Grève ou gouvernement « sans issue »

Grève ou  gouvernement « sans issue »

 

Finalement Édouard Philippe marche dans les pas de Juppé aussi psycho rigide que lui voire provocateur même si la tonalité diffère un peu. Pourquoi Édouard Philippe provoque-t-il ainsi les syndicats et les grévistes les plus radicaux en déclarant que la grève est sans issue ? Si effectivement, la grève est condamnée par la baisse inévitable de la mobilisation reste que le conflit est toujours là et qu’il est en train de s’enliser comme s’était enlisé le mouvement des gilets jaunes. Si cette grève dure autant, la responsabilité en incombe à ce gouvernement à la fois incompétent, irresponsable et même injuste quand il accorde des exceptions à des catégories qui ne le méritent nullement (par exemple les emplois de bureau de la police !). Il y a quelques jours Édouard Philippe était  déjà l’auteur d’une autre provocation quand il indiquait en substance que la conférence du financement des retraites proposée par la CFDT et acceptée  à regret ne servirait pas à grand-chose et que finalement sa proposition d’un âge pivot ou d’un âge  équilibre était incontournable et constituait  la seule mesure valable. Le premier ministre multiplie les provocations vis-à-vis des syndicats radicaux en même temps qu’il poignarde les syndicats réformistes. Pas vraiment une attitude responsable plutôt celle revancharde des représentants rétrogrades de la droite classique

le Premier ministre a indiqué  que “les propositions mises sur la table concernant l’application du système universel de retraites aux agents de la RATP et la SNCF prévoient une transition personnalisée pour les agents concernés, une convergence progressive vers l’âge d’ouverture des droits du régime universel et un maintien, pour les agents concernés, des droits acquis au moment de la transition vers le régime universel”, précise Matignon dans un communiqué.

Edouard Philippe s’est par ailleurs félicité du “mouvement progressif mais sensible de retour au travail des agents de la RATP et de la SNCF” et a noté “les conséquences financières importantes de ces mouvements pour les deux entreprises”, qui s’élèvent selon ses services à 200 millions d’euros pour la RATP et environ 850 millions pour la SNCF.

0 Réponses à “Grève ou gouvernement « sans issue »”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol