Coronavirus: les réponse aux questions

Coronavirus: les réponse aux questions 

Par  William Dab, ancien directeur général de la santé, sur France info Pour lui, « potentiellement 100% » des Français pourraient être infectés par le coronavirus Covid-19 dans les prochaines semaines. L’épidémiologiste William Dab a livré une analyse froide et clinique de la situation lors de son passage à franceinfo.

@Miguech : Comment un médecin généraliste peut-il différencier une grippe d’un coronavirus, si les symptômes sont les mêmes ?

En faisant un test biologique. Cela dit, quand vous avez des signes d’infection respiratoire, il est indispensable de prendre les mêmes précautions d’hygiène que pour le coronavirus. Autrement dit, en l’absence de traitement spécifique, le fait de ne pas avoir un diagnostic précis ne change pas la conduite médicale.

@Mercedes diesel : Comment guérit-on les personnes infectées lorsque c’est possible ?

La maladie guérit spontanément dans la très grande majorité des cas. Les cas graves développent une insuffisance respiratoire qui peut justifier la mise sous respirateur artificiel.

Globalement, il y a très peu de virus pour lesquels on a des médicaments : herpès, hépatite (notamment C), etc. Les antibiotiques ne fonctionnent pas contre les virus.

@Tydo : Une personne contaminée peut-elle aussi contaminer ses animaux ?

On ne le sait pas.

@japy3810 : Sait-on combien de temps dure la contagiosité d’un corps après décès ? Existe-t-il des formalités particulières ?

On n’a pas de réponse formelle sur ce sujet, mais il est vraisemblable que les mesures d’hygiène universelles vis-à-vis des cadavres soient suffisantes.

@JB : Y a-t-il des cas de décès de jeunes (entre 20 et 50 ans) sans problème de santé pré-existant ?

Quelques-uns, dont le médecin chinois qui a donné l’alerte. Aucun en France, cependant.

@Chris : Comment se fait-il que ce virus soit si contagieux ?

C’est sûr qu’il est très contagieux. Mais les raisons, en particulier biologiques, qui expliquent pourquoi, ne sont pas connues.

@Slipcho7 : Est-on contagieux pendant la période d’incubation ?

Oui !

@Isa : J’ai entendu parler du cas d’une femme en Chine ayant contracté deux fois le coronavirus. Est-ce possible ? Est-ce qu’on ne développe pas d’anticorps pouvant nous protéger de ce virus ?

Oui, c’est possible. Il y a déjà quelques observations dans ce sens et il semble que le coronavirus n’entraîne pas toujours – ou pas tout de suite – la production d’anticorps.

@Liloop : Le coronavirus italien est-il différent (même légèrement) du coronavirus chinois ?

Pas que l’on sache.

@Loulous : Il est donc tout à fait possible d’attraper la grippe et le coronavirus ? L’un n’empêche pas l’autre ?

Tout à fait.

@gael : Peut-on également ne ressentir que de faibles symptômes ?

Oui, tout à fait. On peut même n’en ressentir aucun.

@Erwan : Combien de temps reste-t-on malade si l’on est contaminé ?

Une dizaine de jours quand il n’y a pas de complications. Cela peut prendre plus de temps s’il faut passer par la réanimation, par exemple.

@siloise : Le Covid-19 est-il plus ou moins létal que la grippe saisonnière ?

Le Covid-19 est au moins 10 fois plus létal que la grippe saisonnière.

@If : Comment désinfecter nos tables, bureaux et ordinateurs ? Le vinaigre suffit-il ?

Oui, le vinaigre ménager est un très bon désinfectant, ainsi que l’eau de Javel, ainsi que la plupart des produits d’hygiène ménagère.

@Cyberdav : La seule mesure efficace semble être le confinement. Pourquoi, en France, rechignons-nous à des mesures un peu plus drastiques et précoces ? On a l’impression qu’on a toujours un train de retard sur le virus…

Je ne partage pas ce point de vue : les premiers foyers ont été très bien maîtrisés, de même que le rapatriement des Français de Wuhan. Mais évidemment, quand le virus diffuse sur une grande partie du territoire, les mesures de confinement deviennent moins faisables, moins efficaces.

@Jdp : En fait-on assez pour nos parents et grands-parents à risques ?

C’est un vrai sujet, et chacun de nous devra veiller à protéger les membres de son entourage les plus fragiles, en prenant fréquemment de leurs nouvelles.

@Joyce : Si nous ne mettons pas nos mains sur notre bouche, on réduit le risque de contracter le coronavirus?

Oui, parmi les mesures importantes, il faut éviter de se toucher la bouche, le nez, les yeux avec les doigts.

@Noush : A partir de combien de personnes contaminées pouvons-nous considérer qu’il y a « cluster » ?

Dès deux personnes.

@Ondine : Les asthmatiques allergiques font-ils partie des personnes à risque ? 

Oui.

@Paris75016 : Des risques particuliers à signaler dans les piscines municipales ? Mon fils a des cours de natation et j’hésite.

Ce n’est pas un lieu considéré comme à risque élevé de contagion.

@JB : L’abus de gel hydroalcoolique peut-il le rendre moins efficace ?

Non.

@bibi : Quelles sont les préconisations pour les personnes qui sont sous immunosuppresseurs ?

Pour ces personnes-là, encore plus que pour les autres, l’hygiène des mains et le respect d’une distance d’au moins deux mètres avec les autres personnes sont extraordinairement importants.

@Lebucheron : Concernant les tests de dépistage, est-ce qu’ils sont systématiques ? Dans le cas contraire, l’épidémie peut-elle être sous-évaluée ?

Le dépistage ne peut pas être systématique : le nombre de tests est limité. Il faut donc les utiliser pour aider les médecins à faire un diagnostic précis. Un dépistage systématique n’est pas envisageable actuellement.

@Pacha : Que pensez-vous de la non-fermeture des écoles et des collèges ? L’hygiène avec des enfants est une gageure…

S’il est nécessaire de fermer des écoles, des salles de spectacle ou autres lieux de rassemblement, c’est une décision qui sera prise au cas par cas en fonction de la situation épidémique locale.

Fermer toutes les écoles, aujourd’hui, en France, n’aurait pas de sens et déstabiliserait toute la vie du pays. William Dab à franceinfo

Pour l’instant, ce n’est pas nécessaire de l’envisager. Mais ça ne veut pas dire que nous n’y aurons pas recours dans les jours ou semaines qui viennent.

@Popi : Comment se fait-il que l’épidémie commence surtout dans les petits villages et en grande banlieue ? Les rassemblements n’y contribuent pas tant que ça, visiblement !

L’épidémie commence là où des cas dits « super-contaminateurs » arrivent. S’ils arrivent dans un village, comme dans l’Oise, c’est là que les premiers foyers vont apparaître. On ne sait pas pourquoi certains malades sont plus contagieux que d’autres.

@DRouen : Les personnes avec des pathologies respiratoires ont-elles davantage de risques de contracter le Covid-19 ?

Il n’y a pas plus de risques de le contracter, mais d’avoir une forme grave, oui. Toutes les études médicales à ce jour soulignent que les porteurs de maladies chroniques ou que les personnes âgées sont à risque élevé de complications.

@Marine : Avez-vous des infos récentes sur les risques pour les femmes enceintes et leurs bébés ? C’est mon cas et j’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup d’infos sur le sujet, les scientifiques ne veulent pas trop se mouiller ? Merci !

Nous n’avons pas d’informations sur les effets particuliers qui pourraient survenir pour les femmes enceintes, puisque nous n’avons pas eu de cas à étudier.

@Monique : J’ai 75 ans et je dois accompagner ma petite-fille de 18 ans, asthmatique, en consultation pneumologie demain à Cochin. Outre le masque et gel, quelles précautions prendre ?

Il faut se laver les mains dès qu’on a été dans une situation où on a pu être en contact avec le virus.

@guisella29 : Je suis vaccinée contre la grippe, cela me protège-t-il contre le coronavirus ?

Non, le vaccin contre la grippe ne protège pas du tout du Covid-19.

Sur la situation dans les autres pays

@Blandine : Pourquoi l’Italie est-elle touchée à ce point ?

Parce qu’il y a eu un retard à la mise en œuvre des mesures d’isolement du premier foyer. A partir de là, le virus a diffusé assez rapidement.

@Ktg : Savons-nous si le confinement complet dans certaines villes chinoises a réellement ralenti la propagation ?

Oui, c’est évident.

@Marco : Compte tenu de la faiblesse des infrastructures médicales, que peut-on craindre pour l’Afrique ?

On peut craindre une flambée épidémique incontrôlable pour l’Afrique, ainsi qu’un mauvais pronostic pour les malades les plus graves qui n’auront pas accès à des soins de qualité.

@MZ : Pourquoi y a-t-il deux fois plus de cas en Corée qu’en Italie, mais trois fois moins de morts ? Les taux de mortalité semblent très variables selon les pays…

Ces comparaisons internationales sont difficiles à faire. La capacité des différents pays à diagnostiquer les cas diffère. La surveillance épidémiologique aussi.

Les seules données constantes, c’est que 98% des malades guérissent, et que la mortalité est actuellement entre 2% et 3%.William Dabà franceinfo

@Lorris : L’Allemagne incite ses citoyens à faire des réserves de nourriture et d’eau. Est-ce une mesure exagérée ?

Il n’est pas exagéré, en toutes circonstances, d’avoir chez soi un peu de réserves sanitaires. Notamment pour des produits peu périssables. Mais il serait tout à fait exagéré de se mettre à constituer d’énormes stocks chez soi.

@Charlotte : Comment expliquez-vous que des jeunes soignants en Chine soient décédés du Covid-19 ?

Au début de la maladie, quand on ne connaissait pas bien les modes de contamination, les soignants ne se sont pas suffisamment protégés.

@Cybmatt : Pourquoi l’OMS refuse-t-elle de parler de pandémie ? En Allemagne, ce terme commence à être utilisé plutôt qu’épidémie…

Pour les épidémiologistes, il est évident que nous sommes en pandémie. L’OMS est une organisation intergouvernementale, et son directeur général agit sur la base des votes de 193 pays. Par conséquent, il y a une dimension diplomatique qui intervient dans les décisions de l’OMS. Cela dit, ce point n’est pas très important : ce qui compte, ce ne sont pas les mots, mais que l’on sache que le virus est là, qu’il se propage et que l’on doit adopter des mesures protectrices qui sont les mêmes, peu importe que l’OMS déclare ou non la pandémie.

Sur ce qui nous attend dans les prochains mois

@Bob : Avons-nous une estimation de durée de cette épidémie ? Le printemps va-t-il aider à la ralentir ?

Non, nous ne pouvons pas savoir. De façon générale, les coronavirus sont sensibles à la chaleur. Mais tant que le niveau de température est modéré (jusqu’à 25 °C), on ne peut pas compter sur ce facteur pour casser l’épidémie.

@ebe : Doit-on être totalement pessimiste face à l’avenir proche ?

Totalement pessimiste, non. Il y a des facteurs défavorables, en particulier le fait que la contagion existe pendant la période d’incubation, et que la mortalité est environ 10 fois plus forte que celle de la grippe. Mais il y a aussi des facteurs d’optimisme : un énorme effort de recherches à l’international et les mesures d’hygiène bien connues qui sont efficaces et permettent de se protéger. Il ne sert à rien de faire des pronostics. Chacun doit se tenir informé auprès de sources crédibles, être rigoureux pour soi et ses proches dans l’application des mesures d’hygiène. Si celles-ci sont largement appliquées, on sera en mesure de limiter les dégâts de cette épidémie. On peut ajouter que nous avons un excellent dispositif de surveillance, qui nous permet de connaître quasiment en temps réel l’évolution de cette épidémie.

@Nico : Avez-vous des modèles de propagation ? Que disent-ils pour la France ?

Oui, il y a des modèles qui ont été construits à partir des données de Chine et de Singapour, la situation italienne permettra de vérifier si ces modèles fonctionnent. Pour l’instant, comme nous avons encore très peu de recul, il n’est pas possible de dire s’ils s’appliqueront à la situation française.

@thomas : Est-ce que la principale crainte, c’est la mutation du virus ?

C’est en effet une crainte, mais il est difficile de dire que c’est la principale. Cette mutation pourrait être défavorable, mais aussi favorable.

La principale crainte, c’est que les gens accordent trop d’importance aux ‘fake news’ et ne se protègent pas correctement.William Dabà franceinfo

@Dims : S’il y a passage au stade 3 de l’épidémie, que se passera-t-il réellement ? 

On ne le sait pas. Le stade 3 offre aux pouvoirs publics une vaste gamme d’outils de lutte contre l’épidémie. Aucun de ces outils ne sera mis en œuvre systématiquement, mais ils le seront si la situation le justifie. Cette situation peut être différente d’une zone à une autre du pays.

@Gregory : Comment sait-on que le « pic » de l’épidémie est atteint ?

Quand le nombre de nouveaux cas diminue.

@Jérémie : A partir de quand pensez-vous que le stade 3 va être activé ?

C’est une question d’heures.

@gr : D’après ce que l’on sait de la propagation du Covid-19, quelle est la fraction de la population qui devrait être infectée par ce virus ?

Potentiellement 100%.

@Marc : Où en est-on de la recherche sur un vaccin ? J’ai lu que les Israéliens pourraient trouver un vaccin d’ici deux mois…

Une recherche de très haut niveau est évidemment très active dans plusieurs pays, donc il est possible qu’une solution rapide soit trouvée. Pour autant, nous n’avons pas de modèle de vaccin contre les coronavirus en général. Quand on l’aura, il faudra ensuite le tester : chez l’animal, puis chez l’homme, ce qui prendra plus de deux mois. Le plus vraisemblable, c’est qu’il faudra vivre cette crise épidémique sans solution vaccinale.

Sur la forte médiatisation de l’épidémie

@Armance31 : Ne pensez-vous pas qu’une telle médiatisation de ce virus entraîne la panique et la psychose parmi la population ? Est-ce vraiment justifié ? Proportionnellement au nombre d’habitants, le nombre de cas est dérisoire…

William Dab: Ce raisonnement est dangereux. Le nombre de cas aujourd’hui ne dit rien de ce qu’il sera dans une semaine ou dans un mois. Ce qui crée la panique, c’est le manque d’informations. On ne peut pas à la fois dire qu’au moment de l’incendie de Lubrizol, la population n’a pas été suffisamment informée, et aujourd’hui, que la population est trop informée vis-à-vis d’une menace difficile à caractériser, mais qui pourrait être grave.

@Dom66 : Pourquoi s’inquiéter du coronavirus ? Les enfants ne sont pas ou peu affectés, pas « d’explosion » du nombre de cas à Paris malgré la promiscuité dans les transports, le brassage de populations venant de tous pays… Calmons-nous !

Sur les enfants, il ne faut pas conclure trop vite : il est possible que la maladie donne très peu de symptômes et que, par conséquent, les cas passent inaperçus. En Chine, l’épidémie a commencé à diffuser chez les adultes, il est donc assez logique que nous n’ayons pas constaté beaucoup de cas chez les enfants, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas. Sur les transports et le nombre de cas à Paris, la situation est très évolutive. Le fait qu’il n’y ait pas, ou peu, de cas à Paris ne préjuge pas de ce qu’il va se passer, ne serait-ce que la semaine prochaine.

0 Réponses à “Coronavirus: les réponse aux questions”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol