Coronavirus: anti-inflammatoires en cause

Coronavirus: anti-inflammatoires en cause

 

“La prise d’anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone…) pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol. Si vous êtes déjà sous anti-inflammatoires, ou en cas de doute, demandez conseil à votre médecin”, a écrit le ministre de la Santé Olivier Véran sur son compte Twitter.

Des enquêtes démonteraient que ces médicaments favoriseraient les complications infectieuses graves, prévient l’Agence du médicament (ANSM) . une enquête nationale de pharmacovigilance a été commandée en juin 2018 par l’ANSM aux centres régionaux de pharmacovigilance de Tours et de Marseille. Cette enquête porte sur l’ibuprofène et le kétoprofène, les deux AINS les plus utilisés en France en cas de fièvre et de douleurs légères à modérée.

Résultats :

  • « Sur l’ensemble des cas rapportés depuis l’année 2000, 337 cas de complications infectieuses avec l’ibuprofène et 49 cas avec le kétoprofène ont été retenus après avoir pris en compte uniquement les cas les plus graves chez des enfants ou des adultes – souvent jeunes – sans facteur de risque ni comorbidité« , indique l’ANSM.
  • Parmi ces complications infectieuses, il y avait des infections sévères de le peau et des tissus mous (dermohypodermites, fasciites nécrosantes), des sepsis, des pneumonies avec abcès, des pleurésies, des abcès cérébraux ou encore des infections ORL compliquées. Ces infections ont abouti à des hospitalisations, des séquelles graves, voire des décès.
  • Ces complications infectieuses sont survenues alors que l’ibuprofène ou le kétoprofène étaient prescrits ou pris en automédication pour traiter la fièvre, mais également dans de nombreuses autres circonstances comme des atteintes cutanées bénignes d’aspect inflammatoire (réaction locale, piqure d’insecte,…), des manifestations respiratoires (toux, infection pulmonaire,…) ou ORL (dysphagie, angine, otite…)
  • Ces complications infectieuses ont été constatées après de très courtes durées de traitement- soit 2 à 3 jours – même lorsque la prise d’AINS était associé à des antibiotiques.
  • .
Liste des anti-inflammatoires non stéroidiens disponibles en France par voie orale : Acéclofénac, Acide méfénamique, Acide Niflumique, Acide tiaprofénique, Alminoprofène, Célécoxib, Dexkétroprofène, Diclofénac, Etodolac, Etoricoxib, Fénoprofène, Flurbiprofène, Ibuprofène, Indométacine, Kétoprofène, Méloxicam, Nabumétone, Naproxène, Piroxicam, Sulindac, Ténoxicam.

Selon le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, “des évènements indésirables graves liés à l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ont été signalés chez des patients atteints de COVID19, cas possibles ou confirmés”.

0 Réponses à “Coronavirus: anti-inflammatoires en cause”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol