«Le confinement : fruit du déni » (Alain Bauer)

«Le confinement : fruit du déni » (Alain Bauer)

 

 

« Consultant en gestion de crise, Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghaï. (chronique dans l’Opinion)

« Pour la première fois, une crise totale vient de frapper le monde dans sa globalité.

Clausewitz avait imaginé une guerre totale d’anéantissement, attribuée de manière erronée aux concepts stratégiques napoléoniens, avant de corriger son erreur. Mais l’expression est restée. Durant les deux Guerres mondiales, des pays neutres ou non alignés avaient échappé au conflit, collaboré sans être occupé, joué double ou triple jeu. Les crises économiques en 1929 ou en 2008 avaient eu des conséquences très diverses et s’étaient « limitées ​» à leur aspect monétaire et financier.

Mais voici une crise sanitaire de grande ampleur, comparable à celle de 1918, dont les effets dans la mémoire collective se sont noyés dans les conséquences de la Grande Guerre, même si la grippe « espagnole » (en fait originaire du Kansas semble-t-il) fit plus de morts que le conflit armé lui-même.

Comme Dominique Strauss Kahn le souligne dans une remarquable étude, cette crise est, à la fois et en même temps, une crise de l’offre et de la demande, touchant une économie plus mondialisée que jamais et parfaitement amnésique des épisodes pandémiques précédents, même récents. Elle pose clairement le risque d’une récession dangereuse à tous points de vue.

Il faut hélas y ajouter (la liste n’est pas exhaustive) ​:

- Une crise sanitaire qui montre l’erreur fondamentale d’avoir voulu considérer la santé publique comme un coût et non un investissement.

- Une crise industrielle dont l’impact va se ressentir durablement.

Une crise du secteur des services qui résiste tant bien que mal tout en découvrant un « ​front ​» intérieur pandémique qui bouleverse les circuits de distribution et les chaînes logistiques.

- Une crise administrative, avec les errements continuels d’organes de l’Etat qui produisent le meilleur et sont capables du pire, comme l’ARS du Grand Est proposant des réductions massives d’emplois de soignants en plein pic épidémique…

- Une crise militaire qui affecte des troupes exposées sur certains terrains d’opérations.

- Une crise sécuritaire, qui laisse démuni policiers et gendarmes, alors que leurs missions sont largement réorientées vers les populations.

Imprévoyants, incohérents, inexpérimentés, rares sont les gouvernements qui sortiront indemnes de la gestion chaotique de cet évènement. Le confinement total n’étant que le fruit de l’impréparation, du déni et de la pénurie alors même que la pandémie précédente avait été parfaitement anticipée. Certes, on n’a jamais raison trop tôt mais quand même !

Certains ont choisi l’option Azincourt, restant abasourdis par des évènements qui les ont surpris.

D’autres l’option Maginot, croyant à des pratiques de confinement limitées ou à des opportunités d’immunité collective encore à démontrer.

Enfin, l’option Waterloo, avec des opérations systématiquement menées à contretemps sans prendre véritablement en compte l’ampleur des risques pour la population. L’Angleterre, les Etats-Unis, le Brésil risquent d’en payer le prix.

Le management du chaos est un art difficile, et on ne saurait faire systématiquement porter sur les épaules des dirigeants actuels ce qui est souvent la conséquence de décisions anciennes, d’il y a une décennie, deux parfois.

C’est aussi la conséquence d’une culture structurante qui voudrait, contre toute décision politique, qu’une main invisible à Bercy resterait le seul outil régalien pour toujours tout régenter. Si la rigueur est une valeur qu’un contribuable ne saurait ignorer, elle ne peut à elle seule empêcher le beau risque de l’investissement, ni inverser les priorités en oubliant la valeur de l’humain.

Il est bel et bon de saluer et consacrer les « ​héros ​» du quotidien, il ne faudrait pas oublier les conditions dégradées dans lesquelles leur héroïsme a pu s’exprimer et que ce sursaut relève avant tout de l’incroyable agilité du système D national. On notera, avec satisfaction, que l’urgence d’adaptation est saluée à juste titre quand il s’agit du réaménagement des urgences ou du doublement des capacités de réanimation, sans qu’on se pose les mêmes problèmes de respect des « ​protocoles ​» et des « ​procédures ​» qu’on oppose notamment au Professeur Raoult…

Il faudra ne jamais oublier que ce sont celles et ceux – là même que l’administration voulait sacrifier qui ont sauvé le système hospitalier, par leur dévouement, leur volonté, leur créativité, leur prise de risque. Comme les policiers et les gendarmes (trop nombreux, trop payés, ne travaillant pas assez…), les cassiers et caissières (à supprimer), les boulangers, les pharmaciens, sans parler des enseignants (qui ne travailleraient pas durant le confinement…), bref toutes les professions de contact – qui sont aussi devenues les professions au contact – et permettent au pays de se maintenir malgré tout.

Entre 2007 et 2012, l’État avait construit un remarquable dispositif contre les pandémies, qui fort heureusement n’a pas eu à servir. Avec la même détermination, l’État a déconstruit son outil pensant que ce qui ne s’était pas produit ne se reproduirait jamais. Un peu comme si chaque année on demandait le remboursement de son assurance incendie ou de ses cotisations maladie au prétexte qu’on ne s’en serait pas servi. L’État a montré qu’il savait être un vrai stratège mais qu’il avait besoin régulièrement d’être rassuré sur son choix par une confrontation à la réalité.

Chacun peut constater que nous vivons, douloureusement, cette épreuve. Profitons-en pour préparer l’après en portant une parole publique claire, cohérente, simple et directe. Et passons à la pédagogie du déconfinement. Selon les modèles étudiés un peu partout dans le monde, le processus pourrait ressembler à celui-ci.

Après le pic pandémique viendra une période plateau. Le flux de malades hospitalisés se réduira mais le stock restera à un niveau élevé. Lorsque la décrue atteindra les cas sévères, il faudra alors mettre en place un outil de déconfinement chronologique (on revient là où ça a commencé), géographique (on procède sur les territoires cohérents et d’une taille maîtrisable) et sérologique (on ne peut réaliser ces opérations qu’avec les tests d’anticorps permettant d’identifier les immunisés, les asymptomatiques passés, les malades ayant récupéré et enfin les encore vulnérables).

Une fois ces tests réalisés sur toute la population concernée sur le territoire délimité, un déconfinement progressif est possible en maintenant pour longtemps le port des masques, les gestes barrières et en réorganisant l’accueil dans les magasins et autres espaces publics, en réduisant l’occupation des salles et en attendant l’arrivée d’un vaccin. Ces dispositifs auront aussi un aspect très positif pour la grippe saisonnière (qui faisait des milliers de morts dans l’indifférence générale) et qui pourrait enfin être considérée comme une maladie grave et dangereuse.

Les répliques, dès lors qu’une partie importante de la population restera vulnérable nécessiteront des reconfinements localisés et ciblés mais de moindre intensité si l’engagement citoyen est assez fort pour adapter cette nouvelle culture d’un vivre ensemble sans contaminer les autres.

Un vivre-ensemble hors du stable, du constant, du consistant, de l’ordonné, du déterminable. Un vivre ensemble chahuté dans un chaos dynamique qui forcera les citoyens et leurs organisations à sortir des certitudes ordonnées et comptabilisées pour se réinventer. Comme après toutes les guerres, puisqu’on a décidé de dénommer ainsi ce conflit sans ennemi.

La crise totale peut alors devenir l’élément majeur d’une redéfinition des termes du libéralisme pour une meilleure adéquation entre actionnaires et salariés, capitalistes durables et spéculateurs financiers, investisseurs et profiteurs, en garantissant un rééquilibrage majeur vers le long terme et le réinvestissement dans la protection de la planète, la relocalisation des industries stratégiques, une régulation renforcée. Il faut profiter de cet instant tragique pour redonner du sens à l’investissement le plus important : celui pour la vie. »

0 Réponses à “«Le confinement : fruit du déni » (Alain Bauer)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol