Chine : Après le Coronavirus , un chômage de 20%

Chine : Après le Coronavirus , un  chômage de 20%

Après un trimestre de croissance négative, l’empire du Milieu n’est donc plus celui du plein-emploi. Officiellement, le chômage est resté sous la barre des 6 %. Mais fin avril, un rapport de l’agence financière Zhongtai Securities avançait un taux bien plus inquiétant à 20,5 %! L’auteur du rapport a dû démissionner et le sujet est désormais censuré sur les réseaux sociaux chinois. « Les chiffres officiels ne veulent rien dire, la plupart de ceux qui ont perdu leur emploi n’apparaissent pas dans les statistiques », confirme Michael Pettis. La situation est suffisamment dégradée pour que le gouvernement ait renoncé, lors de la session annuelle du Parlement qui s’est ouverte cette semaine, à fixer un objectif de croissance pour 2020. Une première en trente ans.

 

La planification a donc du plomb dans l’aile en Chine qui abandonne toute perspective de croissance mais aussi de désendettement. Rien non plus en matière de perspectives d’emploi. Et pour cause, on a déjà dépassé le record de 6% de chômeurs en avril, un chiffre comme les autres,  tout à fait approximatif qui doit être plus près des 20 à 30% puisqu’on exclut les travailleurs ruraux renvoyés dans leur campagne près suppression de leur emploi en zone urbaine.. Pékin entend également rééquilibrer son économie vers la consommation intérieure, au moment où la pandémie paralyse ses principaux partenaires commerciaux, l’Union européenne et les Etats-Unis, et pénalise les exportations, un secteur clé pour le géant asiatique. La banque Nomura, particulièrement pessimiste, table sur 18 millions d’emplois supprimés dans le domaine de l’export en Chine – soit près du tiers des effectifs d’un secteur essentiel pour son économie.

En avril, le taux de chômage officiel en Chine, particulièrement surveillé par le pouvoir, s’est établi à 6%, proche du record absolu de 6,2% .

Sur les trois premiers mois de l’année, le pays a créé un million d’emplois de moins que l’année dernière à la même époque alors que le nombre d’actifs ne cesse d’augmenter. « Sans compter que la plupart des nouveaux emplois sont précaires, sans aucune assurance sociale, précise l’éditeur du China Labour Bulletin, une ONG consacrée à la défense des ouvriers chinois. La situation périlleuse de l’emploi et l’insatisfaction croissante face à la gestion de la crise par le gouvernement font peser un risque pour la stabilité sociale. » L’éradication de la grande pauvreté d’ici à la fin de l’année, but que s’était donné le président Xi Jinping, pourra ainsi difficilement être atteinte.

Car ceux qui ont pu reprendre le travail, notamment dans les usines du delta de la rivière des Perles, ont dû consentir à des coupes de salaires allant jusqu’à 80 %. Pourtant, avec moins de 400 mouvements de grève au premier trimestre, soit trois fois moins que l’an dernier à la même période, les Chinois hésitent à manifester leur mécontentement dans la rue. Il faut dire que la police veille au grain réprimant tout rassemblement de plus de cinq personnes. C’est donc sur la Toile que la révolte s’exprime. Les réseaux sociaux pullulent d’allusion à la paupérisation des jeunes et des ouvriers. Beaucoup ont aussi lancé leur propre journal Internet, des blogs et des vlogs sur le monde d’après, celui du chômage et de la précarité. Mais la police du Net fait le ménage et la moindre allusion politique est immédiatement censurée. Notons aussi que comme en Europe et en France en particulier les consommateurs se montrent particulièrement prudents et ceux qui disposent d’argent préfèrent pour l’instant privilégié l’épargne plutôt que la consommation et investissement.

0 Réponses à “Chine : Après le Coronavirus , un chômage de 20%”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol