Croissance France: La Banque de France adopte la méthode Coué

Croissance France: La Banque de France adopte la méthode Coué  

 

 

 

En dépit du tassement au quatrième trimestre 2019 qui devrait afficher une petite croissance de seulement 0,2 %, la Banque de France persiste et signe en annonçant une croissance de 1,1 % pour 2020. C’est quand même plus réaliste que les 1,3 % du gouvernement qui n’ont d’autres objectifs que de ne pas désespérer des acteurs économiques aussi de permettre une nouvelle dérive des dépenses budgétaires calculées sur des recettes fictives.,

 

Pour les services ( affectés pour certains par les grèves (restauration commercent hôtellerie) l’indicateur synthétique d’activité a ainsi perdu deux points entre novembre et décembre, passant de 99 à 97. Pour le mois de janvier, les chefs d’entreprise interrogés dans le cadre de l’enquête anticipent une amélioration de l’activité.

Dans l’industrie,  les effectifs déclarés par les dirigeants sont en recul. En outre, les carnets de commandes sont en repli pour l’industrie manufacturière. Ce qui témoigne d’une reprise très fragile du moteur industriel français. Pour le mois de janvier, les industriels interrogés prévoient une stabilité de la production.

La plupart des instituts de statistiques prévoient un coup de frein de l’économie pour 2020. Dans leurs dernières prévisions de décembre, les experts de la Banque de France tablent sur une croissance de 1,1% cette année, contre 1,3% en 2019« La nette dégradation de l’environnement international se traduirait par un ralentissement marqué des exportations », indiquent les statisticiens.

De leur côté, les économistes de l’Insee estiment que la croissance française serait comprise entre 0,2% et 0,3% par trimestre d’ici juin 2020. Au final, l’acquis théorique de croissance du PIB serait de 0,9% à la fin du premier semestre. Pour l’emploi la tendance devrait toujours être très mal. Depuis 2017 on aurait créé environ 250 000 emplois parents. Chiffres par ailleurs très controversé si l’on tient compte de l’évolution réelle du nombre de salariés et non d’actifs qui feraient apparaître plutôt une stagnation. De toute manière une perspective de création d’emplois de 100 000 ans de 1020 n’est évidemment pas à la hauteur d’un chômage de 3,5 millions de personnes. Comment d’ailleurs pourrait-on créer des emplois sans véritable croissance significative.

 

0 Réponses à “Croissance France: La Banque de France adopte la méthode Coué”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol