La fin du service national (SNU) ?

 

Les candidats au service national seraient en net recul du fait, d’après les pouvoirs publics, de la crise sanitaire. Un service civique pourtant  proche de la nullité tant sur le plan quantitatif que qualitatif.  Pour le justifier, on affirme que certains volontaires sont utilisés notamment dans les EHPAD. Faut-il rappeler que ces utilisations sont particulièrement marginales. En effet  le lobby militaire aura eu raison de la promesse de Macron concernant le service universel. Ce lobby ne voulait surtout pas qu’on touche à son budget. Exit le service universel, civique voire militaire.

Plus question de service militaire, pas même de service civique mais un service national universel (SNU) Sans aucun contenu, ni civique, ni militaire, encore moins universel. Pour Macron, essentiel ces l’affichage et la com. Même sil devait être réduit à deux jours Macron se réjouirait de sa voir sa promesse mise en vigueur. . “L’objectif serait de  800.000 jeunes”, a-t-on déclaré à l’Elysée. Des reports sont envisagés jusqu’à l’âge de 18 ans. Cette période d’un mois devra permettre la transmission de savoirs en matière de sécurité civile, de défense, de connaissance des dispositifs d’engagements.

Une seconde phase du SNU, volontaire et d’une durée de trois mois, aurait lieu plutôt entre les âges de 18 et 25 ans et s’appuierait sur les dispositifs existants, militaire et civils. “L’objectif est qu’à l’issue du quinquennat, 50% d’une classe d’âge puisse être dans un dispositif”, a-t-on ajouté. Donc un service pour une moitié des intéressés ! En attendant il faudra se contenter de 140 000 jeunes qui ont été volontaires.

 «Les jeunes volontaires du service civique, c’est un corps de solidarité que l’on peut mobiliser à tout moment. J’en veux pour preuve la fédération des Ehpad qui, pas plus tard que ce matin, nous a affirmé qu’à l’heure de la crise du coronavirus, elle maintenait la présence de ces jeunes dans leurs établissements auprès des personnes âgées, qui reçoivent actuellement moins de visiteurs», explique Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du service civique qui évidemment passe de la pommade à son activité

Ce dispositif, qui propose aux 16-25 ans des missions d’intérêt général de six à douze mois dans des domaines variés, fête ses 10 ans. Et entre dans une phase de maturité. Depuis 2010, 430 000 volontaires ont effectué un service civique. «Des jeunes qui, pour une indemnité minime (473 euros net mensuels, NDLR), choisissent de donner de leur temps», glisse Béatrice Angrand.

En 2019, comme en 2018, environ 140 000 jeunes se sont engagés dans une mission de solidarité, soit un volume qui a presque triplé depuis l’année 2015, marquée par les attentats et un regain d’engagement de la jeunesse. Bref on est loin du service militaire, on est loin du caractère obligatoire on est même loin d’un service civique significatif.

En 2020, le SNU devait concerner entre 20 000 et 30 000 jeunes, soit une multiplication de l’effectif par 10 ou 15. La crise du Covid-19 a brisé l’élan. Toutefois, les indicateurs du recrutement n’étaient pas au beau fixe avant le confinement, avec environ 7 500 candidats. On serait aujourd’hui à 10 000 volontaires, assure l’exécutif. Pourtant l’objectif est de concerner 700 000 jeunes ici 2026.

 

0 Réponses à “La fin du service national (SNU) ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol