La malédiction poursuit Macron

La  malédiction poursuit Macron

 

 Curieux destin que celle de  Macron et de sa popularité. Le jeune président a pu profiter pendant quelques semaines d’une image assez exceptionnelle  au plan intérieur, européen et même mondial. Il a occupé la  une de nombre de journaux internationaux laissant entendre qu’on avait trouvé le futur animateur de la remise à plat des rapports mondiaux. Malheureusement, cette popularité aura duré peu de temps car rapidement Emmanuel Macron s’est embourbé dans des problèmes de plus en plus complexes à résoudre.

 

 Cela a commencé avec l’affaire assez surréaliste dite  » Benalla ». En fait un pétage de plomb d’un collaborateur assez secondaire qui s’est transformé en affaires d’État du fait sans doute des relations entre les protagonistes. Assez rapidement est apparu le mouvement  des gilets jaunes qui a occupé la scène sociale pendant environ un an. Là aussi Macron a été victime de son indécision en commençant par minimiser l’impact du mouvement, voire en le méprisant puis en lâchant beaucoup plus qu’il n’était prévu au départ.

 

La réforme des retraites a pris le relais avec son cortège de manifestations, de grève de protestations de toutes sortes. Un conflit surtout dû à une insuffisance de concertation et à la raideur du gouvernement sur ce dossier. Bilan, la réforme est abandonnée en rase  campagne.

Dernier événement dont on ne peut imputer la première responsabilité à Macron, celle du Coronavirus. Mais là aussi, même hésitation, même contestation de l’enjeu et complète impréparation pour mettre en œuvre une politique sanitaire digne d’un pays développé. Inutile sans doute de faire la comparaison avec l’Allemagne qui compte quatre fois moins de victimes qu’en France.

 

 Les accidents politiques se multipliant la cote de popularité de Macron n’a cessé de diminuer en dépit de son agitation médiatique permanente venant d’ailleurs parfois contredire celle du Premier ministre ou du gouvernement en général. Pour schématiser, la politique globale de Macron et rejetée par environ 70 % de la population. La France est un des rares pays où  la popularité du chef de l’État ne s’est pas renforcée avec la crise sanitaire  , elle  plutôt tendance au contraire à se dégrader. il y a  sans doute une rupture irréparable de confiance entre Macron et l’opinion publique. Presque une sorte de malédiction sur tout ce qu’entreprend le président de la république .  

 

0 Réponses à “La malédiction poursuit Macron”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol