Brexit- Grande Bretagne : déclin d’une nation

Brexit- Grande Bretagne  : déclin d’une nation

Michel Santi, économiste(*) explique le déclin de la Grande Bretagne et lui prédit un destin de nain face aux grandes puissances ( article la Tribune)

 

 

« Ce 31 janvier 2020 sera synonyme de rétrécissement des libertés, car le Brexit raconte d’abord l’histoire d’une fermeture, d’une victoire – non par KO mais aux points – des partisans d’une Grande Bretagne révisant considérablement à la baisse ses ambitions. Sans elle, l’Union Européenne comptera toujours 450 millions de citoyens, représentera toujours environ 20% du PIB mondial, et pourrait négliger ce partenaire faisant moins de 10% de sa balance commerciale.

La sortie de ce membre sera certes une perte, mais relativement limitée après tout et comparable à celle du Texas quittant les États-Unis d’Amérique. Hors de l’Union, le Royaume-Uni sera toujours tenu de s’aligner sur les réglementations européennes en dépit des fanfaronnades de son gouvernement actuel qui prétend que l’abandon des directives de Bruxelles sur la finance, sur l’environnement, sur les produits de consommation et autres permettra à son pays de prospérer. Sans l’Europe, le Royaume sera toujours confronté à ses grands échecs n’ayant rien à avoir avec l’Union, à savoir ses infrastructures déficientes, sa faible productivité, le niveau anémique de ses investissements, ses inégalités régionales qui sont autant de maux typiquement britanniques.

Sans ce pays, l’Union ne sera pas non plus pareille car ce départ diminuera (heureusement) l’influence des ultra libéraux ayant rêvé et construit une Europe mercantile au détriment d’une Europe politique. Le rôle et l’activisme de la Grande Bretagne ayant été fondamental dans une Europe sculptée à la mode néolibérale, nous pourrons désormais nous recentrer, enfin devenir solidaire.

 

Ce Royaume sera un nain comparé aux grands blocs définissant aujourd’hui notre monde – Europe, USA, Chine, Afrique – et qui ont conduit immanquablement à accentuer la guerre économique et commerciale qu’ils se livrent d’ores et déjà dans un contexte où les institutions préservant le multilatéralisme sont en faillite.

Ballottée par des mouvements tectoniques qui la dépassent, la Grande Bretagne aura-t-elle son mot à dire face à ce Gulliver européen capable de lutter à armes égales contre les GAFA, de peser sur les compagnies d’aviation pour réduire les prix de leurs tickets, d’imposer aux opérateurs téléphoniques la fin de l’itinérance (roaming), de casser les cartels…?

En réalité, vu de l’autre côté, le Brexit n’est – de loin – pas tant une question commerciale ou économique qu’une affaire de souveraineté, voire d’identité, de cette île au passé et à l’histoire prestigieux et soucieuse avant tout de conserver le contrôle sur sa propre destinée.

Mais surtout, le Brexit est un phénomène anglais : l’Écosse et l’Irlande du Nord ayant voté «non», qui ne l’a emporté que de justesse dans le Pays de Galles. À l’instar de l’Invincible Armada, de Trafalgar et de la victoire de 1945, le Brexit se veut donc un de ces moments épiques ardemment désirés par la nation anglaise nostalgique de gloire, amoureuse de son identité et de sa culture. Pourtant, aujourd’hui, elle n’a plus que le choix entre un drame à la Shakespeare ou une farce à la Benny Hill. »

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d’Art Trading & Finance.

Il vient de publier «Fauteuil 37» préfacé par Edgar Morin

Sa page Facebook et son fil Twitter.

0 Réponses à “Brexit- Grande Bretagne : déclin d’une nation”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol