L’abstention record à 60% relativise les résultats

L’abstention record à 60% relativise les résultats

 

Indéniablement,  la montée écologiste ne peut être discutée . Notons cependant que ce second tour qui concernait surtout les grandes villes puisque dans les plus petites les maires avaient déjà été élus ( avec seulement parfois 25 % des inscrits)! C’est le record historique de l’abstention sous la Ve République. 40 % seulement de la population s’est sentie concernée par une élection sans doute assez inopportune dans l’environnement économique et sanitaire actuel.

 

 En plus complètement décalée par rapport au  premier tour. Avec aussi des alliances parfois surprenantes qui ont permis à certains de conserver leur mandat  à d’autres de les perdre.  Avec une telle participation, il sera difficile de tirer des conclusions trop définitives. Ce qui est certain c’est surtout le fiasco total de la république en marche qui n’a réussi à décrocher aucune grande ville. Et cela en dépit souvent de l’alliance entre la république en marche et les républicains. Si l’on excepte quelques villes et pas des moindres ( Marseille, Bordeaux, Lyon) les rapports de force ne changent pas autant que cela. La montée des verts ne peut être niée même si encore une fois cela concerne davantage les  milieux urbains.

La puissante poussée écologiste à Marseille et Lyon, notamment, le succès du Premier ministre Edouard Philippe au Havre et la facile victoire d’Anne Hidalgo à Paris constituaient dimanche les premiers enseignements d’un second tour des élections municipales en France sévère pour Emmanuel Macron.

La puissante poussée écologiste à Marseille et Lyon, notamment, le succès du Premier ministre Edouard Philippe au Havre et la facile victoire d’Anne Hidalgo à Paris constituaient dimanche les premiers enseignements d’un second tour des élections municipales en France sévère pour Emmanuel Macron.

Les électeurs se sont rendus aux urnes protégés par un masque pour ce scrutin reporté de trois mois pour cause d’épidémie de coronavirus, où l’abstention a été forte : 59,5% selon le ministère de l’Intérieur.

Un an après leur troisième place aux élections européennes, les Verts, alliés aux forces de gauche, sont les grands gagnants de ce scrutin avec des victoires éclatantes à Lyon et Marseille, où s’achèvent respectivement les ères Gérard Collomb et Jean-Claude Gaudin.

L’écologiste Grégory Doucet l’emporte dans la capitale des Gaules et la candidate de l’union des gauches Michèle Rubirola est arrivée en tête dans la cité phocéenne avec près de 40% des voix.

Les Verts l’emportent aussi à Strasbourg, avec Jeanne Barseghian, et avec Pierre Hurmic à Bordeaux, une ville détenue par la droite depuis l’après-guerre.

La poussée des écologistes “elle est historique, c’est une incroyable vague verte”, a déclaré sur LCI le député européen Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot.

“C’est un immense défi, il ne faut pas se leurrer”, a temporisé sur la même chaîne l’ancien parlementaire écologiste européen Daniel Cohn-Bendit.

En début de soirée, Emmanuel Macron a félicité Edouard Philippe pour sa “belle victoire” avec 58,8% des voix au Havre, où le Premier ministre a battu un candidat communiste. Une victoire sans doute mais quand même pas trop surprenante compte tenu de l’évolution historique du parti communiste en général.

Trois ans après l’entrée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, LaRem ne conquiert donc aucune grande ville et se contente de remplir son objectif de faire élire 10.000 de ses représentants dans les conseils municipaux, comme l’a indiqué la porte-parole du gouvernement sur France 2, Sibeth Ndiaye, tout en confiant sa “déception” face aux divisions.

Pour Frédéric Dabi, ces élections sont “catastrophiques” pour le chef de l’Etat. “Les ingrédients d’une victoire municipale reposent sur un triptyque bilan-incarnation-projet, ce que La République en marche n’avait absolument pas.”

Emmanuel Macron s’est engagé à “réinventer” sa présidence, avec notamment la présentation en juillet d’un plan détaillé des deux dernières années de son mandat, censées le mettre en orbite pour le scrutin de 2022.

Le renouveau pourrait passer par un remaniement gouvernemental pour lequel le président devra tenir compte du message “vert” des municipales, alors qu’il reçoit lundi les membres de la Convention citoyenne pour le climat.

“Demain le président sera très offensif dans son adresse à la Convention citoyenne. La suite s’écrira dans la continuité”, a dit un membre de son entourage à Reuters. Il n’est pas certain que la Convention citoyenne par ailleurs très contraignant victoire sur nombre d’aspects suffise à relancer macro par ailleurs pas du tout convaincu sur nombre de mesures relatives à l’énergie, aux inégalités sociales ou encore à la remise en cause de l’impôt sur la fortune. Le soutien de Macon sera surtout politique. Il est vrai que la mise en œuvre est relativement complexe et demandera du temps lié nouveau mode de production et nouveau mode de consommation.

0 Réponses à “L’abstention record à 60% relativise les résultats”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol