• Accueil
  • > santé
  • > Coronavirus: Des comités scientifiques ou des comités de chapeaux à plumes ?

Coronavirus: Des comités scientifiques ou des comités de chapeaux à plumes ?

Coronavirus: Des comités scientifiques ou des comités de chapeaux à plumes ?

 

 

À juste titre, le chercheur Didier Raoult a refusé de rejoindre le comité scientifique dont s’est doté le gouvernement pour justifier sa politique. Force est de constater que ce comité scientifique est instrumentalisé par le pouvoir pour donner un vernis scientiste à ses décisions. Rappelons-nous que le même comité avait autorisé l’organisation des élections municipales pour le premier tour. Un véritable anachronisme quand en même temps les pouvoirs publics invitaient  à population au confinement, un confinement décidé par hasard dès  le lendemain des élections de ce premier tour.

 

 Didier Raoult reproche surtout à ce comité scientifique de comporter surtout des chapeaux à plumes c’est-à-dire des médecins mais qui n’ont pas pratiqué depuis longtemps car essentiellement pris par leurs tâches de représentation dans les institutions et la  gestion administrative des organisations qu’ils dirigent. C’est vrai pour au  moins les trois quarts des participants des comités scientifiques du gouvernement. Le problème,  c’est que ce phénomène de composition des comités scientifiques se retrouve dans la plupart des champs économiques, sociaux ou sociétaux.

 

La plupart de ces chapeaux à plumes qui valident les orientations et les travaux n’ont pas pratiqué depuis des années et se contentent parfois d’imposer leur nom sur la thèse d’un de leurs étudiants sans parler de ceux qui s’attribuent purement et simplement les résultats du travail de leurs subordonnés. Ajoutons à cela le très fort corporatisme qui règne à l’intérieur des milieux de recherche. Un corporatisme alimenté par le souci de plaire afin de décrocher des financements publics ou privés. On comprend mieux la guerre que se livrent certains experts avec les liens qu’ils entretiennent avec les laboratoires pharmaceutiques qui les financent. Pour le Coronavirus l’enjeu est aussi financier pour trouver  le traitement et au-delà le vaccin. Il est clair que la chloroquine, si son efficacité est validée, ne produira pas les profits escomptés les laboratoires. Il s’agit en effet d’un médicament très ancien tombé dans le domaine public qui vaut de l’ordre de cinq euros la boîte de 30. Or  les laboratoires espèrent bien découvrir une molécule nouvelle qu’elles pourront vendre à 100 € la boîte au moins. Des milliards sont en jeu, des réputations aussi.

0 Réponses à “Coronavirus: Des comités scientifiques ou des comités de chapeaux à plumes ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol