Un plan de relance européen suspendu à un grand marchandage

Un plan de relance européen suspendu à un grand marchandage

Le plan européen se résume à un budget de 750 milliards sur fond d’un plan pluriannuel de 1000 milliards ( plus les mesure de la BCE)  gérés directement par l’union économique qui en assumera la responsabilité donc aussi la solidarité. Les discussions risquent d’être difficiles notamment de la part de certains pays nord  qui vont se battre pour limiter la part de s non remboursables par rapport à la part de prêts qui elles sera remboursable voir assortie de critères de gestion budgétaire. Le second sujet de marchandage va concerner les compensations que en obtenir les pays les plus opposés à ce plan considéré comme trop généreux vis-à-vis des états dits laxistes. L’affaire est encore loin d’être bouclée car dans ce domaine il faut l’unanimité des pays de l’union européenne. Les discussions vont durer tout l’été et les décisions finales ne pourront pas intervenir avant fin 2020. Il y a aussi une dimension politique car ce plan de soutien économique directement géré et assumé par l’union économique constitue un acte d’intégration indiscutable qui va ouvrir des discussions notamment de la part de tendances politiques souverainistes.

L’accord est encore loin d’être acquis même s’il constitue déjà un signe positif vis-à-vis des acteurs économiques et les marchés .  Paris et Berlin ont pris là un risque majeur puisque au travers de ce plan et des suites qu’il aura, c’est aussi la puissance du moteur franco-allemand qui sera jaugée. Alors qu’Emmanuel Macron a appelé mercredi les États membres à aller «vite», Angela Merkel a admis que la tâche ne serait pas simple. «Il est clair que les négociations, qui sont difficiles, ne seront pas conclues lors du prochain Conseil de l’UE» du 18 et 19 juin, a estimé la chancelière allemande, ajoutant que «l’objectif devait être de trouver suffisamment de temps à l’automne pour que les Parlements nationaux et le Parlement européen puissent discuter».

Les capitales ont commencé mercredi à prendre connaissance de ce plan de relance et du budget. Et il leur faudra plusieurs jours pour le digérer et comprendre le sort qui est réservé à chacun. Mais, alors que Paris affirme qu’il n’est pas question de remettre en cause les 500 milliards de subventions, plusieurs États membres ont d’ores et déjà manifesté une forme de retrait vis-à-vis des propositions de la Commission. Parmi eux, les pays dits «frugaux» (les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Danemark) qui sont opposés au principe des subventions mais veillent à observer des positions mesurées. Les leaders de ces quatre pays se sont d’ailleurs coordonnés mercredi après-midi au cours d’une réunion commune.

Pour le chancelier autrichien Sebastian Kurz, le plan imaginé par la Commission est «une base de négociations» où «la part entre prêts et subventions» doit être discutée. «Au nom de notre responsabilité vis-à-vis de nos contribuables, nous nous positionnons clairement en faveur de prêts», a-t-il réaffirmé. Les Pays-Bas ont fait aussi profil bas tout en restant fermes sur le fond. «Nos positions sont très éloignées et il s’agit d’un dossier d’unanimité ; les négociations prendront donc du temps. Il est difficile d’imaginer que cette proposition sera l’état final de ces négociations», indique un diplomate néerlandais

 

 

 

 

 

 

0 Réponses à “Un plan de relance européen suspendu à un grand marchandage”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol