entre le PSG et le Bayern Munich à Lisbonne, la guerre entre bandes sur fond de trafic de drogue à Grenoble, ou encore les règlements de comptes commis à Dijon en juin dernier, a-t-il énuméré.

«C’est un été où l’on a donné le sentiment que l’État de droit est en recul», insiste Gérard Larcher. Sans pour autant accabler exclusivement le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, visé par le président de LR, Christian Jacob, dans une interview publiée vendredi dans Le Figaro «Ce n’est pas que Gérald Darmanin, ça fait plusieurs années…», tempère le président du Sénat.

«Banalisation de la violence» ( Macron) : des mots mais peu d’actions

 «Banalisation de la violence» ( Macron) : des mots mais peu d’actions

Sur le terrain de la violence, le président de la république est resté très discret jusque-là. Mais devant la montée des incidents voir des crimes, il avait seulement constaté la croissance des « incivilités ». Un choix sémantique pour le moins inadapté quand il s’agit de délits et de crimes. Cette fois, Macron est contraint de reconnaître qu’il y a aujourd’hui dans la société une sorte de banalisation de la violence. Le problème est évidemment la question de la réplique politique. Macron promet une réponse républicaine adaptée et rapide. Pour l’instant, on n’en saura pas davantage car ce qui caractérise actuellement le pays c’est le délitement de l’État face à cette remise en cause générale de l’autorité et sa traduction dans de trop nombreux cas en terme de délits et de crimes y compris contre les représentants du service public incluant les forces de l’ordre.

Lors d’une rencontre à Paris avec l’Association de la presse présidentielle, Emmanuel Macron a assuré que le gouvernement se montrerait «intraitable». Il faudra toutefois attendre la semaine prochaine, à l’occasion de l’anniversaire des 150 ans de la République, pour que le président de la République s’exprime plus longuement sur le sujet. Avant cela, les questions de sécurité et de justice seront inscrites en tête des «priorités» du séminaire gouvernemental de rentrée le 9 septembre prochain. Pour l’occasion, Emmanuel Macron a dit avoir demandé aux ministres de l’Intérieur et de la Justice «quelques éléments additionnels à la stratégie, à la fois pour l’accélérer et répondre plus efficacement». Le choix du langage témoigne encore que dans ce champ régalien le président fait preuve d’une prudence surprenante et marche marche sur des œufs

Emmanuel Macron distingue plusieurs formes de violences dans la société. «Il y a celle qu’on connaît depuis 2016 à l’occasion de manifestations publiques, a-t-il rappelé. Elle est le fait de groupes plutôt organisés, extrémistes, qui ont une approche opportuniste, qui se greffent dans les manifestations pour avoir des gestes de violence». Une référence aux blacks block qui infiltrent les manifestations contre les réformes du marché du travail, des retraites et plus récemment les gilets jaunes. «On a ensuite la violence liée à la drogue – le Covid a déstabilisé beaucoup de réseaux», a souligné le chef de l’État avant d’en venir à un dernier type de violence : «la violence du quotidien».

Devant la presse présidentielle, Emmanuel a encore souligné «la difficulté à répondre le plus vite possible à toutes les formes de violence», en relevant qu’il s’agissait d’un «symptôme ou d’un malaise de notre société, qui est un problème d’éducation, un problème d’intégration, un problème de modèle économique». Le problème est que le président se comporte davantage en observateur qu’en acteur et responsable de la politique publique.

  •  

Biélorussie: Loukachenko menace les ports de Lituanie si l’UE le sanctionne

 

 

Comme l’union économique s’apprête à sanctionner la Biélorussie, le chef d’État très contesté de Biélorussie riposte en déclarant qu’il va s’attaquer aux ports de la Lituanie où  transite une grande part du commerce international biélorusse;  Accessoirement où réside maintenant aussi sa principale opposante, Svetlana Tikhanovskaïa, qui en fait l’a devancé lors des dernières élections présidentielles dont les résultats ont été truqués. “J’ai demandé au gouvernement de présenter une proposition pour réorienter tous les flux commerciaux des ports lituaniens vers d’autres ports”, a-t-il annoncé, selon l’agence de presse official Belta. “Voyons comment ils vont vivre avec ça.”

“Ils se sont enrichis et ont oublié ce qu’est la Biélorussie. Ils pensaient que nous pourrions être effrayés par des fusées et des chars. Eh bien, voyons qui a peur de qui ! Nous allons leur montrer ce que sont les sanctions”, a ajouté Alexandre Loukachenko.

Les marchandises en provenance de Biélorussie, pays enclavé, représentent près du tiers du trafic ferroviaire et portuaire de Lituanie. Le pays est également une voie terrestre importante pour les marchandises européennes à destination de la Russie, comme pour l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Toutes les exportations russes passent par son territoire via l’oléoduc Droujba.

Confronté à un mouvement de contestation d’une ampleur inédite, selon lui financé par les puissances occidentales, Alexandre Loukachenko, qui est au pouvoir depuis 26 ans, a ordonné à l’armée de se préparer au combat. Vladimir Poutine a quant à lui annoncé jeudi la mise sur pied d’une “force de police de réserve” susceptible de venir en aide au président biélorusse.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE, qui cherchent à contraindre Minsk d’organiser un nouveau scrutin présidentiel, ont établi jeudi une liste d’une vingtaine de personnalités dont les avoirs pourraient être gelés.

Turquie : sanctions de l’UE pour ses actions de déstabilisation en Méditerranée

Turquie : sanctions de l’UE pour ses actions de déstabilisation en Méditerranée

 

La Turquie semble engagée dans un processus de déstabilisation en Méditerranée en prétextant la recherche d’hydrocarbures dans des zones très contestées.  Il s’agit pour la Turquie d’exister davantage sur les marchés énergétiques mais aussi pour le président Erdogan de réveiller le sentiment nationaliste, cela pour faire oublier la grave crise économique et politique dont il est responsable. En outre, la popularité d’Erdogan et de son clan est maintenant largement hypothéquée et cela se vérifie dans les élections

Josep Borrell, Haut représentant aux Affaires étrangères, a donc déclaré que l’UE était prête à sanctionner des navires turcs, à leur interdire l’accès à des ports européens ou à couper leur approvisionnement. Des sanctions pourraient également viser l’économie turque.

“Nous pourrions aller vers des mesures ciblant des activités sectorielles (…) dans lesquelles l’économie turque est connectée à l’économie européenne”, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

Pour autant, Josep Borrell et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas ont souligné que l’UE voulait d’abord donner une chance au dialogue pour tenter d’apaiser les tensions entre la Grèce et la Turquie, qui sont toutes deux membres de l’Otan.

Ankara est également engagée dans des discussions formelles en vue d’une adhésion à l’UE mais cette procédure est également menacée et pourrait être suspendue en guise de sanction, selon des diplomates européens.

Deux diplomates européens de haut rang ont précisé à Reuters que les ministres des Affaires européennes s’étaient accordés pour laisser le dernier mot aux chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept, qui doivent se réunir pour deux jours à Bruxelles, fin septembre.

“Rien ne sera décidé avant le Conseil européen de septembre”, a déclaré l’un d’eux, tout en précisant que la Turquie pourrait aussi bénéficier d’un accès élargi au marché européen et à ses 450 millions de consommateurs si elle cessait ses opérations de prospection d’hydrocarbures.

Athènes et Ankara se disputent la souveraineté d’une zone de Méditerranée orientale riche en hydrocarbures.

Le lancement d’opérations turques de prospection sismique il y a deux semaines, avec le déploiement du navire Oruç Reis dans une zone située entre la Crète et Chypre, a exacerbé les tensions dans la région, la Grèce jugeant cette initiative illégale car empiétant sur son domaine sous-marin.

Investissement innovation : annonce de 15 milliards !

 

 

 

Encore une annonce d’un plan accompagné de 15 milliards, cette fois pour l’innovation et les relocalisations. La question se pose de la crédibilité qu’on peut accorder à ce genre de promesse. Il faut observer que dans le plan de relance de 100 milliards souvent les mêmes sommes sont destinées à plusieurs objets objectifs de sorte qu’il est difficile de savoir le montant des enveloppes par orientation précise.

Ainsi l’enveloppe annoncée de 15 milliards concernerait l’innovation à travers les investissements. Mais on sait parfaitement que des investissements ne sont pas toujours dirigés vers l’innovation mais simplement vers le renouvellement des équipements actuels. En outre il sera très difficile d’identifier les actions budgétaires qui permettent la relocalisation. Un concept encore assez flou et de toute façon dont la mise en œuvre opérationnelle demandera des années compte tenu de la complexité des processus de production, de distribution et des modes de consommation.

Le plan de relance de 100 milliards d’euros que le gouvernement doit présenter la semaine prochaine comportera un volet de 15 milliards d’euros dédié à l’investissement et aux relocalisations, a annoncé vendredi Emmanuel Macron.

“Cette stratégie France Relance, ça n’est pas une stratégie pour faire face aux difficultés du moment, ça nous l’avons déjà fait, non, c’est préparer la France de 2030 (…) pour plus d’indépendance et donc les relocalisations, pour bâtir un monde d’avenir, fondé sur le savoir, sur l’écologie (…) et sur les compétences”, a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion d’une visite d’un site de l’entreprise pharmaceutique Seqens en banlieue parisienne.

A l’occasion de ce déplacement consacré à la souveraineté sanitaire et industrielle, Emmanuel Macron a annoncé une réforme “historique” des procédures d’autorisation des médicaments qui sera effective le 1er janvier prochain, afin qu’on puisse “innover plus simplement et plus vite en France”.

Objectif affiché: “réduire drastiquement les délais” d’obtention des autorisations temporaires d’utilisation (ATU), qui permettent d’utiliser de façon exceptionnelle des traitements ne bénéficiant pas encore d’une autorisation de mise sur le marché (AMM).

Le chef de l’Etat a par ailleurs évoqué une réduction de 300 millions d’euros de l’effort demandé aux laboratoires pharmaceutiques dans le prochain budget, sans donner davantage de détails sur ce point.

 

Croissance Allemagne : prévisions revues en hausse

Croissance Allemagne : prévisions revues en hausse

 

La chute de l’économie allemande semble un peu atténuée. La croissance avait subi une perte de près de 10 % au cours du deuxième trimestre (à comparer à la baisse de près de 14 % en France). Sur l’ensemble de l’année 2020, le recul pourrait être moins important que prévu : 6%, contre 6,3% actuellement, a déclaré vendredi à Reuters une source de la coalition gouvernementale.

Ces prévisions sont quand même un peu fragiles car l’avenir de la croissance allemande dépendra largement des exportations donc de la demande des pays clients. En France aussi le ministre de l’économie a annoncé que la chute de la croissance pourrait être limitée à 10 % au lieu de 11 % prévus par le gouvernement. Là aussi il s’agit de pédagogie pour entretenir l’optimisme car les modifications sont faibles et aléatoires.

Le ministre de l’Economie, Peter Altmaier, devrait présenter ces nouvelles prévisions en début de semaine prochaine, a ajouté cette source.

Une porte-parole du ministre de l’économie a déclaré que les nouvelles prévisions étaient toujours en cours de finalisation et que Peter Altmaier les dévoilerait mardi.

L’économie allemande s’est contractée de 9,7% au deuxième trimestre, une baisse sans précédent, sous l’effet de la chute des dépenses de consommation, de l’investissement des entreprises et des exportations dans le contexte de la pandémie liée au coronavirus.

Les données économiques récentes ont toutefois alimenté l’espoir d’une solide reprise de la première économie d’Europe.

Le moral des investisseurs en Allemagne s’est nettement redressé en août grâce à la reprise de l’activité dans les secteurs de l’industrie et des services. La demande à l’exportation, en particulier de la Chine, a rebondi pour un deuxième mois consécutif en juin et une récente enquête de l’institut Ifo suggère que les entrepreneurs s’attendent à une croissance de l’activité pour les trois prochains mois.

Les perspectives de l’économie allemande sont plus favorables cette année que celles de la plupart des autres pays du G7, exception faite des États-Unis.

Une révision à la hausse des prévisions économiques de l’Allemagne aurait un impact sur l’estimation des recettes fiscales, prévue pour le 10 septembre, et sur le projet de budget pour 2021, qui doit être présenté avant fin septembre.

Des sources avaient déclaré en juin à Reuters que le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, prévoyait de demander au Parlement son accord sur de nouveaux emprunts de 62,5 milliards d’euros, qui porteraient l’effort budgétaire supplémentaire total à 218,5 milliards cette année.

Biélorussie: intervention militaire russe éventuelle qualifiée de « malvenue » ( Macron)

Biélorussie: intervention militaire russe éventuelle qualifiée de « malvenue » ( Macron)

 

L’intervention militaire éventuelle de la Russie en Biélorussie a été qualifiée de malvenue par macron. Un euphémisme sans doute car cette nouvelle action russe aux portes de l’Europe constituerait une grave atteinte à la paix et à la démocratie

Le choix sémantique de Macron traduit le fait que sur le dossier biélorusse, la diplomatie française et européenne marche sur des œufs. En clair elle ne veut pas trop mécontenter la Russie qui a adopté une posture de protectrice de la dictature biélorusse pour protéger la propre dictature de Poutine. En Biélorussie comme en Russie, on veut en effet tordre les dispositions constitutionnelles pour permettre aux dictateurs de prolonger leur mandat. Poutine qui a déjà 20 années de pouvoir s’apprête à en ajouter encore une vingtaine après un bidouillage constitutionnel. Même chose pour le président biélorusse lui qui compte déjà 26 ans de pouvoir et qui voudrait en ajouter encore une vingtaine.

Le problème de la prudence diplomatique s’explique aussi di fait  que nous avons besoin du soutien en tout cas de la neutralité de la Russie sur nombre de dossiers internationaux délicats en Iran par exemple ou encore Moyen-Orient. Cela d’autant plus que le président américain a choisi l’isolationnisme voire la provocation au plan international.

“Comme j’ai eu l’occasion de le dire au président Poutine, je considère que toute intervention extérieure en Biélorussie, à commencer par une intervention des forces russes (…) conduirait à régionaliser et internationaliser cette question” et “serait malvenue”, a déclaré le chef de l’Etat, qui s’exprimait devant 70 journalistes de l’Association de la presse présidentielle (APP).

“Notre volonté c’est d’engager la Russie dans un dialogue sur la Biélorussie et de nous aider à convaincre le président (biélorusse Alexandre) Loukachenko de la nécessité d’une médiation OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe)”, a ajouté Emmanuel Macron.

Coronavirus: Sanofi 2 candidats vaccins ?

Coronavirus: Sanofi 2 candidats vaccins ?

 

Sanofi annonce aussi de possibles vaccins contre le Coronavirus. Une annonce de plus qui s’ajoute à toutes celles des pays et des laboratoires qui  proclament la venue du remède miracle  pour les mois voir les semaines à venir. Sans parler  de pays comme la Russie qui utilise un vaccin qui n’a pas été testé sur une population suffisante. Le problème de cette course au traitement préventif potentiel- 150 à 200 dans le monde !-, c’est qu’on risque de déboucher sur des vaccins qui ne seront pas efficaces à 100 % et qui pourraient entraîner de graves contre-indications non vérifiées.

Derrière ces annonces, il y a aussi en seulement une course scientifique mais également une course financière pour recueillir à la fois des fonds publics et des fonds privés sans parler de la spéculation car toute annonce d’un prochain vaccin permet de faire monter les cours de bourse et la valeur du laboratoire.

Enfin, il y a ses contradictions permanents entre scientifiques qui s’affrontent entre eux aussi bien sur des traitements que sur le futur vaccin en fonction des l intérêts y compris financiers qu’ils entretiennent avec les laboratoires.

Sanofi qui ne veut pas être en reste annonce donc à son tour que la société travaille sur deux des plus de 150 vaccins potentiels en cours de développement dans le monde entier.

L’un d’eux, qui s’appuie sur une plate-forme de développement de vaccins contre la grippe, utilisera un adjuvant fabriqué par le britannique GlaxoSmithKline pour augmenter son efficacité.

L’autre, développé en coopération avec l’américain Translate Bio, s’appuie sur une technologie différente connue sous l’appellation mRNA.

“Les données initiales disent que nous sommes sur la bonne voie et que nous avons un vaccin”, a dit Paul Hudson lors d’un entretien vendredi en référence au candidat vaccin développé avec GSK.

Les essais cliniques devraient débuter le mois prochain.

Environ 30 vaccins potentiels sont actuellement au stade des essais chez l’homme. Mais Paul Hudson a déclaré en juin que la probabilité que Sanofi dispose d’un vaccin dont l’efficacité dépasserait 70% était supérieure à celle de ses concurrents, en partie grâce à l’expérience du groupe dans le domaine des vaccins.

“Notre confiance a augmenté. Nous avons du travail à faire, comme tout le monde, pour produire de gros volumes. Mais nous aurons un, peut-être deux vaccins l’an prochain”, a-t-il dit.

Translate Bio a déclaré pour sa part mardi que les essais chez l’homme du vaccin mRNA devraient débuter en novembre.

Sanofi a conclu avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni des accords portant sur le vaccin avec adjuvant et il est en discussions avancées avec l’Union européenne pour fournir jusqu’à 300 millions de doses.

Mais l’UE n’offre qu’une protection partielle aux fabricants de vaccins contre les risques juridiques liés aux effets secondaires des vaccins.

“Je crois qu’avec ce niveau de protection, nous sommes parvenus à un ‘niveau convenu’. Et je crois que cela nous a permis d’aller de l’avant et de signer. Mais je suis conscient du fait qu’il y a des positions différentes sur le niveau que cela représente”, a dit Paul Hudson.

Les vaccins étant développés dans l’urgence, il existe un risque accru qu’ils puissent avoir des effets secondaires inattendus ou une efficacité décevante.

La couverture financière de ces risques est un élément clé des discussions entre les laboratoires et les gouvernements en vue d’accords de fourniture de vaccins à grande échelle.

Aucun vaccin n’a pour l’instant été approuvé à l’exception du Spoutnik V autorisé en Russie avant même des essais à grande échelle.

Coronavirus France : 7.379 nouveaux cas en 24 heures, croissance exceptionnelle

Coronavirus France : 7.379 nouveaux cas en 24 heures, croissance exceptionnelle

 

Un record d’un niveau exceptionnel avec 7.379 cas confirmés supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures, soit 20% de plus que la veille, a annoncé vendredi l’agence Santé Publique France (SPF).

Ce chiffre est le plus élevé depuis le record quotidien de cas annoncés le 31 mars, qui était de 7.578.

“En France métropolitaine, la dynamique de progression de l’épidémie est exponentielle”, constate pour sa part la Direction générale de la santé dans un communiqué.

“Bien que restant à des niveaux limités, les indicateurs hospitaliers (nouvelles hospitalisations et admissions en

réanimation) sont en augmentation, notamment dans les régions où la circulation virale est la plus intense.”

La nouvelle poussée de l’épidémie observée ces dernières semaines a conduit de nombreuses municipalités, dont celles de Paris, Toulouse et Marseille, à rendre le port du masque obligatoire dans l’espace public.

Elle ne se traduit cependant pas pour l’instant par une montée en charge aussi rapide pour les établissements hospitaliers: 4.535 patients atteints du COVID-19 étaient hospitalisés vendredi, un chiffre inchangé par rapport à la veille, dont 387 malades dans un service de réanimation, soit six de plus que jeudi mais 23 de moins que mardi.

Le nombre total de décès depuis le début de l’épidémie atteint 30.596 dont 20.089 dans des établissements hospitaliers (+19 en 24 heures), précise SPF.

Liban: Macron met la pression

Liban: Macron met la pression

 

 

 

Macron  met la pression sur la classe politique libanaise avant un voyage à Beyrouth. Préalablement, il a fait largement diffuser les orientations qu’il souhaite avec évidemment des élections mais aussi un gouvernement efficace et honnête en rupture avec la corruption et les politiques électoralistes de clans . Ils souhaitent une gestion rigoureuse de l’aide internationale conditionnée aux réformes structurelles pour assainir et moderniser le pays.

D’une certaine manière, Macron se positionne en tuteur moral du pays en s’appuyant sur l’opinion publique. La question de savoir si la pression qu’il met sur la classe politique sera entendu des intéressés car les lourdeurs de la politique libanaise se nourrissent de contradictions et des divisions ancrées dans l’histoire même du pays, une histoire entretenue en sous-main par certaines puissances étrangères.

Attendu mardi prochain à Beyrouth, Emmanuel Macron a dit vendredi son intention de mettre la pression pour que le programme de réformes soit mis en œuvre au Liban.

“En ce moment exceptionnel, (cela) me conduit à mettre la pression”, a dit le chef de l’Etat français lors d’une rencontre avec l’Association de la presse présidentielle.

“Je n’ai pas de carte cachée. Je pense que la France a convaincu ses partenaires européens, américains et une bonne partie des partenaires régionaux que nous étions des honest brokers. Et donc nous sommes suivis par les autres. Et donc toutes celles et ceux qui pensaient que ne pas faire les efforts et obtenir l’argent international était possible ont vu que ça ne tenait plus”, a-t-il ajouté.

Le président français s’était rendu dans la capitale libanaise le 6 août, deux jours après la double explosion qui a ravagé la ville. Premier chef d’Etat étranger à se rendre sur place, il avait alors appelé de ses voeux la “refondation d’un ordre politique nouveau” dans le pays.

Actu, éco, social, politique : les plus lus

Actu, éco, social, politique : les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réactiver le lien entre banque centrale et Trésor public

Réactiver le lien entre banque centrale et Trésor public 

Les économistes Jean-Michel Servet et André Tiran plaident, dans une tribune au « Monde », en faveur de l’application de la « théorie monétaire moderne » pour sortir du dilemme de la dette, et dont les propositions apparaissent comme les seules qui offrent une véritable issue à la crise.

Tribune. La plupart des contributions sur la crise économique actuelle et ses issues portent sur l’affectation des moyens à tel type de dépenses et d’investissements, en particulier pour répondre à la double contrainte de permettre la transition écologique et d’assurer la survie des activités, des entreprises et de la population qui subissent de fortes pertes de revenu.

Le financement par endettement à moyen et long termes implique un pari : celui que l’injection monétaire impulsera un rebond économique qui dégagera des ressources nouvelles et, par conséquent, des capacités de prélèvements fiscaux additionnels permettant de rembourser les échéances de la dette.

Mais on peut en douter : une large partie des dépenses financées a pour but, a priori louable, de couvrir des déficits publics et privés et de réparer des dégâts environnementaux, en résumé de maintenir les capacités de croissance potentielle, mais pas de les augmenter. Pas de surcroît de recettes fiscales en vue, donc.

Par ailleurs, ce déficit financier accru n’est supportable que si les taux d’intérêt demeurent faibles, voire négatifs, et parce que de nouvelles dettes semblent pouvoir remplacer indéfiniment les anciennes. Les plus lucides des observateurs, comprenant les risques de cette situation et l’impossibilité de s’en extraire, proposent alors que les banques centrales annulent les dettes qu’elles détiennent par les avances qu’elles ont faites aux Etats ; des dettes qui ne rapportent rien pour la plupart.

 

Cette annulation affecterait le bilan des banques centrales, mais pas leurs revenus. Toute annulation de dettes détenues par un acteur public augmente la capacité du débiteur à rembourser ses dettes, et agit donc de fait dans l’intérêt d’acteurs privés. 

Les partisans de cette annulation l’assimilent à la supposée générosité d’un « don ». Ils se réfèrent même à l’anthropologue Marcel Mauss (1872-1950), mais oublient une leçon essentielle de son Essai sur le don (1923-1924). Tout don appelle sous une forme ou une autre un contre-don et, pour l’illustrer, Mauss cite un proverbe inuit selon lequel « les dons font les esclaves comme les fouets font les chiens ».

On peut imaginer les négociations qui entoureraient ces annulations, et les contreparties en termes de politique sociale, économique, commerciale, monétaire et financière qui pourraient alors être exigées dans la gestion publique : le prix risquerait d’en être une régression sociale durable suivie de troubles politiques internes et extérieurs profonds.

Pour une souveraineté numérique contre les Gafam

Pour une souveraineté numérique contre les Gafam

 

Un article intéressant de Thomas Fauré dans l’Opinion qui réhabilite le concept de souveraineté et la nécessité d’un instrument de prospective.

« Il y a un mois, Emmanuel Macron commémorait les quatre-vingts ans de l’appel du 18 juin 1940. Ce jour-là, le général de Gaulle était seul : sans homme, sans arme, sans argent. Cinq ans plus tard, la France siégeait à la table des vainqueurs.

Aujourd’hui, colonisés par les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), nous sommes abasourdis. Confortablement installés au cœur de nos sociétés, de nos économies et de nos Etats, ils s’apparentent plus à de soft-occupants, non-violents, pacifiques, bienveillants. En un mot, désarmants. Cependant, nous n’avons pas le choix. Si nous voulons assurer notre souveraineté numérique, nous devons nous battre. Car il n’y a de batailles perdues que celles qui ne sont pas livrées.

Regardons, froidement, c’est-à-dire avec lucidité, qui sont les GAFAM : des empires d’un nouveau genre, concurrents des Etats. Quoi que sans terre, ils sont présents dans le monde entier où ils possèdent les mines d’« or blanc » des données numériques, richesses du XXIsiècle ; ils disposent d’un statut de puissance politique (Facebook se revendique comme le troisième pays de la planète et le Danemark a accrédité un ambassadeur auprès des GAFAM) ; ils font la police sur leurs réseaux et leurs services après en avoir, plus ou moins, codéfini les règles d’usage avec les Etats ; ils n’ont pas besoin d’armée parce que leurs clients sont autant d’alliés ; ils ne sont pas endettés et ils battront bientôt monnaie (le Libra de Facebook ayant été une première tentative). Cerise sur le gâteau : la pandémie de la Covid-19 et le confinement ont renforcé leur domination par le télétravail et la numérisation des économies.

Situation quasi-monopolistique. Dans les faits, les GAFAM, surpuissants, sont devenus hégémoniques et autocratiques. Ils n’ont pas à se soumettre au suffrage des électeurs. Jouissant de situation quasi-monopolistique, ils étendent leurs services à tous les secteurs économiques, notamment la santé, en fonction de leurs seuls intérêts, sans avoir besoin d’en référer à quiconque (parfois aux actionnaires). Et plus ils se diversifient, plus ils se développent, plus ils sont dominants et moins il est facile de les contrôler. Prédateurs, ils rachètent la plupart des applications les menaçant. Dotés de trésoreries pléthoriques, Ils ont intégré dans leur business model de violer les lois territoriales sans crainte de payer des amendes astronomiques. Optimisant les législations fiscales, ils s’exemptent de payer les impôts dus localement, affaiblissant les Etats. Jouant avec les règles, ils proposent souvent la « gratuité » de leurs services, tant aux Etats qu’aux entreprises et aux particuliers. La libre concurrence ainsi faussée, leurs concurrents, notamment européens, ne peuvent plus se battre à armes légales. Enfin, bras « séculier » des Etats-Unis, ils respecteront le Cloud Act permettant à la justice américaine d’accéder aux données stockées sur les serveurs de toutes les sociétés américaines, quel que soit le lieu où elles sont stockées.

Ainsi, les GAFAM sont désormais souverains chez eux, dans le monde entier, c’est-à-dire chez nous. Il est donc urgent de réagir. Parce que notre souveraineté ne peut pas être partielle ; elle est ou elle n’est pas.

La crise de la Covid nous a montré les risques à dépendre de la Chine pour les masques et les médicaments. Qu’en sera-t-il demain de nos données numériques ? Nous n’osons pas l’imaginer. Comment s’assurer que l’administration américaine ne bloquera pas un jour les échanges numériques ? Cela est impossible. Nous n’avons donc pas le choix : si nous voulons rester un peuple libre, nous devons nous donner les moyens de rester indépendant. Nous devons bâtir notre souveraineté numérique, au même titre que nos souverainetés industrielles et militaires. C’est ce que fit le général de Gaulle avec la bombe nucléaire en revenant au pouvoir en 1958. Clé de voûte de la stratégie de défense de la France, « aujourd’hui comme hier, elle garantit notre indépendance, notre liberté d’appréciation, de décision et d’action », a déclaré Emmanuel Macron le 20 février.

A cet égard, soupçonner de « moindre efficacité sanitaire » les performances des entreprises françaises ou européennes, c’est leur faire un procès d’intention. La déclaration de la directrice du Health Data Hub, Stéphanie Combes, est à cet égard maladroite : « Aujourd’hui, on considère que l’on n’a pas d’expert français qui sache répondre à nos problématiques. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sauront pas le faire dans six mois, un an ». Même si, malheureusement, c’est faire injure aux qualités de nos entreprises, au pire, qu’est-ce qu’attendre une année compte tenu de l’enjeu de souveraineté ? Rien.

Aussi, nous comprenons Octave Klaba, président d’OVHcloud, qui a twitté : « C’est la peur de faire confiance aux acteurs français de l’écosystème qui motive ce type de décision. La solution existe toujours. Le lobbying de la religion Microsoft arrive à faire croire le contraire. »

Ce qu’il faut faire : construire notre indépendance avec un nouvel Etat stratège

Le retard pris sur les GAFAM est-il irrattrapable ? Sommes-nous condamnés à être colonisés ? Nous ne le pensons pas. Il n’existe pas de fatalité en politique.

Souvenons-nous que le jour de l’appel du 18 juin, le général de Gaulle ne disposait pas d’un territoire. Pourtant, avec le temps, il fit resurgir une « France libre ». Ne baissons donc pas les bras et ne nous laissons pas endormir

Autorités obsolètes. Longtemps, l’Etat français a eu un outil au service des intérêts des Français : le Commissariat général au plan. Créé par le général de Gaulle en 1946, c’est, notamment, grâce à lui que notre économie a été irriguée d’investissements publics féconds dans tous les secteurs, agriculture, industrie et services. Nos industries des télécoms et du numérique en sont les héritiers directs : ce fut le plan calcul (1966) et le plan télécoms (1975). Depuis, jugé obsolète, le commissariat a disparu pour laisser la place à France Stratégie dont dépend la Commission nationale numérique. Malheureusement, ni l’un ni l’autre, n’ont les moyens et l’autorité pour être une véritable force de frappe.

Par ailleurs, au niveau européen, la France et ses partenaires ont de puissants atouts pour réussir à reconquérir leur souveraineté numérique, à commencer par leurs 512 millions de citoyens-internautes, vitaux pour les GAFAM. A l’aune du changement de paradigme, conséquence de la pandémie de la Covid, les gouvernements ne sont pas démunis et peuvent agir immédiatement en consacrant une partie du plan de relance européen de 1000 milliards d’euros aux entreprises numériques. Parallèlement, ils peuvent voter une fiscalité favorable aux investissements dans le numérique souverain et modifier le Code des marchés publics au profit des entreprises européennes – une règle que les Etats appliquent presque partout dans le monde. Pourquoi pas nous ?

Souvenons-nous que le jour de l’appel du 18 juin, le général de Gaulle ne disposait pas d’un territoire. Pourtant, avec le temps, il fit resurgir une « France libre ». Ne baissons donc pas les bras et ne nous laissons pas endormir. Nous savons que le loup est dans la bergerie, alors mettons tout en œuvre pour l’empêcher de nous dévorer. Pour ça, nous avons des armes, des savoir-faire et de la volonté. C’est ce qu’a fait Cédric O avec l’application StopCovid. A cet égard, il a montré que le développement « made in France » est possible, que quand l’Etat veut, il peut. C’est également ce que le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, déclarait le 31 mars : « Le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne ». Les entrepreneurs du numérique sont prêts à les prendre au mot. C’est ce qu’Octave Klaba écrivait à la fin de son tweet déplorant la décision du Health Data Hub : « C’est un combat. On va continuer et un jour on gagnera». Ce jour, c’est maintenant. Pour une souveraineté numérique pleine et entière.

Tourisme : le plongeon

Tourisme : le plongeon

Le manque de touristes étrangers se constate un peu partout en France mais particulièrement dans la région parisienne qui constitue un pôle d’attractivité essentiel. Dans ce secteur, il faut s’attendre d’ici la fin de l’année à des faillites retentissantes.

L’épidémie de Covid 19 a causé des « dégâts considérables » à l’activité touristique en Île-de-France au premier semestre 2020, avec un manque à gagner de 6,4 milliards d’euros, le nombre de touristes ayant chuté de plus de 14 millions.

Sur la période, les recettes liées à l’activité touristique sont ainsi tombées à 3,8 milliards d’euros contre 10,2 milliards sur les six premiers mois de l’année 2019, selon des chiffres du Comité régional du tourisme (CRT) de Paris Ile-de-France publiés jeudi.

Seuls 9,4 millions de touristes ont visité la capitale et sa région, contre 23,7 millions au premier semestre de l’an dernier.

« Le tourisme est une activité économique extrêmement précieuse à l’Ile-de-France, qui représente 500.000 emplois, et 7% à 8% de la création de richesse régionale », a rappelé la présidente de la région Valérie Pécresse, en présentant ces chiffres à la presse.

« Depuis quatre ans, nous annoncions des records de fréquentation pulvérisés, c’est donc avec une grande tristesse que nous avons vu la pandémie venir fracasser un secteur extrêmement florissant et dynamique dans la région », a-t-elle ajouté.

« L’année 2020 sera une année de triste record de baisse de la fréquentation » pour l’Ile-de-France, locomotive du tourisme hexagonal, commente le CRT, soulignant que « l’activité touristique de la destination Paris Région, notamment hors Paris, montre toutefois des signes de reprise cet été ».

Ainsi, « après un début d’année prometteur malgré le début de la crise sanitaire et la poursuite des mouvements sociaux en France, l’activité touristique s’est arrêtée à partir de la mi-mars » en raison de la pandémie.

Au premier semestre 2020, les nuitées hôtelières sont en recul de 61% par rapport aux six premiers mois de 2019, contre une baisse de 47% pour les locations et meublés saisonnières.

« Au cours des mois de juin et juillet, plus d’un hôtel parisien sur deux était encore fermé, tandis qu’en Île-de-France hors Paris, les chiffres sont meilleurs, près de 70% des hôtels étant ouverts« , selon le cabinet MKG.

Économie : l’impératif des choix

 Économie : l’impératif des choix

 

Eric Fourel, Président d’EY, cabinet d’avocats d’affaires insiste sur la nécessité de faire de vrais choix pour soutenir l’économie dans la Tribune.

 

 

« A n’en point douter, le « Quoi qu’il en coûte » lancé depuis la tribune présidentielle à l’aube du confinement aura symbolisé une force de volonté sur le plan économique sans précédent depuis le plan Marshal. D’une indemnisation généreuse de l’activité partielle, en PGE accordés abondamment, tout en multipliant de nombreux autres soutiens plus ciblés, une croyance s’est ainsi dessinée dans notre imaginaire collectif qu’il serait possible de rester immun face à la crise économique à défaut d’être protégés du virus lui-même sur un plan épidémiologique.

Malgré un optimisme volontariste qu’il est de bon ton d’afficher, et que relaye une bourse ayant déjà reconquis plus de la moitié du terrain perdu depuis la mi-mars, le risque d’une deuxième vague dépressionsiste plane pourtant comme aéroportée par une traîne épidémiologique qui s’étire dans la durée.

Le plan de relance gouvernemental visant à mitiger un tel risque est annoncé de manière imminente. Le temps de procéder à certains choix est-il advenu ? Et comment s’assurer de faire les bons ?

En matière fiscale, l’orientation retenue sera placée sur le terrain d’une politique d’offre en faveur des entreprises avec une baisse des impôts de production chiffrée à 10 milliards et le maintien de la réduction d’ores et déjà votée de l’impôt sur les sociétés pour ramener son taux pour toutes les entreprises à 25% d’ici 2022 ; soit à un niveau un peu plus proche de la moyenne OCDE qui s’établit aux environs de 20%.

En termes d’attractivité, difficile de contester que le maintien de la baisse programmée de l’IS permettra de renouer avec une meilleure prévisibilité de la norme; terrain sur lequel la France affichait une réelle faiblesse encore accentuée ces dernières années par le report dans le temps d’engagements votés mais jamais encore entrés en vigueur. Rien de pire pour la crédibilité des pouvoirs publics que de créer des mirages législatifs. En matière d’impôts de production, privilégier une baisse de la contribution sur la valeur ajoutée (CVAE) plutôt que de supprimer totalement la contribution de sociale de solidarité des sociétés (C3S) tel qu’envisagé initialement, semble également un choix qu’il faut saluer. Frappant la marge dégagée par une production réalisée grâce une main d’œuvre employée en France, la CVAE opère comme un accélérateur de délocalisation des activités humaines génératrices de valeur tandis que la C3S est plus neutre sur ce plan puisqu’elle ne dépend que du chiffre d’affaires réalisé (sous réserve des effets d’un plafonnement éventuel).

 

Si ces choix paraissent en définitive opportuns, on peut malgré tout s’interroger s’il ne serait pas préférable de privilégier l’allégement de prélèvements encore plus directement en lien avec l’emploi et en particulier tabler sur une baisse générale et pérenne des charges sociales sur les salaires. Certes avec la conversion du CICE et les différentes mesures sur les emplois faiblement qualifiés, un chemin significatif a déjà été parcouru. On le constate d’ailleurs dans l’étude de l’OCDE Taxing Wages parue en avril dernier qui fait apparaître depuis 2015 un abaissement cumulé de plus de 4 points sur les bas salaires. Mais, le taux de prélèvement obligatoire sur les rémunérations moyennes, ressortant à 46,7%, demeure néanmoins 10 points au-dessus de la moyenne de l’OCDE et 5 points au-dessus de la moyenne de l’UE. Surtout, ce sont les cotisations sociales patronales qui, dépassant le seuil des 26%, pèsent le plus lourd en France dans le total de ces prélèvements et la placent en tête de l’OCDE pour les charges de sécurité sociales supportées exclusivement par l’entreprise.

Deuxième vague ou pas en matière économique, l’organisation du travail, en France comme ailleurs, ressortira profondément impactée par la crise Covid. Le télétravail ayant acquis ses lettres de noblesse, une tendance à la délocalisation des emplois intellectuels va probablement s’accentuer. La bataille de la compétitivité du coût du travail va de nouveau s’exacerber. Or, l’abaissement des charges sociales patronales présenteraient le triple avantage d’alléger immédiatement les coûts de production de toutes les entreprises, de faciliter la reprise des embauches lorsque sonnera vraiment l’heure de la reprise, tout en permettant de dégager des marges de négociation pour celles des entreprises qui en ont les moyens aux fins d’une revalorisation salariale.

Parce qu’il autorise à la fois un choc d’offre et potentiellement de demande, le levier du coût du travail n’est donc pas à négliger au moment où il faudra bien malheureusement se résoudre à ce que des choix s’imposent malgré le slogan du « quoi qu’il en coûte » et à défaut de pouvoir tout faire en « même temps ».

Turquie : pour une alliance stratégique étroite entre la Grèce et la France

Turquie : pour une  alliance stratégique étroite entre la Grèce et la France

Notis Marias, professeur des Institutions de l’Union européenne, Université de Crète-Grèce, ex-député au Parlement Européen (2014-2019) et ex-député au Parlement Grec (2012-2014) souhaite une alliance entre la Grèce et la France contre la Turquie dans la Tribune.

 

 

« Le président de la République française, Emmanuel Macron, a avec courage réitéré, lors de sa récente rencontre avec Angela Merkel à Brégançon, l’engagement de la France aux côtés des forces de la paix et de la stabilité dans la Méditerrané orientale. La Grèce et Chypre comme aussi la Libye sont des victimes du révisionnisme de l’Histoire que le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan essaie d’imposer par le chantage, la force ou la « négociation forcée ». La doctrine de M. Erdogan se base sur la révision du traité de Lausanne de 1923, proposition publiquement avancée déjà par lui-même en décembre 2017.

La France et la Grèce sont des alliées historiques dont les intérêts en termes de sécurité régionale convergent tout autant plus dans la conjoncture actuelle. Le nouveau « pivot asiatique » des Etats-Unis a créé un vide géopolitique dans la région du Proche-Orient. Un vide que des forces comme la Turquie essayent de combler. Néanmoins, la Méditerranée est un espace stratégique pour l’Europe et M. Erdogan est bien au courant de cela. Des forces comme la France et la Grèce avec leurs actions protègent les intérêts de toute l’Europe dans la région. »

Huawei : Bouygues va démonter 3000 antennes

Huawei : Bouygues va démonter  3000 antennes

 

Bouygues va démonter 3000 antennes Huawei  à la demande du gouvernement pour des raisons de sécurité. «Nous n’aurons plus aucune antenne Huawei dans les zones très denses» d’ici à 2028, a expliqué Olivier Roussat, le président de Bouygues Telecom, lors d’une conférence téléphonique avec le patron de Bouygues Martin Bouygues. Cela implique de démonter 3.000 antennes, a-t-il expliqué.

Bouygues Telecom compte au total environ 21.500 antennes aujourd’hui sur le territoire national, selon les chiffres du groupe. «C’est un démontage qui va se traiter sur une période de huit ans» ce qui est «assez raisonnable en termes d’impact financier dans nos résultats opérationnels», a-t-il précisé. Bouygues est en train de négocier avec l’État une compensation financière pour l’obligation de démonter les antennes existantes Huawei dans les zones très denses.

Viande : du made in France bidon

Viande : du made in France bidon

 

Il y a longtemps que les spécialistes de la filière viande savent qu’en vend du made in France.  bidon. Autour de 40 % de la viande vendue ne seraient pas d’origine française mais étrangère. Le plus souvent les commerces n’indiquent pas la provenance de la viande ce qui est contraire à la loi de 2015 voire indiquent à une supposée origine France. On objectera que nombre  d’autres produits alimentaires ou non subissent aussi cet habillage bidon quant à leur origine. Voir par exemple les produits bio qui sont largement importés faute d’offre française suffisante.

Sur les 2000 contrôles réalisés en 2018 par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) sur l’étiquetage et la traçabilité des viandes, plus d’un tiers ont révélé des anomalies. L’enquête portait sur 1926 établissements, dont des grandes et moyennes surfaces, boucheries, abattoirs et autre établissements vendant de la viande, détaille la DGCCRF dans les résultats de son enquête, relayés par l’UFC-Que Choisir.

Parmi les anomalies, les enquêteurs ont relevé des cas de «francisation», des allégations relatives aux races, des messages quant à l’origine régionale des animaux et des signes de qualité utilisés de manière abusive. Ce non-respect des règles de traçabilité a donné lieu à des avertissements, injonctions ou procès-verbaux dans près de 40% des établissements contrôlés.

La DGCCRF a particulièrement noté l’absence fréquente de la mention d’origine dans les boucheries traditionnelles et les rayons boucherie des grandes et moyennes surfaces.

La presse en très grande difficulté

La presse en très grande difficulté

La presse va recevoir une aide de 483 millions sur deux ans. Elle en a bien besoin car elle est dans une situation qui pourrait bien conduire à terme à la suppression d’un certain nombre de titres, en tout cas à des plans significatifs de réduction d’emplois. En cause évidemment,  la neutralisation importante de la diffusion pendant plusieurs mois mais aussi la perte d’importantes ressources publicitaires d’entreprise qui resserrent aussi leurs budgets de communication. Enfin la presse traditionnelle ne cesse de perdre de l’audience aussi bien la presse nationale que la presse régionale. Elle n’a pas été au rendez-vous de la crise sanitaire. Elle s’est contentée de reprendre comme d’habitude les dépêches d’agence, du gouvernement et des institutions. Pas étonnant la plupart de la presse est désormais dans les mains des financiers. Le support Internet lui par contre a été très sollicité. Des les habitudes ont été prises par les consommateurs d’information, des habitudes durables qui vont se traduire rapidement par des pertes de ventes et d’audiences dans beaucoup de journaux.

L’exécutif a donc décidé des mesures d’urgence, votées le 30 juillet, pour aider les acteurs les plus touchés (marchands de journaux, titres ultramarins, éditeurs) pour un total de 106 millions d’euros, a rappelé la présidence. Pour consolider l’avenir de la presse, l’État va également mettre en place un plan de 377 millions sur deux ans, notamment pour accompagner les transitions écologique et numérique du secteur. Malheureusement sur le fond l’utilisation du support numérique ne change pas la ligne éditoriale complètement dépassée pour nombre de périodiques.

12345...26



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol