Place de marché numériques au service de la relocalisation ?

Place de marché numériques au service de la relocalisation ?

 

 

Après Nantes et Nice, la capitale de la Touraine se dotera à la rentrée d’une plate-forme digitale de e-commerce de proximité. Développé notamment par Wishibam et Ma ville Mon shopping, ce canal de diffusion pourrait être amené à se développer fortement post-confinement face aux GAFA.

Le plan Etincelle, lancé par le maire de Tours le 28 avril, est bien plus ambitieux que l’aide d’1,5 million d’euros distribuée aux habitants sous forme de bons d’achats dans les commerces de la ville. En partenariat avec la CCI d’Indre et Loire, Christophe Bouchet compte installer en septembre une plate-forme territoriale ouverte aux quelque 2.000 commerçants tourangeaux. A la clé, la possibilité pour le consommateur de commander en ligne, puis de récupérer (Click and collect) ou de se faire envoyer sa commande. « La fermeture des magasins pendant près de deux mois a démontré la nécessité pour les commerçants d’entrer enfin dans l’ère digitale. En ce sens, la crise sanitaire sert à la fois d’avertissement et d’accélérateur, constate Philippe Roussy. Si le commerce de proximité veut continuer à exister, il n’a pas d’autre choix que d’être également présent sur le numérique ».

0 Réponses à “Place de marché numériques au service de la relocalisation ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol