Coronavirus : « pas le moment d’économiser » (Jean Pisani-Ferry)

Coronavirus :  « pas le moment d’économiser » (Jean Pisani-Ferry)

Jean Pisani-Ferry ,Interrogé sur les mesures que devrait prendre l’Europe pour faire face aux conséquences de la pandémie due au coronavirus, l’économiste estime dans une interview du monde qu’il faut, dans un premier temps, tout faire « pour limiter les dommages ».

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), prévient que la crise actuelle, sans mesures appropriées, pouvait être aussi déflagratoire que celle de 2008. Qu’en pensez-vous ?

La crise de 2008 venait du secteur financier, elle a ensuite contaminé l’économie réelle. Celle d’aujourd’hui vient d’un problème sanitaire qui bloque le fonctionnement de l’économie et va éventuellement se transmettre au secteur financier. C’est exactement l’inverse.

 

Il est vrai, cependant, que, dans l’instant, la déflagration peut être aussi importante qu’en 2008, voire plus. On l’a vu en Chine, où l’activité s’est littéralement effondrée en janvier et en février. Cela dit, normalement, quand la cause de cette crise – c’est-à-dire, le virus – aura disparu, l’économie rebondira, et on espère – sans certitudes – que ce rebond sera aussi vif que la chute aura été brutale. 

Concrètement, que faut-il faire dans l’immédiat ?

Il faut empêcher que les entreprises meurent par accident et que leurs salariés se retrouvent au chômage. Jusqu’ici, le gouvernement français a fait ce qu’il fallait, avec des mesures de soutien ciblées, notamment des délais de paiement et des plans de chômage partiel.

Pour l’instant, les secteurs en crise – l’événementiel, le tourisme, l’aérien… – sont peu nombreux. Mais les mesures horizontales, destinées à ralentir la contagion, touchent de plus en plus de domaines. Si, demain, les plans de contingentement à l’italienne se multiplient, si on ferme les écoles ou les métros, le choc sera général et il faudra étendre ces mesures de soutien. Ce sera coûteux : au total, réponse sanitaire plus mesures de soutien, en cas de confinement généralisé, on pourrait vite parler d’une trentaine de milliards d’euros en France, comme dans les pays analogues. Mais ce n’est pas le moment d’économiser.

0 Réponses à “Coronavirus : « pas le moment d’économiser » (Jean Pisani-Ferry)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol