Coronavirus : menace sur l’activité mondiale

Coronavirus : menace sur  l’activité mondiale

 

 

Avant l’épidémie du virus la Chine était déjà affrontée à un assez fort ralentissement de son économie ;  la croissance du PIB avait  ralenti en 2019 à un plus bas de 30 ans (6,1% selon le FMI). Depuis la production industrielle comme la consommation vont encore nettement écrouler. Un recul qui ne sera pas sans conséquences sur l’ensemble de l’économie mondiale. La première raison c’est que la Chine, usine du monde, va perturber nombre  de circuit d’approvisionnement et de processus de production dans le monde entier. La seconde est que ce pays pèse de manière significative pour sa richesse nationale qui représente environ 15 % du PIB mondial.

Le 20 janvier, le FMI avait déjà revu en baisse les perspectives déjà faiblardes de l’économie mondiale. Des perspectives qui seront revues encore en diminution du fait des conséquences du virus chinois. Avant la déclaration du virus, le FMI pronostiqué seulement  une croissance mondiale de 3,3 % au lieu de 2 %. Mais un nouvelle révision devra  intervenir car le virus chinois ne sera pas contenu avant des semaines, voire des mois. La croissance mondiale pourrait bien perdre jusqu’à 1 % avec évidemment des conséquences négatives sur les croissances internes de chaque pays. Pourtant les dernières prévisions du FMI n’étaient pas particulièrement optimistes avant la déclaration du Corona virus.

Le FMI tablait  sur un rebond moins fort que prévu de la croissance mondiale en 2020 et 2021 en raison des « mauvaises surprises » dans les économies émergentes, à commencer par l’Inde, et de la persistance de risques notamment géopolitiques.  En dépit de l’accord entre la Chine et les États-Unis l’expansion s’essouffle. La croissance du PIB américain devait  ralentir à 2% (-0,1 point) après 2,3% l’an passé, les effets de la réforme fiscale s’estompant.

Pour autant, la première puissance au monde va continuer de faire la course en tête des pays avancés, bien loin des pays de la zone euro (+1,3%) et du Japon (+0,7%). Les pays émergents et en développement vont s’accroître, eux, de 4,4% après 3,7% en 2019. Le volume du commerce international, qui a porté la reprise après la récession mondiale, va se reprendre cette année (+2,9% contre 1% l’an passé). Mais l’augmentation sera inférieure à celle estimée en octobre et loin des 3,7% enregistrés en 2018.

Mais ces prévisions pourraient être bousculées par les conséquences du virus chinois. Avec la multiplication des mesures visant à endiguer la propagation du “coronavirus du Wuhan” – confinement de plusieurs grandes villes chinoises, restrictions sur les voyages et le commerce, isolement croissant de la Chine à l’international – les perturbations économiques pourraient prendre de l’ampleur en Chine et par conséquent affecter la croissance économique mondiale

Même s’il est encore difficile d’anticiper le moment du pic épidémique et l’étendue maximale qu’atteindra la propagation du virus, les économistes de Barclays, JPMorgan et Morgan Stanley estiment que cette crise sanitaire pourrait amputer la croissance économique mondiale de jusqu’à 0,3 point en 2020. En fait, tout dépendra de la durée de la contamination. Si les effets dévastateurs du Coronavirus devaient se poursuivre encore pendant plusieurs mois alors la croissance mondiale pourrait perdre 1 %. Nombre de pays comme ceux  de l’union européenne qui prévoyaient t une petite croissance de 1 % pourraient tutoyer la stagnation voire la régression.

0 Réponses à “Coronavirus : menace sur l’activité mondiale”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol