L’intérêt général et-ou l’intérêt national

L’intérêt général et-ou  l’intérêt national 

Thierry Aimar, maître de conférences en sciences économiques à l’université de Lorraine, et enseignant de neuroéconomie à Sciences Po fait une clarification sur les concepts d’intérêt général et ou d’intérêt national,.( chronique dans la Tribune)

 

« Le souverainisme occupe de plus en plus de place dans le champ médiatique. Il n’en reste pas moins un écran de fumée qui cache une triste réalité. Sous le couvert idéologique de l’intérêt national, il n’exprime que l’intérêt d’employés et de producteurs dotés de trop faibles avantages comparatifs pour maintenir leur revenu dans l’échange international. Refusant de voir s’abaisser leurs rémunérations au niveau correspondant à leur véritable création de valeur, ils cherchent à se créer des rentes en empêchant leurs concurrents étrangers d’offrir leurs services en capital, travail ou marchandises sur le marché domestique. A cause de ces barrières à l’entrée, leurs concitoyens se voient obligés de consommer des biens plus chers en les achetant à des producteurs nationaux moins efficaces.

On évoque souvent l’idée que ces consommateurs sont eux-mêmes des employés nationaux et qu’ils devraient logiquement s’opposer à une mondialisation qui nivelle leurs salaires. Mais si la concurrence internationale est réduite à cause des restrictions douanières, moins de biens seront présents sur le marché domestique et leur prix sera plus élevé (ce qu’admettent d’ailleurs eux-mêmes les souverainistes). Les salaires réels des travailleurs nationaux, c’est-à-dire leur pouvoir d’achat, diminuera alors. Où sera alors le bénéfice des employés? Non seulement la création de richesse sera globalement plus faible, mais une partie de la contribution des employés à sa formation ira dans les poches de producteurs capitalistes refusant le match de la concurrence. Est-ce cela « l’intérêt national »?

On pourrait objecter que si nos avantages comparatifs sont si faibles comparativement à d’autres pays, par exemple la Chine, c’est que leurs salariés sont payés au-dessous de leur productivité. Mais alors, ce sont nos consommateurs nationaux qui bénéficient de rentes en bénéficiant de produits en dessous de leur valeur réelle ; ce sont nos entreprises nationales qui payent des matières premières ou des équipements à des prix cassés. Les premières victimes de cette politique, ce n’est pas nous, mais ces travailleurs ou producteurs étrangers censés nous exploiter en inondant notre marché domestique ; si on considère que ces avantages comparatifs sont liés à un trop-plein démographique permettant à ces pays de payer moins chers leurs salariés et de produire ainsi des biens à meilleur coût, rappelons que ces déséquilibres de population ne sont que le résultat de nos propres barrières à l’immigration. Les frontières ont été fermées car l’arrivée d’une main-d’œuvre étrangère remet en question les rentes des salariés nationaux qui ne peuvent ainsi maintenir leur revenu qu’au détriment des salariés étrangers et des consommateurs nationaux. C’est donc l’insuffisance de la mondialisation et non pas son excès qui serait responsable de cette situation démographique asymétrique.

 

Il faut arrêter de se voiler la face. La globalisation n’est pas ce monstre décrit par les souverainistes. Elle est le produit d’une évolution naturelle qui donne à chacun, quelque soit sa nationalité, sa race, son genre ou sa religion, la liberté de participer à la création de valeur et d’être rémunéré en proportion de sa contribution. Vouloir créer au sein des espaces nationaux une rareté artificielle en empêchant des biens ou du travail étrangers d’y pénétrer ne préserve que les intérêts de corporations qui se protègent de leur inefficacité au détriment du reste de leurs concitoyens.

La véritable source de la tentation souverainiste n’est pas la mondialisation. C’est la complaisance vis-à-vis de nous-mêmes; ce sont des mentalités régressives, une sottise arrogante, une Foire aux Vanités et un culte du decorum dignes de l’Ancien Régime; c’est notre absence de vision entrepreneuriale, notre esprit d’assistanat qui propage et généralise l’irresponsabilité du haut en bas de la société, de la famille jusqu’aux plus hautes sphères de l’État ; c’est notre goût du pathos et de l’émotion qui contamine les esprits. En résumé, c’est une forme de décadence intellectuelle et morale qui s’exprime derrière la rhétorique souverainiste. Ce qui est savoureux lorsqu’on entend ses lettrés partisans vouloir y mettre un terme.

Le souverainisme national se proclame l’ennemi du communautariste. Mais il n’est pourtant qu’un élément parmi d’autres de la guerre intercommunautaire pour s’approprier par la politique un territoire collectif, soumettre les individus qui s’y trouvent à ses propres diktats et à exclure les autres lorsqu’ils menacent les rentes des insiders. Comme toutes les autres formes de communautarisme, il sert de prétexte à des acteurs incapables de s’assurer un revenu par l’échange pour pouvoir prélever, grâce à la réglementation, une part du produit social supérieure à leur propre contribution. L’intérêt national n’est pas l’intérêt général. C’est de la pure prédation, masquée par le principe de solidarité, qui s’organise au profit de minorités privilégiées et au détriment non seulement des consommateurs nationaux, mais des créateurs de valeurs du monde entier. Le souverainisme ne dépasse pas du tout le communautarisme. Il en est simplement l’expression la plus institutionnalisée. »

 

0 Réponses à “L’intérêt général et-ou l’intérêt national”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol