Coronavirus : « limiter le coût économique et social »

Coronavirus : « limiter le coût économique et social »

Fabien tripier, économiste, essaye de tirer enseignement de ces deux siècles derniers dans une tribune au Monde

«  La plupart des pays ont mis en suspens leur économie pour protéger leurs populations de la pandémie du Covid-19. L’économie mondiale est de ce fait déjà entrée en récession. L’ampleur et la durée de la récession sont en revanche encore inconnues. Revivrons-nous la grande récession de 2008-2009 avec, pour la première fois depuis 1945, des taux de croissance négatifs de 5 % en Europe et aux Etats-Unis ? Ou, pire, retournerons-nous à l’époque de la grande dépression de 1929-1933 avec des taux de croissance négatifs à deux chiffres entre - 10 % et - 20 % ?

La publication des premiers indicateurs suggère, malheureusement, que la situation à venir sera pire qu’en 2008-2009. Selon l’enquête de conjoncture de l’Insee pour le mois de mars, chaque mois de confinement coûtera trois points de PIB. L’économie mondiale se prépare donc à affronter un désastre économique et comme le dit le proverbe : « Pour vaincre ton ennemi, apprends à le connaître ». Il est donc utile de se tourner vers les enseignements de l’économie des désastres.

L’analyse économique des désastres s’est fortement développée au cours des deux dernières décennies et apporte plusieurs éclairages précieux. Un désastre est par nature un phénomène rare. Il faut donc se tourner vers le passé pour rassembler un nombre suffisant d’observations de désastres permettant de caractériser ce phénomène. C’est ce qu’a fait Robert J. Barro en mobilisant des données macroéconomiques et financières remontant au XIXe siècle pour une quarantaine d’économies. Il a ainsi constitué une base de données de près de deux cents désastres économiques, c’est-à-dire de récessions durant lesquelles la chute de la production a été d’au moins 10 %.

L’analyse de cette base de données fournit plusieurs enseignements.

Premièrement, l’origine des désastres est très variée. Un désastre économique peut être la conséquence de phénomènes purement économiques (comme la grande dépression), mais également politiques (comme les deux guerres mondiales), naturels (comme les tremblements de terre et les tsunamis) ou encore sanitaires (comme la grippe espagnole).

Deuxièmement, la chute de la production observée durant les désastres économiques est en moyenne de 20 % et peut dépasser 60 % durant les périodes de guerre.

Troisièmement, le risque de désastre économique se situe autour de 3 %, ce qui signifie qu’une économie connaît en moyenne trois désastres par siècle. Il y a donc 3 % de chance chaque année que nous connaissions une chute de l’ordre de 20 % de la production à la suite d’un évènement économique, politique, naturelle ou sanitaire. »

0 Réponses à “Coronavirus : « limiter le coût économique et social »”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol