Coronavirus : Macron pour une mobilisation molle

Coronavirus : Macron pour une mobilisation molle

 

Comme d’habitude, Emmanuel Macron a compensé la mollesse de ses orientations par l’enflure du discours. Une rhétorique bien connue pour masquer les hésitations et les contradictions. La seule mesure précise consiste à fermer les établissements scolaires. Pour le reste,  c’est le grand flou. Y compris pour la protection des plus vulnérables qu’il évoque sans en préciser le contenu sauf à leur recommander de rester chez eux. Une exception toutefois et une contradiction de plus, Macron  les invite à se rendre dans les bureaux de vote. Comme si l’enjeu du calendrier des municipales prévalait sur d’autres enjeux autrement plus importants concernant la situation sanitaire mais aussi économique et financière

Face à la “plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle”, l’urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables, a souligné le chef de l’Etat français dans une allocution télévisée solennelle d’une vingtaine de minutes à l’Elysée.

Toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, ainsi que celles qui souffrent de maladies chroniques ou de handicap, vont donc être invitées à rester chez elles et à limiter au maximum leurs déplacements, a-t-il annoncé. Pour autant, “rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes dimanche” pour le premier tour des municipales.

“Mais il conviendra de veiller au respect strict des gestes barrières contre le virus et des recommandations sanitaires”, a insisté Emmanuel Macron, au lendemain de la publication d’une circulaire comprenant une série de mesures drastiques destinées à rassurer les électeurs. Les entreprises sont quant à elles appelées à permettre au maximum à leurs employés de travailler à distance. Concernant le chômage partiel, l’Etat prendra en charge les salariés contraints de rester chez eux et toutes les entreprises pourront reporter sans justification le paiement des impôts et cotisations dus en mars.

“Tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises, quoi qu’il en coûte”, a assuré Emmanuel Macron. Une formule très vague qui veut tout dire et rien en même temps quand on ne connaît pas grand-chose du « tout « qui se résume à un décalage de cotisation encore imprécis et à une prise en charge du chômage partiel.

Les transports publics seront quant à eux maintenus – “car les arrêter ce serait tout bloquer y compris la possibilité de soigner” – mais les Français sont invités à “limiter leurs déplacements au strict nécessaire”.

”. Et pour ajouter encore à la confusion cette petite allusion à la remise en cause du marché et de la mondialisation.

“Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché”, a-t-il estimé. “Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond à d’autres, est une folie.” Des mots très forts mais des mesures complètement anecdotiques

à propos de la mobilité, une mollesse coupable “Nous aurons sans doute des mesures de contrôle, des fermetures de frontières à prendre mais il faudra les prendre quand elles seront pertinentes et à l’échelle européenne”, a-t-il insisté.

Le chef de l’Etat n’est toutefois pas allé jusqu’à annoncer officiellement le passage au stade 3 de l’épidémie, passage pourtant jugé “inexorable” par le Premier ministre Edouard Philippe début mars, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon évoquant lui un passage “dans les prochains jours”.

0 Réponses à “Coronavirus : Macron pour une mobilisation molle”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol