Ghosn: victime d’un complot japonais …et français

Ghosn: victime d’un complot japonais …et français

 

 

Deux  journalistes du Figaro Bertille Bayart et Emmanuel Egloff qui ont mené une enquête approfondie estiment que Carlos Ghosn a été victime d’un complot japonais. Il apparaît en effet que l’arrestation de l’ancien président visait surtout à écarter Renault de la gérance de Nissan. La France n’est pas non plus innocente dans cette affaire car il y a longtemps que Macon s’oppose à la recomposition capitalistique envisagée pour le groupe Renault. Une recapitalisation qui mécaniquement aurait dilué la participation française. En outre, Macon sous le gouvernement Hollande s’est affronté à Carlos Ghosn à propos de l’affaire des rémunérations des dirigeants du groupe et notamment de son président.. Le Japon a empile  les accusations de Carlos Ghosn pour le maintenir en prison et pour l’empêcher de réunir l’assemblée générale qui permettrait de désigner le nouveau conseil d’administration. de Nissan.  Et pour continuer d’enfoncer Carlos Ghosn et surtout pour écarter Renault, Nissan a mis en place un comité spécial pour juger de la gouvernance de son entreprise.. Or on sait que Renault est l’actionnaire dominant. Nissan cherchait  donc le moyen d’empêcher que Renault ne désigne un président représentant de cet actionnaire. En clair, il fallait  japoniser et Nissan mais aussi l’alliance Renault. Il est évident que la gouvernance de Nissan n’était peut-être pas idéale pour contrôler les rémunérations excessives de ses dirigeants. Reste que cette gouvernance a quand même permis de sauver Nissan grâce à l’intervention de Renault et de Carlos Ghosn.

Notons que depuis l’arrestation de Carlos Ghosn  le directeur général Nissan principal accusateur de Carlos Ghosn a été pris aussi la main dans le sac des combines financières pour améliorer sa rémunération. N’empêche qu’il a été longtemps soutenu par le gouvernement japonais pour exclure Ghosn  de Nissan et même le mettre en prison. Dans l’affaire, il y a deux dimensions sans doute indiscutablement de la part de l’ancien président une confusion entre son portefeuille et les finances de son entreprise ( à sa décharge il n’est pas le seul ! Par exemple à s’attribuer des stock-options injustifiés, des rémunérations excessives ou des retraites chapeaux).

 

. Mais l’enjeu principal était autour de l’évolution capitalistique du groupe Renault ce à quoi s’opposait  le Japon qui voulait au contraire rôle rejaponiser Nissan. Le plus curieux dans l’affaire ,  c’est que la France ( actionnaire à hauteur de 20 %)  était aussi opposée à cette évolution capitalistique et que la mollesse de la France pour soutenir Ghosn en prison s’explique aussi par cette autre opposition. En fait, cette  arrestation a bien sûr été orchestrée par des dirigeants de Nissan et le gouvernement japonais mais la France n’était pas mécontente d’écarter un président un peu trop autonome à ses yeux. D’où la très grande mollesse de Macron pour soutenir Carlos Ghosn. Si son arrestation arrangeait finalement tout le monde, sa fuite-peut-être d’ailleurs facilitée- n’est pas forcément pour déplaire au Japon qui se débarrasse d’un sparadrap très collant qui aurait démontré le caractère archaïque de la justice japonaise et le décalage entre la sanction et l’accusation. La France n’est pas mécontente non plus surtout de n’avoir pas à recevoir Carlos Ghosn pour le juger car cela serait de nature à détériorer un peu plus les relations entre la France et le Japon. Résultat de cette affaire le groupe Renault est actuellement dans une position particulièrement difficile. Pas vraiment un succès diplomatique et économique pour Macron.

0 Réponses à “Ghosn: victime d’un complot japonais …et français”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol